Dijon-Beaune Mag et le statut de la liberté

Dans sa dernière livraison (sortie cette semaine), le mensuel Dijon-Beaune Mag(*1) propose une galerie de portraits de personnages à l’esprit libre. Un « après Charlie » à lire gratuitement et sans contraintes. Comme en atteste son édito.

Dessins de khobz  et Patrick Grillot
Par la rédaction de Dijon-Beaune Mag

DBM48 COMPLETweb 1

Après « Je suis Charlie », chacun peut et doit crier « Je suis libre ». C’est en poussant le curseur de la liberté d’expression à son maximum que l’on peut ainsi prendre la mesure de ce qui est raisonnable ou ne l’est pas.

©khobz©patrick Grillot

Mais, en toute situation, est-il possible d’interdire les interdits, pour reprendre cette idée soixante-huitarde ? Les esprits libres parviennent rarement à virer toutes les limites de leur champ de vision. Systématiquement, ils convoquent le respect de l’autre dans leurs actes.

Car là réside la difficulté de la mise en application des grands principes, surtout quand on déteste soi-même les principes. Dans sa conception, la liberté doit exclure la violence, mais dans quelle mesure ne risque-t-elle pas de provoquer cette violence ?

Au nom de cette liberté, qui suppose que l’on devrait pouvoir tout dire et tout accepter, le rappel à la loi s’impose souvent. Car selon le vieil adage, la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres.

Avec ça, on n’a pas avancé d’un poil. Laissons donc aux philosophes bien mieux armés (et plus talentueux) que nous, le soin de disserter sur la question et répandre leurs brillants points de vue comme autant de vérités assénées. Saluons ce réveil des consciences qui, au lendemain d’une boucherie épouvantable et dans un certain flou ambiant, confirme que notre société occidentale, française surtout, remet la libération des instincts au goût du jour.

A travers cette galerie de portraits qui animent le paysage de nos insoumissions, Dijon-Beaune Mag ne fait pas l’apologie des idéologies et des comportements décrits. C’est juste un parcours dans les méandres de visions parfois aussi insolites que légèrement dérangeantes, dans lequel nous pouvons puiser nos propres inspirations et affirmer, au final : « Je suis Charlie, donc je suis libre ! »

Dijon-Beaune Mag numéro 48, spécial « Esprits libres », disponible dans plus de 500 points de diffusion en Côte-d’Or.

Laisser un commentaire