Dijon: un titre de capitale mais plus d’hôtel de région?

On connaissait plus ou moins sa position, mais elle vient de la confirmer par le biais d’un communiqué officiel: Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté veut donner à Dijon le rôle de capitale, et à Besançon le siège de l’hôtel de région.

conseil reigeion dijon

Un vrai débat dans le débat: qui de la Bourgogne ou de la Franche-Comté, dans l’organisation de la nouvelle région, va emporter les meilleures cartes? Le politiquement correct suppose que tout le monde sera gagnant, la réalité sur le terrain est un peu moins docile au regard des commentaires qui ont fusé autour du choix qui sera fait le 24 juin prochain. Dans un communiqué officiel, Marie-Guite Dufay confirme en tout cas sa position: à Dijon le titre de capitale, à Besançon l’hôtel de région. On va sûrement en entendre parler.

Communiqué de Mme Marie-Guite Dufay, présidente de la Bourgogne-Franche-Comté.

« Au cours de mes nombreuses consultations depuis le début de mon mandat sur le projet et l’organisation de notre région, j’ai surtout entendu l’impatience de nos concitoyens à nous voir mener une politique forte et efficace pour atteindre les objectifs que nous avons annoncés: la bataille pour l’emploi, l’émergence d’un nouveau modèle de développement durable, construire une région où le vivre ensemble prend tout son sens. On a trop souvent voulu réduire les décisions que nous avons à prendre, conformément aux règles édictées par la loi, au seul choix de l’emplacement de l’hôtel de région.

Les habitants de Bourgogne-Franche-Comté nous demandent de prendre de la hauteur et de respecter les équilibres sur l’ensemble du territoire, de faire preuve de bon sens et surtout d’agir rapidement pour améliorer leur quotidien et préparer l’avenir. Ce sont ces attentes qui ont guidé les choix que je présenterai aux élus de l’assemblée régionale le 24 juin prochain: je proposerai que Dijon soit confirmée comme chef-lieu définitif, et donc comme capitale de la nouvelle région accueillant les assemblées du conseil régional, et je proposerai que l’hôtel de région soit situé à Besançon au nom de l’équilibre de l’aménagement du territoire.

Je proposerai enfin de préserver les deux sites actuels du conseil régional à Dijon et à Besançon en y répartissant les directions de façon équilibrée et cohérente avec la répartition des services de l’Etat avec lesquels nous travaillons. J’irai plus loin en proposant un pacte métropolitain avec Dijon et Besançon, pour accompagner au mieux leurs projets de développement et fonder la nouvelle région sur une dynamique de coopération s’étendant à l’échelle de tout l’arc métropolitain Rhin-Rhône allant de Belfort et Montbéliard à Chalon-sur-Saône et Mâcon en passant par Dole, le Creusot et Montceau-les-Mines.

Au-delà, c’est sur l’ensemble du territoire régional, jusqu’aux confins du Morvan et du sud du massif vosgien, en confortant chacune des villes-centres des différents départements et en inventant de nouvelles ruralités plus actives, que la région doit accompagner en proximité les initiatives de terrain et susciter l’innovation dont nos concitoyens ont tant besoin. C’est sur ce socle – arc métropolitain, villes-centres des départements et villages du futur – que j’entends construire une politique d’aménagement du territoire équilibrée et innovante. »

Il appartient maintenant aux 100 conseillers régionaux de confirmer la proposition de leur présidente, laquelle prévoit ainsi de maintenir Dijon, « qui a pour vocation à devenir la seule métropole dès que la loi le permettra », dans son rôle de capitale de la Bourgogne-Franche-Comté.

12 thoughts on “Dijon: un titre de capitale mais plus d’hôtel de région?

  1. Xavier
    29/06/2016 à 21:07

    Ce qui fait sourire c’est que le titre de siège régionale est une compensation « honorifique » pour calmer l’égo des Bisontins. En effet dans la réalité nous voyons que les réunions et les assemblés auront lieu à Dijon (heureusement que Madame Dufay n’est pas allé jusqu’à engager des frais pour agrandir le petit conseil régional de Franche Comté). que la majorité des services et les principaux seront à Dijon certainement de la même manière que si le siège avait été à Dijon, donc au fond que reste t’il à Besançon : le titre et le Bureau de la présidente. Donc beaucoup de bruit pour calmer les caprices de la mairie de Besançon. Dans les faits la logique et l’objectivité veut que Dijon soit la capitale naturelle de la nouvelle Région: elle est située au centre de la nouvelle Région c’est l’entité et l’aire urbaine la plus peuplée de la région respectivement 240000 habitant et 380000 habitants contre 135000 et 240000 pour Besançon, le basin d’emploie quand à lui couvre plus de 400000 habitants, il n’y a donc pas photo.

