Divin gîte du vin à La Rochepot

Une chambre d’hôtes cosy, du bon vin, une propriétaire experte et bienveillante… À La Rochepot, Myriam Renaud-Salles met ses talents d’œnologue et le sens de l’hospitalité à la beaunoise au service des touristes qui en repartent à chaque fois conquis. On ne s’appelle pas « Les Divines » pour rien !

Par Eva-Marie Debas
Photos : Gîtes de France

Personne ne dira le contraire, le tourisme viticole a la cote en Côte de Beaune. Les hébergements y poussent aussi vite que les feuilles de vignes : l’idée de découvrir un bout du terroir avec un hôte aux petits soins, le tout dans le confort d’un magnifique logis, a de quoi séduire. Myriam Renaud-Salles l’a compris depuis très longtemps. Rien d’étonnant lorsqu’on est œnologue de métier. La connaissance du terrain, l’amour des vieilles pierres et un sens aigu de l’hospitalité l’ont poussée à ouvrir une magnifique maison d’hotes à La Rochepot. Pour partager son savoir et sa passion du vin, un nom sensuel et évocateur : Les Divines.

Le prolongement d’une histoire

Cet investissement n’est pas tombé du ciel, comme le rappelle l’intéressée. C’est le prolongement d’une histoire. Myriam Renaud-Salles a obtenu un master des Sciences de la viticulture et de l’œnologie et est devenue, en 1999, analyste sensorielle à Johnson & Johnson. Six ans plus tard, elle décidait de créer sa propre structure de conseil et de formation dédiée à l’œnologie : In Senso Veritas. Succès aidant, elle a pu se diriger vers Gîtes de France et  se payer une maison à La Rochepot, à 20 minutes de Beaune. « Mon activité d’œnologue consultante se fait sur Beaune, je voulais que la chambre d’hôtes soit proche », explique-t-elle simplement.

C’est donc en janvier 2014 que Myriam prend quartier dans ce charmant village, à quelques encablures du magnifique château. En avril, pressée d’accueillir les premiers sourires, elle démarre son activité. « Je n’ai pas hésité entre ouvrir un gîte ou une chambre d’hôtes, poursuit la propriétaire, car mon but est d’échanger avec les touristes. La chambre d’hôtes est beaucoup plus adaptée ».  Les clients de passage en Bourgogne se sont vite amourachés de l’endroit et des bons conseils de Myriam, jamais avare de discussions autour du vin, en toute simplicité.

Piscine et table d’hôtes

C’est aussi là tout l’art divin du vin : Les Divines est un lieu de rencontres, d’échanges, dans une région où les événements œnotouristiques ne manquent jamais. Myriam n’est pas la dernière pour organiser une dégustation sensorielle, un pique-nique du terroir, une visite de cave, etc.

Et même si elle n’est pas la seule dans le coin (ils sont sept propriétaires à proposer des hébergements à la Rochepot), Myriam sait se démarquer : « Mon concept sur le vin attire beaucoup. Dans le village, je suis la seule à combiner piscine et table d’hôtes. » Elle mise aussi beaucoup sur le raffinement de sa décoration, avec « une grande propreté et un accueil chaleureux ». Les clients sont conquis. Il vaut mieux, car son investissement ne saurait supporter un mauvais calcul : 405 000 euros pour l’achat de la maison, 45 000 pour la piscine et quelque 5 000 euros de rénovations et d’aménagements. Le retour sur investissement ne peut se compter sur deux ans mais Myriam voit déjà des effets bénéfiques : « Petit à petit, la location de ma chambre d’hôtes finance le fonctionnement et l’entretien de la maison et des extérieurs. » L’intéressée se voit en tout cas continuer encore longtemps, pour faire découvrir les plaisirs divins du vin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour contacter la propriétaire

Myriam Renaud-Salles
06.89.37.51.14
myriam.renaud-salles@les-divines.fr

Chambre d’hôtes Les Divines
Sur sa page perso

Sur Gîtes de France
Sur Facebook

Laisser un commentaire