En attendant nos retrouvailles avec des sorties œnotouristiques bien réelles, on peut quand même flâner sur la route des vins de Santenay à Dijon. Sans auto, ni calèche, ni bâton, ni vélo, mais depuis l’écran de sa tablette ou de son ordinateur. Départ immédiat via Google Maps. 

Le château du Clos Vougeot à visiter virtuellement. © 2019 / Google Maps

Par Éric Perruchot

« J’chais pas quoi faire, mais qu’est-ce que je peux faire ? » En ces temps « coronavicieux », reviennent les jérémiades d’Anna Karina, alias Marianne, sur l’île de Porquerolles (dans le film Pierrot le Fou de Jean-Luc Godard). La plage de sable, pas la peine d’y penser, même avec une attestation de déplacement professionnel. De Beaune, je ne sais même plus comment aller à Dijon. Plus de pouce tendu le long des vignobles inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. À peine quelques gars dans les vignes à attacher les baguettes. Un par parcelle, par précaution.

Bottes de sept lieues numériques

Sans bouger de chez soi, on peut parcourir les quatre points cardinaux sur l’application géographique Google Maps. Ou simplement réviser ses classiques sur la route des Grands Crus, balisée d’une grappe blanche sur panneau marron. De Santenay à Dijon en passant par Vosne-Romanée, Vougeot, Chambolle-Musigny… Le plus étonnant dans ces voyages virtuels, c’est qu’ils sont presque intergalactiques ! Entre deux villages, une saison entière peut s’écouler. Le soleil resplendit à Saint-Aubin par exemple, puis le temps est à la pluie sur l’ancienne RN6 à Gamay, 2 km plus loin. À Villars-Fontaine, au niveau de La Karrière, les arbres sont en berne de feuilles, avant de reverdir d’un coup une fois redescendu à Comblanchien. Les vignes aussi sont d’humeur changeante : encore frêles à Santenay, rognées à Auxey-Duresses, puis vendangées à Premeaux-Prissey. Que le temps passe vite en bottes de sept lieues numériques !

À Santenay, la pensée se met en roue libre le long de la vallée de la Dheune. En d’autres circonstances, une grimpette à la montagne des Trois Croix (par le sentier des Crêtes, le moulin Sorine et le dolmen du Cul blanc) aurait tiré sur les mollets. Pas d’accès virtuel aux tables d’orientation d’où se dessinent par beau temps le Mont Blanc et les contreforts du Morvan, mais un beau panorama à 360° sur la Côte de Beaune, la Côte chalonnaise et les Maranges.

D’un clic, on vire sur Vosne-Romanée, pile au portail de l’ancienne cuverie du prince de Conti. Propriété du domaine de la Romanée-Conti, elle est devenue un espace d’exposition du centre d’art contemporain Le Consortium. En vis à vis, la maison de Jules Legrand, maréchal de camp de Napoléon Ier, qui a ferraillé sur les champs de bataille avant de goûter de vieux jours entre ses vignes. Par la rue du Temps perdu, près de l’église, le départ du sentier des Moines invite à prendre une bolée d’air jusqu’aux ruines de l’abbaye Saint-Vivant, sur la colline de Vergy. 

D’un simple bond de souris

Pour l’instant fermé à la visite, le château du Clos Vougeot se découvre à l’écran sous tous les angles. Belles vues sur des vignes dorées et sur l’ancien cellier des cisterciens. À l’intérieur, une incursion panoramique permet de découvrir la cour d’honneur aux toits pentus, les anciennes cuisines, les lourds pressoirs médiévaux de la cuverie, la salle des chapitres des Chevaliers du Tastevin… Comme si on y était ! En attendant des jours moins confinés, la confrérie nous conte sur sa page Facebook « un peu d’histoire pour patienter », et se consacre au soutien des soignants sur le terrain des produits locaux.

Sans se presser, d’autres pressoirs à levier (ou « treulx » en bourguignon) conduisent à Chenôve, sur le territoire de la métropole dijonnaise. Ces énormes casse-noix en chêne, encore manœuvrés à la fête de la Pressée (3e week-end de septembre), ont-ils vu la reine Margot soutirer de coquines aventures ? Jouant du clic, je rétropédale jusqu’à Chambolle-Musigny au pied du remarquable tilleul de Sully (ministre de Henri IV), rue du Tilleul évidemment. Doux effluves que la mémoire ravive. Une décoction est bienvenue pour mieux poursuivre le voyage depuis sa table de travail.

À 4,56 km à vol d’oiseau, je pivote au-dessus de Dijon par les rues de Larrey, des Layottes, des Perrières, du Tire-Pesseau. Autant de noms qui évoquent la vigne, encore plantée sur le plateau de la Cras à Plombières-lès-Dijon, que je survole par satellite comme un Spiderman. Au parvis de l’église Notre-Dame, un jour populeux de marché s’est suspendu. Effet loupe sur les étals : les cavistes ont sorti leurs caissettes de pommards, gevrey-chambertins, rullys et autres chablis. En zoomant sur l’entrée des halles néo-Eiffel, apparaissent des têtes de chevreuil, de sanglier, de poisson et de volaille sur des colonnes de fonte ornées de raisins. La récolte est à livrer sans tarder au Vendangeur de la place du Bareuzai où tourne manège. Depuis 116 ans, la statue en bronze foule du raisin sur son piédestal. Il faut virtuellement imaginer ses « bas rosés » teintés par le moût, qui lui ont donné son surnom. Et de cliquer pour rentrer chez vous ou poursuivre votre périple d’un bond de souris. Le e-voyage, c’est aussi simple que ça.


Écrire maintenant : notre collaborateur Éric Perruchot a lancé une page Facebook résiliente qu’il présente ainsi : « Nous sommes beaucoup à être confinés. Nous avons du temps. Alors c’est le moment d’écrire. Ce qu’on ressent. Tout est à faire. Tout est à inventer. Paroles, ta parole. » Chacun peut aller y lire et publier des textes écrits pendant le confinement.


Sur le même thème

Bourgogne Maps
Excellente nouveauté proposée par le BIVB : un atlas interactif et joliment conçu des vins de Bourgogne, avec les cartes détaillées des 84 appellations bourguignonnes (7 AOC régionales, 44 AOC villages, 33 AOC grands crus), contenus inédits sur les appellations (textes, photos…), liste des domaines ou fêtes enregistrés sur le site des vins de Bourgogne…

Les expériences en ligne du Château de Pommard
Le Château de Pommard dévoile trois nouvelles expériences pour explorer virtuellement les prestigieuses appellations de Gevrey-Chambertin à Meursault. Disponible à partir du 15 avril, le premier chapitre de cette série, La Route des Grands Crus, met l’accent sur la diversité des appellations en Côte de Nuits et Côte de Beaune. À partir du 6 mai, le second chapitre, La Route des Grands Crus Premium, se concentrera ensuite sur les terroirs les plus remarquables, et sur les techniques de vinification propres aux grands crus qui en sont issus. À partir du 27 mai, le troisième opus, Les Incontournables de Bourgogne, sera consacré aux deux cépages emblématiques de la région, le chardonnay et le pinot noir. Lors de ces visioconférences pédagogiques et divertissantes, animées en direct par les conseillers en vin du Château de Pommard, les participants pourront aussi découvrir l’art de la dégustation et les vins du domaine.

Expériences en français : tous les mercredis à 18 h et tous les samedis à 16 h, sessions d’environ 90 min limitées à 30 personnes, gratuites et sans obligation d’achat. Réservation obligatoire.

Laisser un commentaire