La Saône-et-Loire séduit les Belges, une fois !

Le Salon des vacances de Bruxelles est le premier salon européen de tourisme. Destination Saône & Loire s’est rendu, du 2 au 5 février, chez nos amis les Belges pour présenter tous les atouts de son territoire version « country break ». Un succès.

Avec  plus de 800 exposants sur 30 000 m2, il est une référence pour qui veut vanter les charmes de son territoire et toucher au cœur un large potentiel touristique. Le Salon des vacances de Brussels Expo, 117 000 visiteurs l’an passé, a permis à la Saône-et-Loire d’être placée sur une carte du monde, entre les stands des Seychelles, de l’Ethiopie, du Vietnam… « Le monde sous un seul toit », comme le résume la formule.

Une place de choix pour Destination Saône & Loire, le bras armé touristique de la collectivité, qui a pu étendre sa campagne sexy et innovante du « country break » au-delà de nos frontières. Le choix du plat pays n’a rien d’un hasard tant nous savons les Belges sensibles aux charmes bourguignons. En 2015, ils représentaient 286 000 nuitées en Bourgogne, juste derrière les touristes chinois (290 000). Et ils semblent apprécier le séjour puisqu’il y restent en moyenne 9,1 nuits (chiffres Bourgogne tourisme).

Arnaud Durix (premier plan, à gauche) et son équipe ont solidifié les liens unissant Bourguignons et Belges.

Maître conteur et restaurant burgondo-bruxellois

Fort de cette relation privilégiée, la Saône-et-Loire a mené son opération séduction pendant quatre jours avec des renforts de poids : six offices de tourisme partenaires (Autun, La Bresse bourguignonne, Chalon-sur-Saône, Cluny, Mâcon, Tournus Sud Bourgogne) et les Gites de France Saône-et-Loire. Sans oublier une promotion originale servie par le maître conteur Thomas Volatier, dont les stands up originaux ont mis en avant les multiples liens entre la Belgique et la Bourgogne.

Menée par Arnaud Durix, le président de Destination Saône-et-Loire, la joyeuse troupe s’est retrouvée avec journalistes et communicants belges pour une dégustation dans le plus bourguignon des restaurants bruxellois, La Quincaillerie. Le cachet du lieu a formidablement mis en valeur nos meilleurs ambassadeurs dans l’assiette.  « Merci pour ce moment », ont dit les Belges. « À très bientôt », ont dit les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *