© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

Le temps d’une immense fresque éphémère, Dijon et Beaune ont célébré les Climats, l’une après l’autre, en posant sur le sol les visages des 1200 volontaires qui ont accepté de jouer le jeu d’une symbolique et spectculaire mosaïque humaine. Un spectacle à revoir qui a gagné la mémoire collective et rejoint l’immatériel.

© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

A Dijon comme à Beaune, les anonymes rejoignent les « VIP » dans les mosaïques humaines des Climats de Bourgogne. Chacune de ces mosaïques rassemble pas moins de 300 portraits. Au bout du compte, ces acteurs immortalisés seront aussi nombreux qu’il y a de Climats dans les terroirs de Bourgogne. Une façon sensible d’exprimer toute la subtilité de la démarche pour une reconnaissance par l’Unesco.

`

 

© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

A tout seigneur, tout honneur: Aubert de Villaine, président de l’association des Climats aura lui aussi son portrait collé au sol de la place de la Libération à Dijon. Il rejoindra ainsi de nombreuses autres personnalités sensibles à la démarche, qu’elles soient politique (Laurent Grandguillaume, François Sauvadet…), sportives (Yannick Noah…), culturelles (François Berléand, Eric (Orsenna, Bernard Pivot, Daniel Fernandez)… Rarement un tel casting n’aura été rassemblé.

 

© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

Les tirages photos sont collés à même sol comme des stickers. Ils ont été imprimés durant toute la journée de samedi à Dijon, en vue de l’inauguration de la fresque à 18 heures, et toute la journée du dimanche à Beaune.

 

© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

Dès 10 heures du matin, les bénévoles de l’association des Climats s’activent pour finir le collage des portraits.

© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

Les passants pris en photo tentent tant bien que mal de retrouver leur portrait au milieu de ces deux galeries à ciel ouvert de 300 portraits. Un concept initié par l’artiste JR.

 

© Clement Bonvalot
© Clement Bonvalot

Une jeune fille, agérablement surprise, retrouve son portrait collé sur les pavés de la place de la Halle à Beaune.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire