Souvenir d’une Saint-Vincent à Saint-Aubin

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

Saint-Aubin se réveille samedi sous un manteau blanc alors que les confréries vigneronnes s’apprêtent à braver le froid dans les vignes pour le traditionnel défilé de la Saint-Vincent tournante : des saints, des étendards reconnaissables entre tous, des habits d’apparat, et un cortège d’aficionados venus encourager les marcheurs. Une matinée sainte, pleine de couleurs, de bruits et de spiritualité avant la grand’messe d’une dégustation qui aura duré deux jours. 

7 h30. Le village, figé par une nuit glaciale se réveille timidement. Les premières lueurs du jour mettent en valeur ce paysage de vignes dans l’arrière côte. La journée semble s’annoncer sous les meilleurs auspices (non de Beaune, mais de Saint-Aubin !)

 

8 h15. Le cortège des compagnies vigneronnes traverse les vignes en toute quiétude. A ce moment précis, elles arrivent en un site qui domine tout le paysage de Saint-Aubin. Au loin, on peut apercevoir Gamay ou Chassagne-Montrachet.

 

8h45. Le défilé poursuit sa marche jusqu’au monument aux morts, au rythme des compagnies musicales. L’ambiance semble se réchauffer un peu même si le soleil reste timide.

9h30. Le cortège se rassemble autour du monument aux morts. Un moment de recueillement ponctué par la Marseillaise jouée solennellement et le spectacle des saints en bois alignés les uns à côté des autres.

10 heures. C’est l’heure de la messe. Dans la petite église de Saint-Aubin, quelques anciens vignerons du village vont être intronisés par les membres de la confrérie du Tastevin, reconnaissables à leur robe de sang et d’or. Bientôt, les vignerons de Bourgogne poseront leurs étendards et leurs saints, pour rejoindre le public qui se prépare dans le calme, à un beau et long week-end de dégustation.

11 h 30. Les tonneaux gelés du village vont bientôt se réchauffer. Alors qu’un beau soleil illumine enfin le ciel de Saint-Aubin, la dégustation peut débuter. Les visiteurs colonisent un circuit tout en longueur, allant de Gamay jusqu’aux rues de Saint-Aubin. A chaque étape de dégustation, les visiteurs s’efforcent d’honorer Saint-Vincent et la devise de la Confrérie du Tastevin : « Jamais en vain, toujours en vin ». Prochain rendez-vous en 2015, à Gilly-lès-Cîteaux et Vougeot. Le soir, devant 800 convives qui se sont régalés de la cuisine du chef étoilé Jérôme Brochot, le président du comité de la Saint-VIncent Christian Roux annoncera que Saint-Aubin postulerait bien à nouveau pour… 2044. Ce sera alors la centième.

 

 

Laisser un commentaire