Hep sommelier! Homard m’a « tuer »

La homard bleu sera la grâce de votre repas de fin d’année, une « tuerie » comme on dit aujourd’hui. Un grand cru chablis ou un chassagne premier cru de grande classe y apporteront le bouquet final.

Homard - crédit photo : DR

Homard – crédit photo : DR

Par Michel Smolarek

« Le homard reste un plat de fête, de préférence bleu qui signifie de provenance européenne. Vous avez le choix soit en entrée, la préparation peut être froide ou bien chaude. Mais revenons à des préparations classiques pour la maîtresse de maison, comme avec une sauce armoricaine ou thermidor.

Nous avons la chance d’avoir des vins secs et minéraux sur le vignoble de chablis. Avec le homard froid c’est un mariage de raison, mon choix s’oriente sur un chablis grand cru moutonne du domaine Long de Paquit. Je vous conseille un millésime avec de la tension et frais comme 2008 ou bien 2010.

Si vous optez pour une préparation chaude, il faut un vin blanc avec de la puissance afin de résister à la sauce épicée et relevée. Deux vins semblent s’imposer: un chassage-montrachet 1er cru la Romanée du domaine Paul Pillot ou bien un hermitage blanc du domaine Chave. »

Laisser un commentaire