Pour célébrer son retour en Bourgogne, la jeune créatrice du site Œnotourisme.com a décidé de mettre les fêtes de fin d’année en orbite. Marie Dupuis revient avec un site qui a franchement évolué dans son offre et une belle liste de cadeaux savoureux à offrir ou à s’offrir sans modération.

Par Dominique Bruillot
Pour Dijon-Beaune Mag #72
Photos : D.R.

Nous avions déjà un peu raconté son histoire. Cette jeune fille pétillante et enthousiaste s’est offert, on la comprend, un nom décisif : œnotourisme.com. Imparable pour conquérir les marchés sur la toile. C’est plutôt malin, mais encore faut-il transformer l’essai et donner vie au projet qui porte une marque aussi ambitieuse…

Le grand voyage des sens

Du haut de ses vingt et quelque millésimes, Marie Dupuis ne s’est pas dégonflée. Dans une première vie entrepreneuriale lyonnaise, elle a musclé le contenu de son site qui revendique un « tourisme vitivinicole et œnologie chez les vignerons de France ». Puis a finalement choisi de revenir au pays, en Bourgogne, à Dijon pour être précis : « Je savais qu’il fallait bousculer des montagnes, j’ai donc fait le choix de revenir dans ma région qui est, avec le Bordelais, l’une des plus en vue dans le domaine qui m’occupe. »

Œnotourisme.com a mûri, sa proposition balaye en premier lieu tous les vignobles de France et pas seulement les deux cités plus haut. Besoin de chanter les polyphonies en Corse ? Les domaines d’Alzipratu, Vecchio, Terra di Catoni et autres vous tendent les bras. Une envie d’eau de vie et de vie sur l’eau ? Mais c’est Cognac qu’il vous faut ! De déguster et de profiter des bonnes choses la truffe au vent ? Ben voyons, tout le Sud-Ouest est là pour ça !

Pour chacune de ces destinations, œnotourisme.com propose des offres à la carte. Il est la plateforme de la France du vin, du terroir et des paysages qui fleurent bon les parfums de l’amitié et de la convivialité. « Mais autour de chez nous ? », direz-vous. Eh bien, c’est à peu près la même chose. Le grand voyage des sens n’est pas toujours celui qui avale des kilomètres de bitume et brûle des tonnes de kérosène. Le Beaujolais, le Jura et l’Alsace entourent de leurs cépages amoureux notre belle Bourgogne, qui a elle-même une incroyable diversité de pépites à proposer, à portée de week-end. N’importe quel Dijonnais saura par exemple apprécier les délices d’un séjour amoureux au château d’Igé, dans le Mâconnais, ou les plaisirs bénéfiques d’une randonnée-dégustation dans le Couchois, au départ du magnifique château de Marguerite de Bourgogne.

Le magnifiques château de Couches (21) donne bien des envies d’escapades. Cela est possible via œnotourisme.com.

L’insolite.com

« Chacun peut faire son marché comme il le souhaite, suggère Marie Dupuis, c’est une plateforme d’expériences que nous lui proposons. » « Expériences », ce mot qui s’entend aussi bien chez Molière que chez Shakespeare, laisse entendre que les idées de sortie mises en avant par œnotourisme.com sortent des vignes battues. Avec plus de 150 prestataires sur l’ensemble de la France et plus d’une quinzaine sur la seule Bourgogne, répondant à un cahier des charges qui les engage autant que le site lui-même, l’offre est en effet différente. On citera pour la bonne bouche : une séance de « cassissiothérapie » suivie d’un spa et d’un verre de vin à La Cueillette à Meursault (105 euros/personne), une visite de la cuverie des foudres et une dégustation de vins chez Jean-Marc Brocard (15 euros), un circuit-excursion découverte des vignobles de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune avec repas et diverses dégustations (149 euros, à chacun son escapade), des tours privés totalement exclusifs dans les plus belles caves de la région avec Safari tours (de 59 euros par personne à 625 euros pour un tour avec véhicule de 1 à 8 personnes), etc.

« À la différence d’autres sites qui évoluent sur ce terrain, je privilégie l’insolite », martèle Marie, heureuse de proposer à ses internautes chéris des idées de cadeaux de fin d’année (ou de toute circonstance qui le justifierait !) plutôt originales. Dans la boutique du site, le défilé de ces bonnes découvertes en fera craquer plus d’un(e). D’ailleurs, entre les hauts lieux de la Champagne et les merveilles de la maison Pic à Valence, notre cœur balance en ce moment. Et si on faisait les deux ?

