Autre choix assumé par les rédactions de Bourgogne Magazine et Dijon-Beaune Mag, en collaboration avec La Gazette de Côte-d’Or(*1) et le site d’infos événementielles Jondi.fr: un grand et beau voyage en ballon. Avec Air escargot, on peut voir les climats d’en haut. Et c’est très poétique.

Airescargot

© Photo : Air Escargot

Vue d’en haut, la Bourgogne c’est tellement beau. Depuis 1979, Air escargot a donc su greffer des ailes sur la coquille du gastéropode. Ses voyages en ballon font désormais du paysage. Et quel paysage, comme le décrit si bien le site de l’aéronaute(*1): « L’aventure commence dès potron-minet. La nature s’éveille à peine. La lumière d’un clair et beau matin d’été allume des scintillements de diamants dans les prés emperlés de rosée. Les premiers rayons d’un soleil nonchalant dissipent les écharpes de brumes s’étirant paresseusement au fond des vallées. Les oiseaux lancent leurs trilles joyeuses et …l’excitation nous gagne !!! »
Avec ça, on peut y aller comme on veut, et surtout au gré du vent. La perspective d’un voyage en ballon rend vite poétique. Et permet d’écrire que « la lumière alors s’adoucit, l’air vif et cristallin du matin cède la place à une atmosphère opulente où l’or et la pourpre drapent l’horizon de couleurs chatoyantes. »

Un ciel merveilleux

Rien que le fait de se rendre jusqu’au terrain de décollage est un moment marquant. Une fois sur place, le récit se poursuit, avec la même magie dans les mots : « la nacelle est installée, puis l’enveloppe du ballon sortie de son sac. Des mètres et des mètres de tissu soyeux et multicolore s’étalent sur l’herbe. Soudain un grondement sourd et le tissu se met à frémir, à palpiter, à frissonner. Deux puissants ventilateurs insufflent de l’air froid dans l’enveloppe, qui ondoie, puis vague après vague, prend forme : il est temps d’actionner les brûleurs, de réchauffer l’air froid pour donner vie au ballon. Un rugissement brûlant, et l’enveloppe se relève majestueusement, s’épanouit en une rutilante corolle. »
On s’y croit déjà. On s’y voit dans cet aérostat qui quitte le « plancher des vaches avec une gracieuse élégance. » Bienvenue dans un ciel merveilleux et volez sans crainte au-dessus de nos grands climats.

Pour en savoir plus: http://www.air-escargot.com/france/informations-pratiques.htm
(*1.) Retrouvez l’intégralité de ces 21 coups de cœur dans l’édition de demain de la Gazette de Côte-d’Or, en version papier ou sur le site du journal.
(*2.) Précision de haute volée : on dit « aéronaute » pour celui qui pratique le ballon libre et « aérostier » pour un pilote de ballon captif.

Laisser un commentaire