Marie-Hélène Fraïssé et ses « Clameurs » bourguignonnes

Clameur(s), le festival littéraire dijonnais, souffle cette année sa deuxième bougie. Marie-Hélène Fraïssé – grand reporter, spécialiste de l’Amérique, créatrice de l’émission Tout un monde les mardis sur France Culture – en est la conseillère littéraire : autour du thème « Familles », cette Bourguignonne d’adoption a su fédérer les énergies des créateurs de Clameur(s) que sont la Mairie de Dijon et la bibliothèque municipale. Rencontre non loin d’Epoisses.

Par Emmanuelle de Jesus et Antoine Gavory / Agence Proscriptum – Photo : Clément Bonvalot

marie-helene-fraisse

La maison est grande, flanquée de dépendances, d’escaliers un peu raides, pourvue d’un petit salon où le poêle réchauffe l’atmosphère trempée de cette fin d’avril. Partout: des livres et des disques. Des disques et des livres. Sur l’Amérique, le rock, la spiritualité, l’art, la photographie… « On a acheté la maison pour les mettre! », s’amuse Marie-Helène Fraïssé qui fut l’épouse d’Alain Dister, disparu en 2008, journaliste, photographe et écrivain, spécialiste érudit du rock et de la contre-culture. Marie-Hélène Fraïssé, les auditeurs de France Culture la connaissent via les émissions qu’elle a créées: L’Echappée belle, L’Usage du monde, Appel d’air… Tout un monde aujourd’hui. Grand reporter, spécialiste de l’Amérique, elle travaille actuellement sur les enjeux de l’époque coloniale américaine et la façon dont cette époque a engendré le basculement en faveur de l’hégémonie de la culture anglo-saxonne. Aller du local au global, c’est l’essence du travail de Marie-Hélène Fraïssé: une mécanique qui s’applique au thème « Familles » grâce auquel elle a remporté, suite à un appel à projets, le poste de conseillère littéraire de la 2e édition de Clameur(s), le festival littéraire dijonnais.

Lire ou la liberté

Des livres, donc. Partout. Pour le savoir mais pas seulement: pour la liberté, aussi. « La lecture, dit-elle avec chaleur, c’est s’inscrire dans le monde en tant que sujet, distinct des diktats de la publicité et de l’idéologie. » La liberté et le sentiment d’appartenance: les racines et les ailes comme dirait l’autre. Et quel espace mieux que la famille, les familles plus exactement, pour explorer ces thèmes-là? « Certes, dit Marie-Hélène Fraïssé, c’est presque un poncif de la littérature. Le « famille je vous hais » de Gide. Mais il y a en la famille toutes les problématiques de la modernité; c’est un bon point d’étude pour être en prise. Ce qu’on y prend, ce qu’on refuse. On se forme à partir de ces rejets et de ces adhésions. » Quelles familles? Famille biologique, vase clos; familles recomposées, familles qui viennent d’ailleurs; famille d’affinités électives…  La qualité de Clameur(s) est d’explorer chacun des thèmes à travers la parole des écrivains. « Prendre le temps d’entrer dans un univers, détaille Marie-Hélène Fraïssé, dans une réflexion. D’arrêter le zapping. »

Des auteurs prestigieux

Corollaire de décennies d’interviews et de relations privilégiées avec des auteurs pourtant sollicités, Marie-Hélène Fraïssé a su convaincre de grands noms de la littérature française et étrangère de participer à ces rencontres. Pas des moindres… et pas des tièdes. Et le thème ô combien sensible de la famille devrait générer du public autour de Patrick Chamoiseau confessant son admiration pour Edouard Glissant ou autour de Daniel Maximin et sa filiation avec les écrits d’Aimé Césaire; la quête des racines bourguignonne de la famille maternelle du romancier américain Jim Fergus; le parcours hors normes du Néo-Zélandais Ian Duff, métis blanc et maori… Il est assez exceptionnel que ces auteurs se rendent aussi disponibles lors d’une manifestation qui n’en est qu’à sa deuxième éditio !

Et les écrivains locaux ne sont pas oubliés puisque seront présents Didier Cornaille (Picard et Morvandiau d’adoption) ou l’auteur aux multiples vies Jérôme Deliry par exemple. « Ce sont des écrivains qui mouillent la chemise ! insiste Marie-Hélène Fraïssé. Je suis sûre qu’il aura une dimension chaleureuse dans ces débats, j’espère qu’il y aura aussi de la polémique ! Il y a des enjeux de vie et de mort dans la culture! »

*Clameur(s) se déroulera du 13 au 15 juin 2014 dans plusieurs lieux emblématiques dijonnais : cour de Bar et cuisines ducales (palais des Ducs), ainsi que différents espaces autour de La Nef et à La Minoterie.Programme complet sur http://clameurs.dijon.fr

Auteurs en Clameur(s)

Organisée par la bibliothèque municipale de Dijon, avec la participation de libraires, d’acteurs culturels et d’associations, la 2e édition des rencontres littéraires Clameur(s) se déroulera du 13 au 15 juin 2014 sur le thème des familles. Une bonne vingtaine d’auteurs, jeunes écrivains ou grands noms de la littérature (voir ci-contre), seront présents pour échanger et confronter leur vision du monde contemporain. Une librairie éphémère sera installée dans la cour de Bar, à proximité des cuisines ducales qui accueilleront les rencontres. Des ateliers et rencontres spécifiques seront proposés aux enfants.

Auteurs-en-clameurs

 

De gauche à droite, de bas en haut :

Oshen, Yann Queffélec, Arnaud Dudek, Anne-Laure Bondoux, Kenan Görgün

Marie-Hélène Fraïssé, Patrick Chamoiseau, Xavier Laurent Petit, Guillaume Monod, Anne Plantagenet

Daniel Maximin, Sylvie Granotier, Marie-Helen Delval, Marilyne Desbiolles, Julie Rey

Didier Cornaille, Jérôme Luther Viret, Maridge Ott, Alan Duff, Antoine Dole

Philippe Thirault, Fergus, Hélène Lenoir, Pierre Jourde, Jérôme Deliry

Olivier Poivre d’Arvor, François Noudelmann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire