L’exposition sonore itinérante Paroles vigneronnes est le témoignage précieux de vignerons sur l’évolution de leur métier et de leur environnement. Ce bijou du patrimoine oral est à apprécier à La Karrière jusqu’au 5 octobre puis au château du Clos de Vougeot.

Depuis deux ans, l’exposition sonore « Paroles vigneronnes » circule dans la côte viticole, donnant à entendre une sélection d’extraits de témoignages de vignerons et de travailleurs de la vigne et du vin sur l’évolution du métier et du monde viticole depuis une cinquantaine d’années. D’une durée de 25 minutes, le montage aborde différents thèmes comme l’adaptation aux changements climatiques, la transmission – parfois mouvementée – d’une génération à l’autre, ou la place du travail des femmes. 

Autour du point d’écoute, des panneaux permettent de comprendre la démarche initiée par l’Association des Climats du vignoble de Bourgogne et par la Maison du Patrimoine oral de Bourgogne : travailler à la fois sur le recueil de la culture orale, par essence « volatile », et réinvestir cette culture orale, à travers des échanges et des apéros-débats.

Trois nouveaux apéros-débats Paroles vigneronnes

Ces débats proposent aux visiteurs de donner leur ressenti et leur point de vue sur les témoignages entendus. Vigneron, habitant, visiteur de l’exposition, chacun peut participer. Chaque apéro-débat porte sur un thème différent. La Karrière à Villars-Fontaine accueillera prochainement deux de ces rencontres (25 septembre et 5 octobre à 18h30) ainsi que l’expo Paroles vigneronnes jusqu’au 5 octobre. Le site, dont les parois millénaires seront à nouveau le terrain d’expression de street artistes fin septembre, sera donc bien animé pour l’arrière saison.

Un autre apéro-débat sera tenu, le 5 novembre à 18h30, au château du Clos de Vougeot. Le site verra enfin l’exposition passer entre ses vénérables pierres du 24 octobre au 31 décembre.

Expo Paroles vigneronnes
> Jusqu’au 5 octobre à la Karrière
Entrée sur le site : 3 € – entrée libre aux apéro-débats du vendredi 25 septembre et lundi 5 octobre 2020 à 18h30.
Du 24 octobre au 31 décembre, au château du Clos de Vougeot
Entrée payante du site – entrée est libre à l’apéro-débat du jeudi 5 novembre à 18h30. Réservation conseillée (places limitées) au 03 80 20 10 40 – port du masque obligatoire

Pourquoi transmettre les « paroles vigneronnes » ? 

Chaque vigneron, chaque ouvrier viticole ou artisan de la filière porte une part de l’histoire des Climats ; une culture orale, immatérielle, transmise et réinterprétée d’une génération à l’autre. Ces savoirs, discrets et précieux, sont l’essence du projet « Paroles vigneronnes ». Ces entretiens ont été menés par les ethnologues de la Maison du Patrimoine oral de Bourgogne (MPOB), une référence régionale, en lien avec la DRAC. Ils ont pris soin de travailler avec les personnes interviewées sur les éléments qui leur semblaient important de transmettre. 

Un projet qui se poursuit depuis 2018…
35 interviews ont déjà été enregistrées. Débute désormais une phase d’analyse. Les paroles sauvegardées ont plusieurs destinations. Les détails des interviews sont accessibles à tous, sur le site internet dédié.
Ces paroles seront ensuite archivées par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, qui assurera la sauvegarde pérenne des supports de cette enquête ainsi que leur prise en compte dans les productions des chercheurs. 
L’Association souhaite également proposer au grand public et au jeune public de les découvrir. Une restitution à plus grande échelle est en réflexion pour 2022. L’Association et la MPOB souhaiteraient enfin pouvoir travailler avec des étudiants de la filière viticole. De nouveaux rendez-vous en perspective ! 

Les incertitudes sanitaires poussent les musées à adapter leur programmation. À Chalon-sur-Saône, le Musée Denon a eu l’idée d’aller puiser dans les trésors de ses réserves pour dévoiler des pièces étonnantes, peu ou pas vues antérieurement. Le résultat vaut le coup d’œil !

Évidemment, pas grand-chose ne semble rapprocher une crosse d’évêque en ivoire d’un poignard incrusté d’argent (quoique, à certaines époques…), ni Elisabeth Stuart, reine de Bohême, de cette bonne ville de Dieppe. Et pourtant, le Musée Denon de Chalon-sur-Saône a trouvé moyen de les rassembler au sein d’une même exposition intitulée « Trésors déconfinés« , qui se tiendra du 12 septembre au 10 janvier prochain.

« C’est un petit clin d’œil au déconfinement, qui nous a permis de plonger dans nos réserves, fortes de 25 000 objets archéologiques et de 11 000 sculptures et peintures, pour y sélectionner un ensemble de pièces et d’œuvres éclectiques, couvrant une immense période allant du néolithique au XXe siècle« , précise Audrey Lebeault, en charge de la communication du musée.

 

Une sélection sensible et éclectique

L’exposition reste compacte, comme rassemblée sur elle-même, en écho aux réserves où sommeillent d’ordinaires les pièces dévoilées, « certaines pour la première fois, d’autres que l’on montre très rarement« , promet-on. C’est tout naturellement que le choix rappelle les forces d’un musée d’excellence, disposant d’un fonds archéologique considérable, et d’un fonds artistique de valeur. La crosse dite de Saint-Loup, une merveille d’ivoire d’éléphant et bronze, fabriquée à la fin du XIIe siècle, impressionne par sa patine, acquise au gré des innombrables processions qu’elle a vécues. Extraites du trésor de la sépulture de Balleure, des fibules du Xe siècle dévoilent la finesse de l’orfèvrerie à l’époque de la scission de l’Empire romain. 

Bien sûr, l’exposition n’oublie pas la peinture et la sculpture. Plusieurs dessins et esquisses sont exposés, notamment de Greuze, ou encore de Jean-Baptiste Hilaire. « Ces pièces ne peuvent être exposée que quelques mois par an, pour en assurer la bonne conservation« , précise Audrey Lebeault. L’exposition est également l’occasion de faire passer un message plus sociétal, à travers la sculpture d’Hélène Bertaux, « Le printemps » : un buste de femme, en marbre rehaussé de feuilles d’or, et sa coiffe ailée, symbole de liberté. « Hélène Bertaux s’est distinguée par son combat pour la reconnaissance des femmes artistes, c’est une manière de lui rendre hommage« , note Audrey.

Jean-Baptiste Hilaire, Deux Turcs assis,
seconde moitié du 18e siècle, pierre noire, plume et encre noire sur papier vergé,

© Musée Denon, Chalon-sur-Saône

En pratique 

Musée Vivant Denon, 3 rue Boichot (entrée par la place de l’Hôtel de Ville) 71100 Chalon-sur-Saône – 03 85 94 74 41 musee.denon@chalonsursaone.fr

Ouvert tous les jours (9h30–12h > 14h–17h30) sauf les mardis et jours fériés

Entrée libre

Des visites commentées de l’exposition Trésors déconfinés sont proposées les 19 et 20 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine. Elles auront lieu le samedi et le dimanche à 10h, 11h, 12h, 13h30, 14h30, 15h30, 16h30 et 17h30. Durée de la visite : 30 min. Gratuit. Jauge limitée à 9 personnes. Inscriptions à partir du 14 septembre au 03 85 94 74 41.