Jusqu’au 29 mai 2021, le Festival des Transitions écologique et numérique sensibilise aux mutations de notre société : développement durable et territoire intelligent, à travers un programme essentiellement dijonnais, dématérialisé en grande partie, alternant challenge étudiant, exposition de Data Art, conférences publiques et ateliers dans les lycées.

Datavisualisation des vents soufflant près d’Istanbul © Refik Anadol

Un collectif de partenaires d’horizons divers s’est mobilisé pour mettre en place en ce début d’année et sur plus de quatre mois, un événement régional à visées à la fois pédagogique, ludique et culturelle. Ce festival, qui se déroule principalement à Dijon, mais aussi à Belfort et à Mâcon, fédère des acteurs publics institutionnels comme Dijon Métropole ou le groupe EDF, ainsi que des acteurs de l’enseignement et de la recherche, dont les Campus des métiers et des qualifications ou l’École supérieure appliquée au design et au digital (Esadd). Chaque événement ou animation proposées s’adresse à un ou plusieurs publics : élèves de grandes écoles, étudiants du campus de Dijon, élèves des lycées et collèges des académies de Dijon et de Besançon, mais aussi grand public, entreprises et collectivités.

La manifestation débute ces jeudi 14 et vendredi 15 janvier par un Idéathon s’adressant aux étudiants sur les thèmes de l’alimentation durable et de la smart city, sur lesquels Dijon Métropole se positionne à travers des projets d’envergure. Les participants seront formés en amont à l’utilisation de méthodes et d’outils d’« idéation » pour booster leur créativité. En équipes pluridisciplinaires, ils vont phosphorer sur des problématiques soumises par des entreprises, clusters et collectivités du territoire.

Un campus virtuel

L’an dernier, sur d’autres thématiques, les étudiants s’étaient par exemple creusés les méninges sur « Comment faire revenir les jeunes à l’opéra » ou « L’emballage de demain par rapport aux contraintes du e-commerce ». Cette année, rendez-vous est donné sur le campus virtuel de l’éditeur Virbela, où chaque participant pourra balader son avatar de l’auditorium aux salles de travail en groupe. Le ou les meilleurs projets étudiants retenus par le jury pourront faire l’objet d’un prototypage pour une éventuelle application. Visuel Campus virtuel

Pour le grand public cette fois, l’exposition « 1 2 3 Data », produite par la Fondation Groupe EDF, présentera à partir du 1er mars au musée de la Vie bourguignonne des œuvres numériques de 12 data designers. Mettant les données au service de leur art, ces créateurs livrent une représentation esthétique et spectaculaire de données figurant certains des grands défis planétaires : déséquilibres environnementaux, menaces sur la biodiversité, inégalités sociales, pollution sonore, vieillissement des populations… Une œuvre spécifique créée pour Dijon Métropole à partir de données locales sera également exposée.

Le campus virtuel de l’éditeur Virbela, où chaque participant pourra balader son avatar de l’auditorium aux salles de travail en groupe, lors du Festival des Transitions. © D.R.

Le programme du Festival des Transitions numérique et écologique

Data Challenge (en mars-avril) : dans le cadre de son projet de ville intelligente, Dijon Métropole organise des concours auprès de start-up afin de faire émerger de nouveaux services à partir de données collectées par On Dijon. Dans ce cadre, les étudiants de l’École supérieure des Travaux publics (ESTP) ont planché sur le thème du développement durable. Leurs propositions seront exposées sous forme de posters à Latitude21 et au musée de la Vie bourguignonne.

Exposition « 1 2 3 Data » (du 1er mars au 29 mai au musée de la Vie bourguignonne) avec accompagnement pédagogique adapté en fonction des publics. Pour les scolaires, possibilité d’atelier collectif d’éveil aux impacts de l’utilisation du téléphone portable sur le dérèglement climatique.

Expo « Énergie » (du 8 mars au 29 mai à Latitude21) : notions physiques, histoire des techniques, enjeux de consommation et du changement climatique, sources et perspectives pour le futur (technologies, filières, évolution des comportements…).

Expo « Toujours la vie invente » (du 8 mars au 30 juillet à Latitude21) : le travail du paysagiste Gilles Clément et les principaux concepts qu’il a développés tout au long de sa carrière : tiers-paysage, jardins en mouvement, école du jardin planétaire… 

Cycle de conférences (de mars à mai) : exposés, échanges et débats pour poursuivre la réflexion sur les transitions écologique, énergétique et numérique. 

La Fresque du Climat (du 1er février au 29 mai à Dijon et Belfort) : des ateliers ludiques et créatifs s’adressant aux collégiens et lycéens afin de mieux comprendre les mécanismes du dérèglement climatique. Animation assurée par des étudiants volontaires recrutés au sein des écoles d’ingénieurs de la région, et formés à cet effet.

Journée matériaux biosourcés et géosourcés (fin mars) : lors de cette journée, les apprenants et les enseignants du secteur de la construction sont invités à découvrir, toucher, tester ces matériaux sous forme d’ateliers pratiques et de temps d’échange.

Laisser un commentaire