Le « semi » de Nuits et le handicap ont choisi la « Joëllette »!

Dans le contexte d’une édition contrariée par le calendrier (vous pouvez encore vous inscrire!), le semi-marathon de Nuits s’ouvre au monde du handicap. Il alignera des concurrents en Joëllette, un étonnant fauteuil tout terrain monoroue, qui permet à toute personne à mobilité réduite de pouvoir vivre le plaisir d’une course en pleine nature.

Par Michel Giraud – Photo D. R.

C’est à la Foulée des vendanges de Savigny-lès-Beaune, l’automne dernier, qu’Alain Barochi a croisé ces drôles de machines. Et qu’il s’est dit que lui aussi leur offrirait un tour de vignoble : « Je me suis promis de leur permettre de s’aligner à Nuits-Saint-Georges », sourit le maître d’œuvre du semi-marathon nuiton. De ses 20 années passées à la direction financière de l’Agef, Alain Barochi a gardé une sensibilité forte face au handicap, cette envie d’aider, cette volonté de s’ouvrir sans cesse : « Nous avons rapidement réglé quelques problèmes techniques, mais notre parcours est roulant donc accessible. Au final il y aura une dizaine d’équipages au départ, chacun poussé par 5 à 6 coureurs à pied, qui s’élanceront deux à trois minutes avant les coureurs. On en voit de plus en plus sur les épreuves, et franchement quand on voit ces personnes handicapées avec le sourire aux lèvres, on se dit que ça vaut vraiment le coup!»

Joëlettes dans les vignes

Ce sera la seule véritable nouveauté du millésime 2019 de l’épreuve nuitonne. Pour le reste, on ne change pas une formule qui gagne : toujours des coureurs déguisés, toujours ces orchestres et ces groupes qui animent les différents points de passage sur le parcours, toujours cette bouteille de pinot qui vient saluer chaque participant… Alain Barochi en espère quelque 2 200, loin malheureusement des 3 200 concurrents d’il y a trois ans : « Je ne suis pas de nature pessimiste, mais ce n’est plus possible d’atteindre de tels sommets. D’abord parce que la date est cette année très avancée dans le calendrier, et que nous tombons en même temps que le semi-marathon de Paris et que les championnats de France de cross. Il y a aussi l’avènement du trail nature, vers lequel de plus en plus de coureurs se tournent, délaissant les courses de cross plus classiques. »
Mais qu’à cela ne tienne, l’épreuve nuitonne a cela de particulier qu’elle se court au milieu des parcelles de vignes que le monde entier nous envie, dans une ambiance chaleureuse à souhait. Rien que pour cela, les compteurs devraient une nouvelle fois afficher de beaux chiffres.

Laisser un commentaire