Takashi Kinoshita, le chef étoilé du Château de Courban, avait lancé l’initiative. Ses amis toqués japonais prennent le pli et permettront la livraison d’une centaine de repas complets, dimanche 5 avril, pour le personnel soignant du CHU Dijon-Bourgogne. Arigato !

Harold Dupaty (Sabot de Vénus) et Takashi Kinoshita (Château de Courban) ont signé une première livraison dominicale qui en appelle d’autres. © Jean-Christophe Tardivon / Infos-Dijon.com

Takashi, Saé, Tomofumi, Keigo, Keishi. Tous travaillent dans belles tables de Côte-d’Or (voir ci-dessous), soudés par une amitié nippone taiseuse et sincère. Ils sont encore blessés de la fermeture de leur établissement au soir du 14 mars, en plein service. Tous ont fait le choix de retrousser leurs manches étoilées et préparer de quoi manger au personnel du CHU de Dijon, pôle régional le plus confronté aux cas de Covid-19.

Takashi Kinoshita a effectué une première livraison dimanche dernier, avec la bénédiction de son patron propriétaire du Château de Courban, Frédéric Vandendriessche. « Ça a été extraordinaire : des gens répondaient tout de suite, y compris ceux avec qui on ne travaille pas », témoignait le gérant aux confrères d’Infos Dijon, pour retracer le fil d’un appel aux dons auprès de fournisseurs sensibles à cette démarche. Avec le soutien logistique d’Harold Dupaty, chef du Sabot de Vénus (Bure-les-Templiers) ayant fourni son camion frigorifique, une centaine de repas, de l’entrée au dessert, furent livrés pour cette première tournée.

Keigo Kimura (L’Aspérule, Dijon), Keishi Sugimura (Le Bénaton, Beaune), Tomofumi Uchimura (Restaurant Stéphane Derbord à Dijon), Takashi Kinoshita et Saé Hasegawa (Château de Courban), tous solidaires avec les soignants. ©D.R

#Leschefsaveclesoignants

« Au Japon, en cas de catastrophe, la réponse culturelle est de préparer et d’offrir à manger« , expliquait Takashi Kinoshita au quotidien anglais The Guardian. La solidarité nippone a fait recette : sous la bannière #leschefsaveclesoignants, quatre chefs japonais étoilés signeront la livraison du dimanche 5 avril :

Mise en bouche : Gougères à l’époisses, macaron salée à la moutarde de cassis. Takashi Kinoshita et Sae Hasegawa du Château de Courban

Entrée : Crème d’asperges, œuf poché huile de noisettes, légumes de printemps. Par Tomofumi Uchimura, nouvellement installé dans le restaurant Stéphane Derbord à Dijon.

Plat : Paleron de bœuf braisé au pinot noir, Gratin dauphinois, carottes étuvées aux épices, haricots verts aux amandes effilées. Le plat chaud sera préparé à 4 mains par Keigo Kimura, de L’Aspérule à Dijon et par Keishi Sugimura du Bénaton à Beaune.

Fromage : un Tonnerre affiné par « les fromages de Thomas »

Dessert : Mousse légère de chocolat au lait en verrine, crumble poire-kalamansi. Le dessert sera concocté par le duo Takashi Kinoshita et Sae Hasegawa du Château de Courban.

Soit un peu de Soleil-Levant et quelques étoiles dans le quotidien de ceux qui sont en première ligne. Arigato !

Le dernier modèle d’autocuiseur Seb, le ClipsoMinut’ Natural, sera sur la table des honneurs le 18 et 19 janvier pour la Grande Exposition du Fabriqué en France, organisée par le Palais de l’Elysée. Selongey et la Côte-d’Or applaudissent des deux mains !

« Savez-vous quel est le point commun entre une cocotte-minute en inox recyclé, l’imprimante 3D la plus rapide au monde, des espadrilles en toile et une madeleine ? », fait mine d’interroger l’Élysée au bout d’un inventaire à la Prévert. Ces produits fabriqués en France inaugureront la première exposition de ce genre, le week-end du 18 et 19 janvier, après une sélection drastique opérée par un comité de sélection rigoureux : sur 1750 dossiers, 120 ont été retenus pour représenter tous les départements de métropole et d’outre-mer. Durant deux jours, les salles, les jardins et la cour d’honneur du palais seront ouverts aux visiteurs sur le modèle de la journée du Patrimoine, via inscription en ligne. 20 000 personnes sont attendues afn d’apprécier notamment les bienfaits du ClipsoMinut’ Natural. 

Le groupe Seb s’estime « fier d’avoir été sélectionné pour représenter la Côte-d’Or, avec son produit emblématique, à l’origine de son histoire et de son développement ». Fabriquée à partir de 60 % d’inox recyclé et recyclable à hauteur de 90 %, ClipsoMinut’ Natural s’inscrit en effet dans une attitude écoresponsable depuis plusieurs années. L’emballage de ce petit nouveau est également recyclable à 90 %, notamment grâce au remplacement du polystyrène de calage par une mousse en matières végétales, biodégradable et compostable. Ou quand la culture de l’innovation rejoint celle du goût et du développement durable. 

À une échelle industrielle, cet engagement n’est pas neutre. Sur les 40 000 m² de l’usine, quatre lignes d’emboutissage sortent près d’un million de pièces par an. Ce coup de projecteur élyséen réaffirme au passage le rôle névralgique de Selongey, qui emploie près de 450 personnes et abrite le centre de compétences mondial pour ses autocuiseurs (France, Japon, Moyen-Orient principalement). 

Comme pour donner quelque inspiration culinaire, l’Élysée a eu le bon goût de convoquer également à sa table la maison beaunoise Fallot et sa moutarde aux graines et vin blanc de Bourgogne IGP. Voilà une autre garantie pour la Côte-d’Or d’être représentée de la meilleurs des façons. Loin de toute tambouille politique, promis.