    D’ailleurs plusieurs sociétés privés ne se sont pas trompées et ont installé leurs Siège Régionale à Dijon (Banque Populaire centre de tri Régionale de la Poste Direction régionale de la SNCF etc..

    Ca me fait penser à la bataille entre Nancy et Metz qui ont abouti à mettre l’Aeroport et la Gare TGV en pleine campagne au milieu de nulle part à équidistance entre Metz et Nancy (et encore dans ce cas les ville ont un poids démographique comparable). Finalement beaucoup de dépense pour soigner les égos de nos politiques.

    Est ce que Clermont Ferrand se bat avec Lyon de même pour Grenoble pourtant des villes d’un poids démographique supérieure à Besançon.

  2. VINCENOT
    30/05/2016 à 18:48

    Voila deja 6 mois de perdus a rien..ah pardon, si, ils se sont deja voté de co,fortables indemnités.
    Tant que la region s’est distinguée par 20% d’augmentation des indemnités des elus et a ete cité en tete par le magazine Capital de M6 dimanche dernier. Voila une etiquette que les contribuables auraient aimé eviter….Des regions bien plus riches (Rhone Alpes par ex) ont revus a la baisse ces charges
    Mais avec Aquitaine on a la chance d’etre resté socialistes, alors l’argent coule a flot, ca ne coute rien c’est l’etat qui paye, belle citation de notre elu supreme

    1. agsothi
      30/05/2016 à 21:32

      Ok avec vous, les pigeons se sont toujours les mêmes,( les contribuables), tant que des sots voteront pour ces tristes individus nous n’en sortirons pas.

  3. Moi .
    30/05/2016 à 14:33

    Discours aussi creux de signification que l’expression tête de bois vide.

    Soyons pragmatiques: Laissez là, Mesdames et Messieurs les Conseillers votre vocabulaire nuageux en forme de cache-feignantise, et faites pour une fois QUELQUE CHOSE DE CONSTRUCTIF EN RAPPORT AVEC LES ASPIRATIONS DU QUOTIDIEN DE CEUX QUI VOUS ONT ELU.

    En commençant par réduire TOUTES les dépenses de fonctionnement de l’institution ?

  4. Mich'
    30/05/2016 à 14:11

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué .
    Quel charabia, décidément les politique sont lions des réalités

  5. bg08
    30/05/2016 à 12:55

    100 conseillers régionaux pour une si petite région !!! On est tombé sur la tête, en France, quand au nombre des élus, nationaux, régionaux, départementaux ou locaux…

  6. Bourguignoul
    30/05/2016 à 11:05

    Pas de bla-bla ! Au boulot !

    1. Fanfan
      30/05/2016 à 13:58

      pas de bla-bla des résultats !

  7. Armand Frey
    30/05/2016 à 11:03

    Budget de fonctionnement, sans les investissements:
    Est-il possible de connaître le budget 2015 des régions de Bourgogne et de celui de la Franche-Comté et de comparer le total à celui de 2016 pour la région unique Bourgogne / Franche-Comté.

    Eventuellement, la même opération pourrait se faire en prenant la moyenne des 3 dernières années et de comparer le cumul Bourgogne+ Franche-Comté à celui de la Grande région actuelle pour 2016

  8. agsothi
    30/05/2016 à 10:28

    Ceci fera t’il faire des économies à la nouvelle région? personnellement je n’en suis pas convaincu.
    Mais je reste attentif à ce qui sera fait dans ce sens.

  9. COISPINE
    30/05/2016 à 10:24

    l’Europe avait commis l’énorme bêtise (pour être poli) d’avoir Bruxelles et Strasbourg comme capitales. On en connaît les conséquences en termes d’efficience et de coût.

    Madame Dufay ne retient rien des leçons de l’histoire et s’apprête à commettre, au nom d’un dogmatisme d’un autre âge, la même faute qui remet totalement en cause l’intérêt même de la fusion. Quel gâchis !

  10. Louvion
    30/05/2016 à 10:08

    Que dire Dijon comme Besançon sont des villes sans SOLEIL, pour Dijon les rues sont sales (je ne sais pas pour Besançon). Dijon capitale sans aéroport, faire déplacer des véhicules pour prendre l’avion à Dole pas super. Madame il y a une chose importante: des économies, les réunions à n’en plus finir n’améliorent pas notre quotidien. Cordialement.

Laisser un commentaire