Bourgogne Magazine, référence de l’art de vivre et du patrimoine régional, vient de faire paraître un hors-série estival sur les plus belles destinations de Bourgogne. Le produit est d’exception. En kiosque !

En kiosque : un même contenu, six couvertures différentes de Bourgogne Magazine hors-série n°18 selon la localité.

L’édito de Dominique Bruillot, éditeur de Bourgogne Magazine

C’est devenu un mot d’ordre. Le tourisme de proximité, celui que nous défendons depuis toujours à Bourgogne Magazine, est la positive attitude qui nous sauvera du désastre. Confinée, la rédaction a donc fait la promesse de construire une douzaine de grandes destinations pour autant de grandes émotions bourguignonnes, réunies dans ce hors-série.

Ces émotions ont une dimension spirituelle. Comme à Cluny, où l’imaginaire d’une abbaye que l’on aimerait pouvoir reconstruire sublime encore plus la beauté des églises romanes voisines qui, elles, sont bien visibles. C’est vrai aussi sur les chemins de Compostelle, de Vézelay à la Charité-sur-Loire, que l’on dit apaisants pour l’esprit, même si on vous recommande d’éviter les tongs car marcher reste un effort qu’il faut surmonter.

Ces émotions s’inspirent de la nature. Le long de la Seille, sur la Saône, au bord de la Loire ou à travers la délicatesse des aquarelles de Laura Bour dans les forêts du Châtillonnais, on a toujours le sentiment que la Bourgogne ne se vit jamais aussi bien que lorsqu’on la prend aux sources, dans sa nature profonde. Nous l’avons déjà écrit à plusieurs reprises : voyager ça n’est pas partir loin mais changer de paysage. Il se dit que le couscous est sur le podium des plats préférés des Français, derrière le magret de canard et les moules-frites. Ainsi soit-il. Sans pour autant renier ces bonnes choses qui apportent un peu d’exotisme et d’épices à nos vies, ne serait-il pas le bon moment, au nom du circuit court et de la nécessité de redécouvrir nos territoires, de remettre au menu de notre courte existence les éléments de culture qui nous ont véritablement façonnés ?

Pour ça, il faut être curieux et fidèle en toute chose. La curiosité, d’ailleurs, n’est plus un vilain défaut. Elle est une qualité que ce numéro spécial produit dans une période tout aussi spéciale prétend exciter. Car voir ce qui est près revient à voir mieux.

Commander le hors-série été 2020


AU SOMMAIRE DE BOURGOGNE MAGAZINE – HORS-SÉRIE N°18 ÉTÉ 2020

Cluny la bénie

L’Abbaye de Cluny © D.R

L’abbaye bénédictine de Cluny étendait jadis son influence sur toute l’Europe médiévale. Après neuf siècles de vie religieuse, il reste de cette époque bénie de nombreux bâtiments monastiques, un bourg ancien préservé, deux églises, un hôtel-dieu, un musée de sculpture romane… un must du patrimoine bourguignon.

Louhans-Tournus au fil de la Seille

Dans le beau pays de la Bresse, coule la Seille © Jean-Luc Petit

Dans les années 80, elle a défrayé la chronique avec l’apparition du silure, devenu depuis le nouveau monstre des eaux calmes. La Seille a d’autres atouts dans son lit. De Louhans à Tournus, elle est née pour la plaisance, permettant de traverser à un rythme contemplatif le beau pays de la Bresse bourguignonne. Un voyage en douceur, au coeur d’une nature sauvage et luxuriante, qui n’a rien de bateau ni d’ennuyeux.

Chalon, fille de Saône

Chalon et son pont Saint-Laurent © Jean-Luc Petit

Du port de plaisance aux guinguettes d’été du Port-Villiers en passant par l’île Saint-Laurent, la Saône est omniprésente à Chalon. Balade guidée à la découverte de la cité d’hier et d’aujourd’hui au fil de la rivière qui lui a donné le jour et a accompagné son évolution à travers les époques.

Autun secret

Martine Depla et Paul Reniere, duo d’artistes belges installé à Autun © Michel Joly

Installés à Autun depuis bientôt cinq ans, Martine Depla et Paul Reniere ont trouvé ici le cocon de lumière et d’histoire dont ils rêvaient pour leur atelier. Le temps d’une visite guidée, le couple de peintres belges à l’origine de la biennale d’Art contemporain partage avec plaisir ce qui les a fait tomber amoureux de la ville.

