Guerre des trônes à Ancy-le-Franc

Cet été, les équipes de France 5 ont tourné au château Renaissance d’Ancy-le-Franc la saison 2 de La guerre des trônes, la véritable histoire de l’Europe, consacrée aux guerres de religion du XVIe siècle. La réalisatrice Vanessa Pontet et le comédien Bruno Solo, narrateur de la série, reviennent sur le tournage de ce tumultueux docu-fiction diffusé pendant les fêtes.

Par Geoffroy Morhain – Photos : château d’Ancy-le-Franc

De 1548 à 1594, du règne de Henri II au sacre de Henri IV, la saison 2 de La guerre des trônes, la véritable histoire de l’Europe couvre une des périodes les plus intensesde laRenaissance : les guerres de religion. « Selon le principe de ce programme, il ne s’agit pas de retracer toute l’époque mais de mettre en lumière les événements, les luttes de pouvoir qui ont déchiré et façonné l’Europe moderne », précise Vanessa Pontet, coréalisatrice de la série avec Alain Brunard.

Joyau de la Renaissance italienne

Véritable palais de la Renaissance sur les terres des ducs de Bourgogne, le château d’Ancy-le-Franc avait toute sa place dans cette production aux côtés du Louvre, Fontainebleau, Chambord ou encore Notre-Dame de Paris. Bâti entre 1542 et 1550 pour Antoine III Clermont-Tonnerre, le bâtiment de l’architecte italien Sebastiano est d’ailleurs considéré dès son origine comme l’un des plus élégants d’Europe, avec ses quatre ailes égales formant une cour d’honneur aux façades richement sculptées, ses galeries, ses appartements raffinés, ses peintures murales… Un château comparé à « une française “in costume italiano”» comme l’écrivait la marquise de Sévigné.

« Parmi les nombreux châteaux Renaissance en France, Ancy-le-Franc est le seul à disposer d’une architecture italienne à la Catherine de Médicis, qui plus est avec des décors et des intérieurs admirablement restaurés et entretenus, explique Vanessa Pontet, coréalisatrice de la série avec Alain Brunard, qui avait découvert le lieu lors d’un précédent tournage de l’émission Secrets d’histoire et tenait absolument à y revenir pour ce nouvel opus de La guerre des trônes.

Ça tourne au château

Ainsi, au mois de juin dernier, une équipe d’une centaine de personnes a investi Ancy-le-Franc durant une dizaine de jours, sur deux plateaux en simultané, afin d’y tourner toutes les scènes se déroulant en France et en Espagne : couronnement d’Henri III dans la chapelle, mariage de la reine Margot et de Henri de Navarre dans la cour carrée, confidences de Catherine de Médicis dans la chambre des Arts… Entre bals et banquets, complots et intrigues, alliances et massacres, les badauds (le château était resté ouvert à la visite) n’en ont pas cru leurs yeux ! « Des sous-sols aux combles, de la bibliothèque à la chapelle, nous avons exploité toute la richesse du château », confirme Vanessa Pontet en énumérant quelques scènes mémorables comme le bal du mariage de Marie-Stuart dans la galerie Pharsale, un combat de cape et d’épée dans la cour d’honneur ou encore une séance de torture dans une cave voûtée.

En août, une équipe plus légère d’une dizaine 10 personnes est revenue à Ancy-le-Franc pour le tournage des « plateaux » plus intimes mettant en scène Bruno Solo. Dans la série, l’ex-trublion de la télé devenu acteur confirmé endosse en effet un nouveau rôle, celui du narrateur. Avec en tête, sa « référence absolue » en la matière, Alain Decaux, que le jeune Bruno suivait fidèlement sur son petit écran : « Entre une table et mur de diapos, avec pour seul accessoire une carafe d’eau, dont il ne se servait jamais, et une caméra fixe, l’austérité était de mise, mais Decaux racontait avec une telle envie de transmettre qu’il arrivait à captiver son auditoire. Avec mon père et certains professeurs, c’est lui qui m’a donné le goût de l’histoire. »

Quand Solo rencontre Ancy

Passionné d’histoire donc, Bruno Solo a tout de suite adhéré au projet, « excité comme un gosse à l’idée de me retrouver dans hauts lieux de l’histoire de France, de me promener seul dans les couloirs de Chambord ou de découvrir le Louvre la nuit par exemple ». « Mais attention, nuance-t-il, je ne suis pas un historien, juste un conteur, un passeur. Je dis des textes qui ont été écrits et validés par des historiens, avec ma nature et mes vibrations de comédien. »

À Ancy-le-Franc également, Bruno Solo a fait connaissance du site en tête à tête : « J’étais arrivé tard la vieille au soir et le lendemain, à 6 h 30, j’ai demandé à la gardienne de m’ouvrir les grilles pour faire mon jogging matinal dans le parc du château. Ça a été un moment privilégié, où j’ai pu pleinement apprécier le site, m’en imprégner, profiter du calme, des arbres centenaires et du charme fou de ce château, seulement accompagné par des oies et des chevreuils. »  Et de passer à l’intérieur pour tomber en fascination devant la peinture murale de la galerie de Pharsale (XVIe s.), un des chefs-d’œuvre du décor peint en France représentant la bataille antique qui opposa les troupes de César et de Pompée. Un décor de choix pour expliquer comment les guerres de religion ont façonné l’Europe dans laquelle nous vivons aujourd’hui.     

Diffusion : les 6 épisodes de 52 minutes de La guerre des trônes, la véritable histoire de l’Europe seront diffusés à 20 h 50 sur France 5 les vendredis 21 décembre (épisodes 1 et 2), 28 décembre (épisodes 3 et 4) et 4 janvier 2019 (épisodes 5 et 6).

Laisser un commentaire