Un président des Etats-Unis en visite au château de Pommard

Par la voix de l’écrivain Jean-François Bazin, lui-même ancien président de la région, Thomas Jefferson, grand découvreur de la Bourgogne, sera reçu au château de Pommard, chez son compatriote Michael Baum. Le temps d’une conférence qui rappellera que Jefferson fut l’un de nos meilleurs et plus sincères ambassadeurs.

T_Jefferson_by_Charles_Willson_Peale_1791_2

Thomas Jefferson

Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis (1801-1809), rédacteur de la déclaration d’indépendance. Un homme passionné par le vin, « et surtout le premier touriste américain en Bourgogne, » sourit Jean-François Bazin. L’écrivain-journaliste et ancien président de la Région donnera donc une conférence sur ce sujet le 14 mars prochain au Château de Pommard, précisément chez son nouveau propriétaire l’homme d’affaires américain Michael Baum.

Pour cette année américaine en région beaunoise, l’événement est riche de symboles. Car l’histoire entre l’homme d’Etat et la Bourgogne est surprenante à bien des égards. Car « nous sommes en 1787, Jefferson est alors ambassadeur auprès de la Cour à Versailles, auprès de Louis XVI. Cette année-là, il entreprend un tour de France des vignobles! Jefferson s’intéressait beaucoup à la Province et au vin. »

Proche des gens

Au hasard de son périple, Thomas Jefferson l’œnophile passera, au cœur du printemps, 10 jours en Bourgogne: « il a traversé l’Yonne, la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire, guidé notamment par un tonnelier, Etienne Parent. Tout au long de son voyage, il écrira énormément, et son récit est très concret, très intéressant ».

Ce récit est le point de départ de la conférence de Jean-François Bazin Il révèle un homme très cultivé, avide de connaissance, humble aussi. « C’est ce qui est étonnant aussi dans son voyage en Bourgogne, poursuit le conférencier, on s’attend à ce qu’il aille de château en château. Or Jefferson va pousser la porte des auberges, va aller à la rencontre des gens, à leur proche contact. Jefferson restera ensuite un grand amateur de la Bourgogne, un acheteur fidèle et régulier! »

C’est d’ailleurs lui qui fera rentrer le chambertin (« Burgundy of Chambertin! ») dans la cave de la Maison blanche autour de 1804–1805. « Il restera un client du chambertin et du montrachet. De retour aux Etats-Unis, il a même l’idée de créer un domaine à Monticello en Virginie. Il fait venir des plants de cépages européens, du Bordelais, de Bourgogne. Mais son entreprise échouera puisque les vignes sont mortes. »

Le 14 Mars, Jean François Bazin racontera la suite de l’histoire. Il promet une conférence très vivante, très documentée aussi avec de nombreuses images de la Bourgogne de l’époque.

Le rendez-vous est fixé à 15 heures au Château de Pommard.

Laisser un commentaire