Le golf de Beaune-Levernois change de swing

Après plus d’un quart de siècle de bons et loyaux putts, Christian Piot a cédé cet été son « bébé » à un repreneur ambitieux, la société LCDP Sports et Loisirs. Désormais présidé par Isabelle Pierrey, le golf de Beaune entre dans une nouvelle ère de jeux et de perspectives. Revue de parcours.

Employée par la société LCDP et fraîchement présidente du golf de Beaune, Isabelle Pierrey place beaucoup d’espoirs dans ce nouveau projet au vu du potentiel exceptionnel du site. © Michel Joly

Par Dominique Bruillot
Pour Dijon-Beaune Mag #66 

Beaune, ses vins, ses Hospices, sa collégiale, ses caves prestigieuses, ses belles tables et son golf. Ce qui semble si évident à l’énumération ne l’est pourtant pas dans les faits. Sans Christian Piot, cette cité née pour le loisir élégant n’aurait peut-être jamais eu de place sur le circuit des putters.

Premier swing : l’ère du Jurassien

Ce Jurassien a connu le monde du golf en lui vendant des panneaux de balisage. « Je me suis dit qu’un jour, je ferai le mien », se souvient Christian qui, en 1989, tient parole en se portant acquéreur de quelques dizaines d’hectares de terrain à l’entrée sud de Beaune, en grande partie sur la commune de Levernois. « Des champs de maïs », notamment.

L’homme se découvre alors des talents de créateur. « J’ai tout dessiné, tout imaginé… aujourd’hui ce serait carrément impossible », raconte-t-il, pas peu fier d’avoir « planté des milliers d’arbres » au fur et à mesure de son aventure. Au point de donner à son site les caractéristiques d’un espace naturel à part entière, où le gibier trouve son compte en croisant parfois les joueurs. Le tout avec deux parcours idylliques de 9 et 18 trous, qui ont mobilisé une armada de tractopelles pour voir le jour.

Pour autant, en 27 ans de don de soi, la vie du patron de golf n’aura pas été un long fleuve tranquille. Ce genre d’exploitation, c’est monnaie courante, peut aussi avoir des trous où on ne les attend pas. Comme dans le budget. Malgré certaines « années de galère », où il lui fallut prendre son mal en patience, Christian Piot a su « mener à bien de lourds investissements » et tirer profit de « cette plaque tournante autoroutière qu’est Beaune ».

En témoignent un club-house (aujourd’hui placé sous la bienveillance d’Aurélie Malfondet – un pilier du golf de Beaune, présente et très appréciée depuis quinze ans – et du nouvel arrivant Pierre-Jean Renard), et un espace restauration ouverts en 2000. Aujourd’hui, le Jurassien dont chacun à Beaune connaît le caractère franc et entier, tire sa révérence, un peu las d’avoir autant donné, il le reconnaît volontiers. Il s’en revient chez lui taquiner le poisson dans les eaux claires de Saint-Laurent-en-Grandvaux, dans son Lac de l’Abbaye, ravi, en tant que (très) jeune retraité, d’avoir trouvé une issue heureuse à son parcours et un prolongement à son œuvre. Joli back swing.

Deuxième coup : l’air de Beaune

La volonté de céder son affaire n’était donc qu’un secret de polichinelle. Mais afin de faire taire les rumeurs fantaisistes, Christian s’en était personnellement ouvert au quotidien du coin, en tout début d’année, assurant qu’il ne vendrait pas son golf, donc son âme, à n’importe qui.

C’est dans ce contexte qu’arrivent LCDP, holding actionnaire de référence de la Société Est Métropoles (SEM), naturellement attirées par les possibilités du lieu, une soixantaine d’hectares au total, dont une partie constructible. Avec une promesse ferme à la clé : laisser le golf au cœur du jeu à venir. Cet aménageur-promoteur s’appuiera donc sur sa filiale la SEM, autrefois institutionnel (ex-Semaad) ayant connu une première vie dans l’économie mixte et l’agglomération dijonnaise avant de devenir privé. Une double vocation qui l’autorise à prendre part à des projets d’envergure tout en privilégiant la dimension territoriale. À Beaune, la pérennité du green est donc une motivation de premier plan. Tout sauf un gadget. Ce que confirme Isabelle Pierrey, nouvelle présidente du golf, détachée par LCDP pour mener à bien sa mission : « Christian Piot était une connaissance, je savais ce qu’il attendait de son repreneur, et Beaune est un terrain de jeux fantastique pour cela, une destination mondialement connue, portée par la beauté historique de la cité, la grandeur des vins bientôt consacrée par une Cité dédiée, les climats de Bourgogne, etc. Nous n’aurions jamais investi dans un autre golf. C’était Beaune ou rien ! »

Ceci, sans oublier un formidable potentiel foncier, dont la gestion se fera « en partenariat étroit avec les communes de Levernois et Beaune » dont il dépend. Comme toujours dans ce genre de projet, Isabelle Pierrey n’est pas seule : les précieux « greenkeepers » Daniel Rey et Sébastien Gameiro piloteront la partie technique, assistés des saisonniers Yannick Grux et Gabin Marlot. Pour ce deuxième coup, voilà une bien précieuse approche du drapeau.

Christian Piot n’a pas connu que des « années de galère ». Son golf a longtemps prospéré. Le désormais ex-propriétaire a senti qu’il était temps de tendre le club à quelqu’un d’autre. © C.Remondière

Par 3 : L’aire de jeux

Maintenant, que faire de tout ça ? Après un temps d’observation, Isabelle livre un peu de son jeu. Deux trous seront rapatriés depuis l’autre côté de la route de Levernois, une question de cohérence pour le parcours. Puis, très vite, des aménagements extérieurs (pergola, espace buffet…) seront effectués pour accueillir de nouvelles compétitions comme la BMW Cup qui se jouera dès le 24 septembre.

Côté réceptif, les choses vont bouger aussi. Club-house, rez-de-chaussée, vestiaires, douches : l’heure sera au rafraichissement. « Mon idée est de faire un country club avec un espace de loisirs et de détente, mais aussi de faire revenir des adhérents et des green-fees (*) et booster la formation avec l’école de golf. Au final, il s’agira d’un golf qui compte et d’une nouvelle destination pour nos pays voisins », explique encore la présidente, qui n’hésitera pas non plus à reprendre les bonnes recettes de son prédécesseur lorsqu’il s’agira d’organiser des offres promotionnelles spectaculaires comme dans le vêtement sportif.

Sur le green, Pierre Duverne et Joffray Sainthillier, les « pros » de l’équipe connus de tout le monde ici, reprennent les clubs en main, pour de nouvelles méthodes. Mais au-delà de l’agrément que procure l’acte de jouer, pour lequel le golf de Beaune est déjà une référence, il s’agit de faire du lieu une destination conviviale, où « les gens s’amusent, y compris par mauvais temps ».

Une restauration « spéciale golfeur » de qualité, des animations, quelques jeux et de la bonne humeur : telle est la première promesse d’une reprise amorcée dans un climat de confiance. Avec, au premier rang de l’objectif, un public beaunois qui est à reconquérir, aux couleurs du vin par exemple, cela va de soi. En attendant de nouvelles révélations, ce premier drive se présente donc bien pour les repreneurs du golf de Beaune. Et ce putt de la reprise devrait assurer au moins le par. 

(*) terme désignant le prix d’accès pour un joueur non-adhérent.


Prêts pour la rentrée

Dès septembre, le programme a de quoi remettre en forme.

Dimanche 3 septembre : Coupe Champagnes Duval-Leroy ; Dimanche 10 septembre : Coupe des restaurateurs ; Dimanche 17 septembre : Trophée Kiwaxion ; Vendredi 22 septembre : Compétition Eiffage Grand Est ; Dimanche 24 septembre : BMW Cup. ; Samedi 30 septembre et dimanche 1er octobre : championnat du club en partenariat avec la BIB (Bourse Immobilière de Beaune).

2 thoughts on “Le golf de Beaune-Levernois change de swing

  1. Janique Arnoux
    16/08/2017 à 10:52

    Très belle publication,
    Avec une pensée émue pour Christian qui n’aura plus de pigeons à plumer
    Longue et belle vie au golf …

  2. 06/08/2017 à 21:43

    Longue vie et Bonheur au Ninou ! Il va pouvoir enfin dire et à juste titre ; « Bon débarras ! »

Laisser un commentaire