In semi veritas

Ils sont à la fleur de l’âge et courent comme des lapins : vigneron de son état, Benjamin Leroux connait par cœur les vignes traversées à vive allure lors la Vente des Vins ; autant que son épouse Libbi. Témoignage d’un couple adepte du semi, et pas à moitié.

 

Par Michel Giraud – Photo : Michel Joly

Au sortir d’une intense période de vendanges et de vinification, Benjamin Leroux le reconnait volontiers : « Septembre et octobre sont des mois forcement compliqués pour aller s’entrainer. Les vignes et la cave nous occupent à plein temps. Du coup, les baskets restent plus souvent au placard ! »

Boston, Londres, Rome, Beaune

Pourtant, pas question pour le vigneron beaunois de rater le « semi ». La course à pied, c’est une passion qu’il partage avec Libbi, son épouse. Ensemble, ils ont parcouru le monde pour s’aligner sur quelques-unes des plus belles courses de la planète : à Boston, à Londres, à Rome ou à Barcelone : « Et on se doit d’être sur la ligne de départ à Beaune ! C’est une course tellement particulière, au milieu des vignes. Ce sont des lieux que je connais par cœur, là où je travaille, où j’évolue au quotidien… mais parcourir le vignoble en courant, ça reste magique. Meursault, Volnay, Pommard, on traverse des lieux sublimes, on peut même trinquer au ravitaillement ! Puis, l’organisation est vraiment bien rodée. J’ai fait des marathons dans de plus grandes villes qui étaient moins bien organisés qu’ici ! »

Parcours exigeant… et déguisé

Attention, la course beaunoise n’a rien d’une promenade de santé où l’on s’amuse à caresser les vignes flavescentes. Libbi acquiesce : « C’est un parcours exigeant, avec de bons dénivelés. Il faut être prêt, car c’est sélectif jusqu’au bout, même dans la partie finale, en bas des vignes, là où tout parait plat… eh bien, avec le vent de face, je peux vous dire que ça calme ! »

En temps normal, Benjamin s’entraine trois fois par semaine, jusqu’à cinq fois en pleine préparation. Cette préparation qui lui manquera à coup sûr d’ici novembre : « Alors, on a décidé de s’aligner sur le 10 km plutôt que le semi. En étant à Beaune, nous allons pouvoir nous appuyer sur les grands-parents pour garder les enfants, et ainsi courir ensemble avec Libbi. On a même prévu de convier une bande de copains et de faire le parcours déguisés ! C’est aussi la magie de Beaune, tout le monde peut y trouver son compte, venir pour la performance sportive, ou tout simplement pour le partage. Puis, quand on est sportif, on aime bien recevoir des médailles, mais se voir offrir en guise de cadeau d’arrivée une bonne bouteille, c’est quand même très plaisant, même pour un vigneron ! »

Semi ou foulée ?

Plus de 4 000 coureurs, rien que sur le semi-marathon. Un morceau de bravoure de 21,1 km à travers vallons et vignes. Pommard, Volnay, Meursault réservent toujours un accueil chaleureux aux athlètes, entre dégustations de produits du terroir et animations musicales. Un accueil auquel vous aurez également droit sur les Foulées Beaunoises. Un tracé réduit à 10,4 kms, mais le même plaisir de sillonner des climats classés Unesco. Le samedi à 13 h 40 pour les Foulées Beaunois, à 14 h pour le Semi.

Laisser un commentaire