Ça le démangeait depuis longtemps: après avoir longuement exercé au sein de Bourgogne aujourd’hui, Laurent Gotti lance son site d’infos, All about burgundy. Il répond à la « tweet interview » de dijonbeaune.fr (160 signes maxi par réponse).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laurent Gotti

La conférence de presse des vendanges du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne a permis ce jeudi de voir ce que le journaliste spécialisé pense de tout ça. Aujourd’hui, c’est « all about Laurent Gotti »! Avec une formule désormais éprouvée sur notre site: la tweet interview ou l’obligation de répondre à chaque question en moins de 160 signes. Pari tenu en l’occurrence.

All about burgundy.fr est le nom de votre nouveau site. Avec lui, quoi de vraiment neuf sous le soleil de l’information viticole bourguignonne?
C’est tout simplement le premier média numérique entièrement consacré aux vins de Bourgogne, animé par un journaliste et dégustateur pro depuis 15 ans. J’ai tous les diplômes! 😉

•Est-il nécessaire d’utiliser un nom anglais pour traiter ce genre d’infos?
Les vins de Bourgogne sont exportés pour moitié. Ça veut dire qu’une grande partie de ceux qui les apprécient aimeraient bien qu’on leur parle une langue connue…

•Ce matin, le BIVB a tenu sa conférence de presse de vendanges: ils ont l’air épanouis nos producteurs bourguignons, non?
Comment ne pas l’être après avoir récolté de si beaux raisins. Ajoutez l’inscription des Climats à l’Unesco… On s’en souviendra de 2015!

•Les commentaires sont enthousiastes à son sujet: 2015 est-il le énième millésime du siècle?
Tout est là vraiment pour le grand millésime. Avec des raisins comme on en voit 2 ou 3 fois dans une carrière de vigneron.

•Les prix s’envolent, pour les grands crus notamment. Faut-il s’en féliciter? La Bourgogne est-elle dans un ailleurs privilégié, loin des réalités de ce monde?
Depuis longtemps on dit: les bourgognes sont chers. Mais de plus en plus d’amateurs aiment les boire. Dure loi du marché… Mais il n’y pas que les grands crus en Bourgogne.

•Le Beaujolais ne sait plus trop où il en est. Faut-il l’absorber ou, comme le préconisent les dirigeants du BIVB, attendre qu’il s’organise de lui-même?
Il se rassemble et s’unit à la Bourgogne. C’est le plan. Les intérêts des deux régions peuvent s’unir pour le bien de tous. Il y a urgence à faire quelque chose.

•A titre personnel, à moins d’un héritage inattendu, avez-vous les moyens de constituer votre cave idéale de bourgognes?
Bonne question! Clairement non! 🙁 Mais l’idéal n’est pas de ce monde…

•Que pensez-vous sincèrement de l’état sanitaire général des vignes en Bourgogne?
Il y a un problème de renouvellement des pieds. Les vignes fatiguent. C’est embêtant pour la quantité. C’est le problème numéro un du moment dans le vignoble.

•A votre avis, les coteaux bourguignons ont-ils réussi leur coup, se sont-ils réellement imposés sur le marché comme le dit le BIVB?
Imposés, non pas encore. Les volumes sont encore faibles. Mais les grandes maisons y croient et c’est déjà un gage du succès.

All about burgundy sera-t-il un support promotionnel pour la Bourgogne ou un véritable outil journalistique?
Je suis journaliste avant tout. Je travaille pour mes lecteurs. Et si cela promeut des gens qui vont dans le bon sens, j’en suis ravi!

•Si l’on vous donnait la possibilité de tout reprendre à zéro, et de refaire votre parcours dans un autre vignoble, le feriez-vous et où?
Il se passe des choses passionnantes dans le Languedoc. J’ai goûté récemment un Terrasse du Larzac superbe. Certains producteurs du Beaujolais méritent vraiment d’être mieux connus.

NDLR: les smiley sont de Laurent Gotti 🙂

Laisser un commentaire