Beaune et ses musées nous font emprunter la route de la soie à travers la palette du peintre chinois Yin Xin. Ce périple sino-bourguignon est complété par une autre exposition « Sortir de sa réserve ». De quoi s’évader jusqu’à fin février.

Yin Xin dans son atelier parisien réalisant deux œuvres suite à sa visite à Beaune en 2019. © Yin Xin

Heureux qui comme Yin Xin…

Le musée des Beaux-Arts et celui de l’Hôtel-Dieu nous font découvrir les œuvres contemporaines de Yin Xin. Né sur la route de la soie, dans l’extrême ouest de la Chine, l’artiste chinois travaille depuis 1994 à Paris. Il s’y est fait un nom en revisitant les chefs-d’œuvre de la peinture européenne, en substituant des figures chinoises aux visages occidentaux, en y insérant des éléments de décor et d’architecture propres au patrimoine asiatique. La présentation en 2016 d’un Botticelli « réinventé » au Victoria and Albert Museum de Londres est encore dans les mémoires des observateurs avisés.  Une sélection de ses tableaux est donc présentée dans la première salle du musée des Beaux-Arts de Beaune. En parallèle, Yin Xin a découvert en 2019 le patrimoine beaunois. Sa visite de la capitale des vins, ajoutée au visionnage de La Grande Vadrouille, s’est traduite par deux toiles : l’une en hommage aux sœurs hospitalières, impressionné qu’il fut par les religieuses à la coiffe blanche portant assistance aux déshérités ; la seconde à la mémoire d’Irma Grivot, religieuse franciscaine née à Beaune en 1866 et morte en Chine en 1900. Ces deux peintures sont exposées dans la chapelle de l’hôtel-Dieu. Un voyage à ne pas manquer. 

1920-2020, La Chine à Beaune
De la route de la soie à la route du vin

Œuvres de l’artiste contemporain Yin Xin
Du 6 novembre 2019 au 28 février 2020

Musée des Beaux-Arts de Beaune – Porte Marie de Bourgogne, boulevard Perpreuil – 03 80 24 56 92


Du musée à l’école

Le musée et l’école des Beaux-Arts de Beaune se sont naturellement rapprochés pour étudier ce qui les lie. La relation est intime : les étudiants, aspirants artistes, s’appuient sur les collections du musée, dont les œuvres conservées constituent un socle aux pratiques artistiques contemporaines. À Beaune, les deux institutions culturelles bénéficient d’un réel privilège : le plateau de travail des étudiants des Beaux-Arts se situe juste au-dessus des salles du musée. Pour matérialiser cette proximité, le musée et l’école ont sélectionné des œuvres (gravures et lithographies) rarement montrées au public pour les offrir au regard des étudiants de la promotion 2019-2020 de l’école des Beaux-Arts (classe préparatoire), afin de concevoir un dialogue entre œuvres du patrimoine et travail photographique contemporain. Durant plusieurs semaines, les étudiants ont découvert ces œuvres (ici, Les horreurs de la guerre d’après Rubens) pour se les approprier à travers leur propre travail de création. Cette rencontre a permis de s’interroger sur des questions artistiques et esthétiques fondamentales, liées au statut de l’image et de sa diffusion, à la représentation du réel dans l’art, ainsi qu’à la capacité d’œuvres anciennes à être source d’inspiration. Le résultat est étonnant. Il est à découvrir au musée des Beaux-arts de Beaune.

Sortir de sa réserve
Les Beaux-arts, rencontre entre un musée et une école

Du 30 novembre 2019 au 28 février 2020

Musée des Beaux-Arts de Beaune – Porte Marie de Bourgogne, boulevard Perpreuil – 03 80 24 56 92

Laisser un commentaire