Les climats de porte en porte

Entrée du Clos-Vougeot au domaine Jean Grivot © Michel Joly

Entre cabottes et murets de pierres sèches, les portes des clos de vignes disent l’aristocratie d’un patrimoine viticole bourguignon de mieux en mieux préservé. De la Côte de Nuits à la Côte de Beaune, voyage en images d’une porte à l’autre, le long ces clos emblématiques d’une viticulture d’exception, qui illustrent parfaitement le concept de climat.

Dijon et son coteau à vélo

Vers le plateau de Talant, cyclotouristes en herbe. © Bénédicte Manière

Kilomètre zéro de la route des Grands Crus, la cité dijonnaise renoue avec son passé viticole et encourage la pratique du vélo. Ces deux tendances étant très compatibles, nous les avons réunies dans un parcours à deux roues à travers différents vignobles de la métropole. Une échappée verte riche en côtes, points de vue et autres découvertes, à deux pas de la ville.

Saint-Jean-de-Losne, l’odyssée sur Saône

Saint-Jean-de-Losne et sa Saône. © Jean-Luc Petit

La vie du premier port de plaisance français en eaux intérieures est tout sauf un long fleuve tranquille. Retour sur la fabuleuse histoire de Saint-Jean-de-Losne et sa Saône avec deux familles qui ont pignon sur port, et même un peu plus, les Gérard et les Blanquart.

En balade au pays d’Ouche & Montagne

Point de vue sur le hameau de Vaux, sur la commune de Grenant-les-Sombernon, dans la vallée de la Gironde. © Isabelle Smolinski

Entre vallée de l’Ouche et combes boisées, le tour de Jaugey (hameau de Barbirey-sur-Ouche) à Grenant-lès-Sombernon donne un bon aperçu de la diversité des paysages de la communauté de communes Ouche & Montagne. Rando champêtre entre villages préservés et roches magiques, bocage vallonné et grandes cultures en plateau, papillons léopards et petits lapins…

Le Parc national de Forêts en aquarelles

Laura Bour, illustratrice professionnelle installée à Rouvres-sur-Aube. © Emmanuelle Tritz

À Rouvres-sur-Aube, dans une maisonnette échappée d’un conte pour enfants, vit Laura Bour, artiste et illustratrice. Son thème inlassablement exploré ? La nature, les éléments qui la composent et les êtres qui la peuplent. Où elle semble bien mieux que parmi les hommes…

Vézelay – La Charité-sur-Loire, voies intérieures

Vézelay et sa colline éternelle © Michel Joly

Abandonnée durant des siècles, la voie de Vézelay – ou via Lemovicensis (« voie limousine ») – qui mène à Compostelle depuis Limoges a retrouvé son statut de chemin de pèlerinage depuis une vingtaine d’années. De Vézelay à La Charité-sur-Loire, sur les 81 premiers kilomètres bourguignons de l’itinéraire, randonneurs et pèlerins partagent le même chemin intérieur.

Les châteaux du Tonnerrois

Château d’Ancy-le-Franc © Jean-Luc Petit

On connait les châteaux Renaissance de la Loire, moins ceux du Tonnerrois, qui forment pourtant un ensemble remarquable et charment les visiteurs par leur diversité. Marqués par les guerres de religion, ils ont un autre point commun : tous partagent ou ont partagé leur vie avec une femme. Rencontres de grâce et d’histoire à Tanlay, Nuits-sur-Armançon, Ancy-le-Franc et Maulnes…

Bibracte – Alésia, tracé antique

Sur le chemin de nos ancêtre entre Bibracte et Alésia © D.R.

Créé en 1996, l’itinéraire de randonnée reliant Bibracte à Alésia va faire peau neuve sous l’impulsion du Parc naturel régional (PNR) du Morvan. Un programme de travaux qui permettra de remettre en lumière des sites remarquables de l’histoire gallo-romaine et de pousser les randonneurs sur les traces de nos ancêtres…

La Loire bourguignonne vue du ciel

Decize vue d’en haut © Franck Léchenet

De Digoin (Saône-et-Loire) à Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre), le dernier fleuve sauvage d’Europe partage son cours moyen avec la Bourgogne. Vue du ciel, la Loire bourguignonne se dévoile en majesté, entre milieux naturels préservés, vignobles et cités de caractère. Embarquement pour une descente fluviale au fil de l’air….

Laisser un commentaire