Mickael Bernard et Emmanuel Fuster, les deux franchisés de Class’Croute Dijon, viennent d’inaugurer leurs nouveaux locaux en ZAE Cap Nord. Surfant sur ce déménagement avantageux et les innovations maison, les spécialistes du repas d’entreprise gagnent en appétit. Et satisfont le nôtre…

Emmanuel Fuster et Mickael Bernard, les dirigeants associés de Class’Croute Dijon. © C.Remondière

Mickael Bernard et Emmanuel Fuster conduisent leur destin de chef d’entreprise sous la franchise Class’Croute depuis 2006, à Ahuy, dans la jeune zone d’activités Cap Suzon. Les deux associés ont construit patiemment une clientèle sur toute la métropole, avec l’expérience du terrain et la perception des sensibilités de chacun. L’équipe de cinq collaborateurs (bientôt six) assume mine de rien 10 000 plateaux repas, « 13 000 quand c’est une grosse période », les mois où il n’y a pas de pandémie mondiale. À l’heure des bureaux déserts, Class’Croute Dijon « a perdu 50% de son chiffre d’affaires annuel et fait appel au PGE », la franchise ayant décidé une fermeture complète le temps de revenir aux affaires.

Passé l’orage, Mickael et Emmanuel ont senti qu’il était temps de déménager, en ZAE Cap Nord, rue Ernest Chaput, derrière une très grande enseigne suédoise (vous l’avez ?). Et ainsi passer de 70m2 à plus de 200m2. « On opte pour le confort de travail, avec un atelier cuisine plus fonctionnel et de jolies nouveautés comme cette vitrine libre service ainsi que 38 places assises qui vont nous permettre de recevoir », apprécie Mickael. C’est qu’il y a un peu de flux, dans le coin. À cheval sur Dijon et Saint-Apollinaire, Cap Nord, c’est 500 entreprises pour 10 000 collaborateurs, soit 30% du bassin d’emploi dijonnais d’après l’association d’entreprises du secteur. 

N’en jetez plus !

Cette géographie avantageuse est le corollaire d’une montée en gamme. Class’Croute vient par exemple de lancer C’frais, un frigo connecté, avec paiement et ouverture sans contact, pour casser la graine quand cela vous chante sans bouger de votre entreprise. Un livreur assume le réapprovisionnement quotidien grâce à un suivi en temps réel « quasiment en flux tendu ». Boissons, salades, sandwichs, bowls, pâtes et desserts (végétarien, sans lactose, sans gluten)… il suffit de suivre ses envies.

Le spécialiste de la restauration d’entreprise a aussi beaucoup progressé sur sa qualité RSE : plateau 100% biodégradable (100 tonnes de plastique économisé grâce aux emballages éco-conçus), couverts en bambou, du bio, des fromages AOP, de la farine Label rouge, une stratégie de valorisation des invendus avec 15 000 repas sauvés en 2019 grâce à des plateformes comme TooGoodToGo. N’en jetez plus ! 

Un Class’Croute pour les petites et grandes entreprises

Cette qualité est un préliminaire indispensable. « Les gens ont passé des mois à cuisiner chez eux, maintenant, les attentes sont certainement différentes », analyse l’expérimenté duo, lucide aussi sur la vague de fond qui arrive, avec des restaurateurs devenus par la force des choses des cuisiniers-livreurs-pick-and-collecteur. Si l’offre est complémentaire, après tout pourquoi pas, disent les associés au service du bien-manger, conscients de bénéficier d’une ingénierie éprouvée et d’une grande agilité sur un marché mouvant. 

« Class’Croute, c’est aussi un super capital sympathie et un excellent référencement, le grand enjeu entre toutes les plateformes similaires. Si la qualité est au rendez-vous et que l’accueil est humain, le reste suit », commentent Mickael et Emmanuel, visiblement ravis « d’être utiles à une TPE qui vient de naître aussi bien qu’à des grandes entreprises comme Tetra Pack à Longvic ou Oncodesign du côté de Mazen-Sully ». S’occuper du repas de l’autre, c’est être associé à un moment important du quotidien d’une entreprise, se retrouver au contact direct du tissu économique local et, au bout du service, souhaiter un bon appétit « à des gens toujours contents de nous voir ». Tiens, l’auteur de ces lignes termine ce texte à midi trente. Il se ferait bien une petite salade… La « Soho » (batavia, pommes de terre grenaille aux oignons, pastrami, cheddar maturé, maïs, noix de pécan et sauce au bleu) est originale et nous fait de l’œil. Allez, bon app’ !   


CLASS’CROUTE DIJON
1 rue Ernest Chaput – 03 80 30 24 97

www.classcroute.com

Laisser un commentaire