Le chef étoilé Louis-Philippe Vigilant revisite le copieux menu servi au gourmand chanoine Kir le 30 novembre 1957. Une promesse à savourer dans la somptueuse salle des États de la mairie de Dijon, le 4 novembre, dans le cadre d’une paulée placée sous le signe de l’Italie et de la Bourgogne.

© Philippe Maupetit

Félix Kir était un sacré gourmand. Son règne, en tant que maire (1945-1968), avait une dimension rabelaisienne qui n’effrayait pas encore les statistiques médicales. Le feuilleté de langouste à l’américaine et le jambon à la nuitonne, parmi d’autres propositions dignes des « Tontons mangeurs », garnissaient alors les menus. Dire que c’était mieux avant n’est pas le propos. Y reprendre goût d’une façon originale ne mange pas de pain non plus.

Louis-Philippe Vigilant, le chef de Loiseau des Ducs, signera ce menu de fête. © Clément Bonvalot

C’est ce que proposent la municipalité et Dijon Congrexpo, avec la paulée de Dijon, le dimanche 4 novembre au soir, un événement rituellement associé à la Foire gastronomique internationale. Avec, pour première originalité, un cadre qui nous change des cuveries : la salle des États, au sein même du palais des ducs. Royal, pour ne pas dire ducal, cet espace va accueillir quatre immenses tablées à la Vatel réunissant près de 300 convives, un spectacle qui met déjà en appétit. Et dire qu’on y organisait de grands bals autrefois !

Loiseau est de la partie

Mais revenons à notre bon vieux chanoine. Le 30 novembre 1957, lui et ses camarades de fourchettes affrontaient le défilé suivant : terrine de foie gras des Landes, saumon à la Chambord, dinde farcie et truffée, fromages, délice Légion d’honneur, fruits et friandises. Côté liquides, on annonce, sans précision des millésimes, un chassagne-montrachet, un clos-des-lambrays, du mousseux et quelques liqueurs. Pour la 6e édition de la paulée dijonnaise, c’est au chef étoilé de Loiseau des Ducs Louis-Philippe Vigilant, assisté d’une brigade composée de membres des trois établissements Loiseau en Côte-d’Or, que revient le défi de revisiter le menu servi il y a… plus de soixante ans. « La cuisine était copieuse à l’époque, on va alléger les recettes et travailler l’aspect visuel », explique le cuisinier, prêt à « mettre les petits plats dans les grands » pour que cette reconstitution savoureuse soit pleinement au goût du jour tout en étant respectueuse du cahier des charges fixé par Kir.

Avec un MOF

Tout jeune MOF, Eric Goettelmann, ici en pleine action, sera l’homme de la situation côté vins. © Philippe Maupetit

Réticent au début face à la configuration en tables longues, l’homme de l’art, accompagné pour la partie vins par le chef-sommelier exécutif du groupe Loiseau Eric Goettelmann (fraîchement récompensé du titre de Meilleur Ouvrier de France), voit finalement dans cette disposition du type banquet, une belle occasion de célébrer l’esprit paulée.
Une paulée un peu particulière certes, dans la mesure où l’invité viticole de la foire est le Piémont. Les bouteilles apportées par chacun des convives (c’est le principe même d’une paulée) voyageront donc entre les vignobles de la Bourgogne et de l’Italie. À table, le menu réalisé par Louis-Philippe Vigilant aura perdu quelques calories par rapport à celui qui fut servi au chanoine, mais beaucoup gagné en finesse et en explications. En voici le libellé made in 2018 : velouté de châtaigne à la cardamome ; foie gras de canard confit aux épices, baies et fruits d’automne ; saumon à la Chambord, fumet au Chablis ; dindonneau fermier truffé, légumes racines à la noisette du Piémont et champignons ; assiette de fromages affinés de la fromagerie Porcheret ; bombe glacée au cassis et rose, mignardises. C’est tout comme, mais pas pareil quand même !


Menu à 98 euros TTC par personne.
Inscriptions sur www.tickets.congrexpo.info
Renseignements : 03.80.77.39.38 ou f.aubert@dijon-congrexpo.com