Bourgogne Magazine: portes ouvertes (et secrètes) sur le Morvan

Le dernier Bourgogne Magazine de l’année s’intéresse aux retrouvailles amoureuses de la ducale Dijon avec le vin et ouvre les portes secrètes du Morvan. Pendant que d’autres re-découpent les territoires, la revue poursuit sa route. Explications dans l’édito de Dominique Bruillot.

Bourgogne Magazine 46
« A l’échelle du monde, que pèsent le centre-ville de Dijon ou le Morvan? Rien mes amis. A l’échelle du monde, que valent le crémant de Bourgogne ou les anis de Flavigny? Rien de rien qu’on vous dit. Pourtant, c’est ce qui nous préoccupe. L’environnement qui est le nôtre au quotidien, l’art de vivre qui en résulte sont les bases de nos valeurs, les fondations de notre existence. Sans eux, sans nous, la vie serait aussi neutre et terne qu’un forum sur internet. Sans eux, sans cette proximité qui nous rassemble, que pourrions-nous construire de concret?

En cette fin d’année, placée sous la menace protéiforme du terrorisme et de la misère du monde, s’intéresser aux saveurs qui forgent notre palais, à la culture qui fait de nous ce que nous sommes, est un acte qui peut paraître dérisoire. Mais c’est bien cela, finalement, qui nous donne le courage d’être debout, de défendre ce qui a du sens à nos yeux de provinciaux enracinés.

Nos territoires sont le plus sûr socle de notre équilibre. Cela ne veut pas dire, pour autant, que nous ne nous intéressons pas aux autres. Mieux, cette conscience militante de notre art de vivre, tout en voulant la partager avec d’autres, est le plus solide des remparts contre l’idéologie radicale. Cela se ressent au plus profond de nos pays qui, dans le labyrinthique remaniement territorial « savamment » orchestré par les politiques, cherchent à se distinguer. Chacun y a va de sa petite histoire, de sa méticuleuse commémoration pour se reconstruire une identité.

Le Morvan par exemple. Vidé de sa substance par l’exode, le poumon vert de la Bourgogne compte sur ses villes portes pour entretenir sa vitalité. Il n’a pas bien le choix car demain, qui portera son destin? Une région plus vaste? On peut en douter. Un pays légitimement obsédé par les menaces qui l’ébranlent? Pas mieux.

Bref, on va garder notre ligne et continuer à évoquer cette richesse patrimoniale qui fait de la Bourgogne une région à part, une région qui est notre fierté. En cette fin d’année, placée sous la menace… nous ne nous laisserons pas abattre et continuerons à vous servir de belles pages pleines d’admiration et d’amour pour les bâtisseurs de l’existence que sont les artisans de notre âme, ces hommes et ces femmes qui agissent pour le bien de leur territoire.

Vive la Bourgogne et large soif! »

Retrouvez Bourgogne Magazine N°46 dans les kiosques dès samedi
Ou abonnez-vous: 37,50 euros/an (contactez-nous au 03.80.56.06.50)

Capture d’écran 2015-11-26 à 14.06.45Capture d’écran 2015-11-26 à 14.09.02

Laisser un commentaire