Bourgogne: trois livres à croquer… ou presque

Traditionnellement, l’automne est une période de foires et de vendanges propice à la cuisine et aux escapades de terroir. Pour vous guider et vous faire saliver, voici deux beaux livres dédiés à l’art de vivre et aux produits régionaux, ainsi qu’un solide volume de recettes bien de chez nous.

Par Dominique Bruillot

La cuisine bourguignonne,
260 recettes traditionnelles
Annick Marie, illustrations de Françoise Toulouse

La cuisine bourguignonne

C’est sobre et rassurant. Une sensation que l’on doit beaucoup à l’épure faussement maladroite des illustrations de Françoise Toulouse et une appréciable rigueur dans la mise en forme des recettes. Les ambitions de cette réédition (une première version, légèrement différente fut éditée en 1978) sont claires: faire de ces 260 recettes glanées par Annick Marie, un hommage vibrant à la Bourgogne gourmande. D’un format pratique et d’un prix très grand public (15,90 euros), il est le guide des plats de nos grands-mères puisant largement dans le répertoire du cochon où tout est bon, de l’escargot à toutes les sauces et des grands classiques du terroir bourguignon. Annick Marie vit entre Lantenay, près de Dijon, et Paris.
Cette passionnée de cuisine a déjà « sévi » avec succès avec un best-seller du même genre autour de la cuisine antillaise et servi quelques recettes de plats canailles à un récent ouvrage consacré à cette question chez Flammarion. Tout cela, c’est donc du bon et du solide!
Editions Tutti Frutti, format 16 sur 22 cm, 210 pages, 15,90 euros

Art de vivre à la française
en Bourgogne
Guy Jacquemont,
photographies de Denis Laveur

Bourgogne-Jaquette_0608.indd
Un beau livre pour de beaux domaines belles maisons: voilà en quelques mots résumé le sens de cet ouvrage, inscrit dans une collection « Art de vivre à la française » des éditions du Chêne et qui présente une vision quasi aristocratique de la Bourgogne. Le parti pris est assumé par l’auteur, Guy Jacquemont, un expert foncier qui, tout au long de sa vie professionnelle, a donc cherché l’âme et la valeur des terroirs au contact des plus importants propriétaires.
Mais au final, c’est l’architecture et l’art déco qui illustrent le bon goût et l’art de vivre. On se surprend alors à voyager dans de jolis endroits avec le photographe Denis Laveur. Académique mais soigné, le travail de ce dernier ouvre avec respect les portes que l’on n’ose pas, à tort souvent, ouvrir soi-même. Du château de Mac Mahon à Sully au domaine du Marquis d’Angerville en passant le Clos des Lambrays, ou encore la maison Faiveley, on se rappelle qu’il y a autant à voir qu’à boire en Bourgogne.
Editions Chêne, 192 pages, 35 euros

Le Tour de France gourmand
Gilles Pudlowski,
photographies de Maurice Rougemont

2011214_tour france gourmand_Jaqu.indd

D’une manière générale, on aime bien Gilles Pudlowski pour sa façon de mettre « les pieds dans le plat », le nom de son blog. Le « Pudlo » appartient aux grands noms de la critique gastronomique française, c’est une évidence. Mais ce Tour de France gourmand enfonce des portes ouvertes. Assez bien fait dans son ensemble, très correctement illustré, il n’évite pas les clichés et semble déjà « daté ». Présente sur une dizaine de pages, la Bourgogne se résume aux classiques qui se voient comme le nez au milieu de la figure d’un Bourguignon. Elle commence par Bernard Loiseau et se termine par l’époisses de Jean Berthaut, sans que les auteurs soient informés, par exemple, que la fromagerie est désormais propriété du groupe Bongrain. Un détail parmi d’autres qui n’enlève rien aux qualités esthétiques de l’ensemble, mais révèle une approche assez superficielle de nos pays.
Editions Chêne, 240 pages, 35 euros

Laisser un commentaire