Papillons Blancs : une mission, 38 métiers

Après avoir décrypté les chiffres clés de cette entreprise « à part mais à part entière » dans le numéro précédent, Dijon-Beaune Mag s’intéresse à ce qui fait à la fois la diversité et la richesse intérieure du cocon des Papillons Blancs de Beaune. Soit 241 salariés en CDI qui pratiquent 38 métiers différents ! De quoi susciter des vocations.

Aurélie Paquin, ici en compagnie de Quentin, veille sur le service SERENATE (service d’accueil des enfants autistes) depuis son ouverture en 2008.

Par Dominique Bruillot
Pour Dijon-Beaune Mag #65
Photos : Jean-Luc Petit

Cela est clairement revendiqué de la part du conseil d’administration : « Les Papillons Blancs sont une entreprise à part certes, mais à part entière ». Démonstration en a été faite dans le précédent numéro de Dijon-Beaune Mag, avec le décryptage des chiffres clé d’une institution qui produit chaque mois 550 fiches de paie en moyenne.

Mais qui dit modèle économique, dit métiers. Placée sous la bienveillance de l’association présidée par Philippe Chaussade, l’activité mobilise un nombre important de collaborateurs intervenant dans différents secteurs. En clair, 241 salariés répartis sur une quinzaine d’établissements, exerçant pas moins de… 38 métiers identifiés, sous la direction générale de Jacques Berthet.

Accompagner un public en situation de handicap est en effet une mission complexe, avec tous les attributs d’un environnement économique traditionnel, mais aussi les dimensions sociale, humaine, médicale et plus largement psychologique que ce public suppose. En quelques lignes, voici les six principaux métiers qui relèvent pareil défi au quotidien.

L’aide médico-psychologique

Chez un public fragile, âgé ou jeune, chaque geste qui peut paraître anodin au commun des mortels, s’apparente parfois à une gageure. Se lever, se laver, s’habiller, se coucher, prendre un repas, se déplacer : rien n’est forcément simple. C’est alors qu’intervient l’aide médico-psychologue (AMP), chargé de veiller à l’hygiène et à la sécurité des personnes, sous la responsabilité d’un travailleur social ou médical. Il est à l’interface des handicapés, de leur famille et des équipes médicales, paramédicales, éducatives et psychologiques. Une cinquantaine d’AMP travaillent dans le giron des Papillons Blancs de Beaune, soit plus de 20 % des effectifs.

L’éducateur spécialisé et le moniteur-éducateur

Il accompagne les enfants, en lien avec leur famille, dans « une démarche éducative et sociale globale », notamment dans l’objectif d’un développement progressif. Les actions socio-éducatives qu’il met en place au profit plus largement d’un public en difficulté (adultes compris), agissent dans les domaines de l’insertion et de la réinsertion sociale y compris, le cas échéant, dans un contexte judiciaire. Et travaille de fait en relation avec les travailleurs sociaux, les enseignants et les magistrats. Avec 25 éducateurs spécialisés et 19 moniteurs éducateurs, c’est l’autre gros morceau des effectifs des Papillons Blancs.

Le surveillant de nuit

Par définition, son rôle concerne les structures d’hébergement collectif accueillant aussi bien des personnes âgées que des personnes handicapées ou en situation de précarité. Il lui arrive aussi d’intervenir à domicile. Mais, en toute circonstance, c’est à lui que revient la lourde responsabilité d’assurer une veille active des personnes, en tenant compte de leurs particularités personnelles et en respectant leur intimité. Tenu au secret professionnel, le surveillant de nuit assure une fonction de relais jour-nuit. On en compte 18 à Beaune.

L’agent de service intérieur

Son cahier des charges : nettoyage, entretien et remise en ordre des locaux, petits travaux d’entretien… mais aussi aide à la prise de médicaments, préparation des instruments et du petit matériel. Homme ou femme à tout faire, il peut assurer le service des repas et la desserte des tables voire faire la vaisselle. Car il faut bien la faire. Soumis à un rigoureux cahier des charges, des points de vue de l’hygiène et de la sécurité, l’agent de service peut travailler de jour comme de nuit, en semaine comme le week-end. 18 agents évoluent dans les différents établissements qui dépendent des Papillons Blancs de Beaune et sa région.

Dominique, Michel et Cyril travaillent tous les trois à l’atelier de l’ESAT de Savigny-lès-Beaune. Un endroit où la rigueur et la qualité de la production comptent beaucoup, encore plus qu’ailleurs.

Le moniteur d’atelier

Ce travailleur social est préparé au défi d’un handicap pouvant être d’ordre intellectuel, psychique, sensoriel ou moteur. Il lui appartient d’adapter les postes de travail à chaque individu et de participer à l’élaboration du projet personnel de ses protégés. Il organise et gère son équipe de travailleurs, participe aux différentes étapes techniques de la production, de l’apprentissage, de l’occupation et de l’insertion, dans des situations professionnelles qui se recoupent avec celles des éducateurs spécialisés. Les Papillons Blancs emploient une dizaine de moniteurs d’atelier et six éducateurs techniques spécialisés.

Le chef de service

En haut de la pyramide opérationnelle, il y a un directeur général (Jacques Berthet), cinq directeurs d’établissement, une directrice administrative et financière, puis une dizaine de chefs de service qui assurent l’interface entre la direction et les équipes. Un encadrement au sens classique du terme, qui permet déjà de « veiller au développement des compétences des professionnels ». Mais ses observations sont précieuses, ici plus qu’ailleurs, car elles contribuent à l’élaboration du projet d’établissement. Dans le cas d’une entreprise comme Les Papillons Blancs de Beaune et sa région, la communication interne est en effet vitale, au sens littéral du terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *