Pur « produit » bourguignon, le jeune chef Angelo Ferrigno obtient sa (seconde) première étoile pour son établissement dijonnais Cibo. Et ce après seulement 4 mois d’ouverture. Une prouesse de plus pour un surdoué.

Angelo Ferrigno, ©Philippe Hiest

Angelo Ferrigno obtient, dans l’édition 2021 du prestigieux guide Michelin, sa première étoile pour son tout nouvel établissement dijonnais, Cibo, ouvert le 11 juin dernier, au sortir du premier confinement. Une première étoile après seulement quatre mois d’ouverture constitue à l’évidence un exploit, surtout après une année si particulière. Mais elle étonne à peine pour ce surdoué, déjà désigné plus jeune étoilé de France alors qu’il officiait, à 23 ans, derrière les pianos de la Maison des Cariatides, également à Dijon.

« C’est avec surprise et fierté que j’ai appris que le Guide m’accordait cette étoile, c’est une réelle reconnaissance du travail accompli par l’équipe durant plusieurs mois dans un contexte si particulier. Nous espérons, comme l’ensemble de nos confrères, pouvoir reprendre le service le plus vite possible afin de partager cette bonne nouvelle avec nos clients ! », a réagit le chef après l’annonce de son étoile. Notre critique gastronomique maison n’est pas non plus surpris par cette nouvelle distinction, lui qui saluait la « danse poétique des saveurs » de Cibo.

Un voyage culinaire

Installé rue Jeannin, à Dijon, le restaurant Cibo a déjà conquis le cœur des gastronomes, avec son aménagement clair et lumineux et la cuisine précise du chef, qui met en avant les produits locaux et invite à un voyage culinaire plein de surprise à travers un menu unique proposé aux convives. Autre particularité de l’endroit, la grande jeunesse de l’équipe, dont la moyenne d’âge ne dépasse guère les 25 ans.

Angelo Ferrigno a été formé au CFA de Lanoue, qu’il a intégré dès l’âge de 14 ans, bénéficiant au passage d’une dérogation pour son jeune âge. Une passion précoce que la cuisine ! Après deux expériences à Semur, puis Beaune, le jeune cuisiner rejoint la Maison des Cariatides et son chef, Thomas Collomb. Il devient chef à son tour en 2015, et obtient une étoile l’année suivante. Qui parle d’un parcours sans faute ?

Laisser un commentaire