Bichot prend pied dans le Beaujolais

Dans une logique de circuit-court et de couverture intégrale des vignobles bourguignons, Albert Bichot prend pied dans le « saint des saints » du Beaujolais en s’offrant ce que son président Albéric Bichot appelle « une pépite »: le domaine de Rochegrès à Moulin-à-Vent.

CRES9833Albéric Bichot au milieu de sa « pépite »

Albéric Bichot n’est pas seulement fier de porter le nom de ses aïeux: il veut aussi prouver que la bourgogne viticole peut (et doit) fonctionner en circuit court. Sous sa présidence, Albert Bichot, la dernière maison beaunoise 100% familiale raisonne à contre-courant des groupes concentrationnaires et préfère vinifier à Nuits-Saint-Georges quand le raisin est récolté en Côte de Nuits (Château gris notamment), à Chablis quand cela se passe à Chablis (Long-Depaquit), etc, etc.

Dans sa palette qui couvre le vignoble du nord Kimmeridgien au Chalonnais, il lui manquait un morceau du sud pour pouvoir revendiquer la couverture intégrale de la Bourgogne. Ce vide est désormais comblé depuis l’acquisition du Domaine de Rochegrès, l’un des fleurons de l’appellation Moulin-à-Vent.

CRES9862Zoom sur la maison de RocheGrès

« Depuis plusieurs années, Albéric Bichot, rêvait d’acquérir cette pépite », affirme dans un communiqué la direction de la maison beaunoise, car « à cheval entre la Saône-et-Loire et le Rhône, Moulin-à-Vent est surnommé « Le Roi des Crus du Beaujolais », certainement le plus bourguignon d’entre eux, par sa complexité, sa structure et son potentiel de garde. Le micro-terroir de Rochegrès est considéré à Moulin à Vent comme son « saint des saints ». »

D’un point de vue géologique, Rochegrès se distingue de bien des manières. Explication: « Plantés de très vieilles vignes de gamay âgées entre 80 et 100 ans et taillées en « Gobelet », les 3.5 hectares du Domaine se situent sur un coteau d’une altitude moyenne de 350 mètres. Les ceps sont enracinés sur des sols pauvres et peu profonds, granitiques avec de nombreux affleurements de grès. La roche mère très dure, avec des blocs de granit rose et de manganèse non dégradés, oblige l’extrémité des racines à plonger profondément pour chercher sa sève dans la roche même. Ce terroir si singulier confère au vin une belle structure alliée à une finesse et un grain tout en précision. »

CRES9778Zoom sur ce vieux Cep de RocheGrès

Très discrète sur le montant de la transaction (nous sommes malgré tout très loin des délires côte-d’oriens en la matière!), Albert Bichot conforte ainsi sa position de maison traditionnelle bourguignonne tout en développant un soin attentif à ses vignes du point de vue biologique. Elle occupera une fois de plus le devant de la scène des acheteurs lors de la prochaine Vente des Hospices de Beaune, placée sous la présidence de Michel Drucker.

Lire bientôt à ce sujet l’interview complète et exclusive d’Albéric Bichot qui sera publiée dans la prochaine édition de Dijon-Beaune Mag (parution vers le 8 novembre).

One thought on “Bichot prend pied dans le Beaujolais

  1. LEVY Daniel
    29/10/2014 at 21:33

    Il a raison car le Moulin à Vent était il y a encore 30 ans plus cher que des Côtes Rôties et bien sûr que des Condrieux. Quand on calculait un vigneronnage c’était la référence.

Laisser un commentaire