Beaune, scène de crimes de la Corée du Sud

Du 25 au 29 mars, ce sera le 7ème Festival International du Film Policier de Beaune. Une édition 2015 qui mettra le cap sur la Corée du Sud, avec une nouvelle génération de cinéastes « libérés ». Explications.

Capture d’écran 2015-01-21 à 17.17.53Depuis sa première édition en 2009, le Festival International du film policier de Beaune s’attache à rendre hommage chaque année à une ville « pour son influence et sa dimension au sein du genre policier ».

Ces dernières années, il y a donc eu Paris, New-York, Hong-Kong, Londres ou Mexico. Cette fois-ci, la Capitale des Vins va mettre le cap sur Séoul. C’est en 2003 que le genre policier a fait son apparition sur les écrans coréens, soit 10 ans après la fin de la dictature militaire.

« Il faut bien rappeler que le cinéma coréen ne dispose d’une liberté d’expression que depuis seulement 1993, après trente années de turbulences politiques et de régime fascisant », précise Yves Montmayeur, réalisateur du documentaire Les enragés du cinéma coréen (2007). C’est donc un cinéma « jeune » que l’on découvrira à Beaune, dans le sillage de réalisateurs emblématiques comme Bong Joon Ho, Kim Ki-duc ou Park Chan-wook, des « artistes qui se sont emparés des codes du cinéma de genre pour évoquer dans une sophistication noire et sauvage, le climat de décomposition politique et culturelle d’une Corée aux plaies toujours ouvertes » rajoute Yves Montmayeur.

Même si on ne connait pas encore la programmation détaillée du festival 2015, ce plongeon dans les « ruelles obscures et anxiogènes » de Séoul ne se fera sans secousse !

www.beaunefestivalpolicier.com

Laisser un commentaire