Estiennette Grandvaux, nourrice du Morvan 2.0

Estiennette Grandvaux était l’une des célèbres nourrice du Morvan. Sa vie se dévoile sur les réseaux sociaux. Sur Facebook on peut donc « liker » Estiennette et remonter au temps des « nounous ».

Capture d’écran 2015-10-20 à 14.32.35

« Je suis née le 21 juin 1862 à Alligny-en- Morvan, précisément à Marnay. Mes parents étaient paysans, comme leurs aïeux depuis des générations. Je suis allée à l’école de filles du village, jusqu’ à l’ âge de 12 ans. Puis j’ai commencé à travailler à la ferme. » Ainsi présentée, Estiennette Grandvaux n’est pourtant qu’un personnage de fiction, imaginé sous les traits d’une nourrice morvandelle, comme il y en eut des dizaines et des dizaines dans la seconde moitié du XIXème siècle.

De ces nourrices parties « monnayer leur lait » à Paris pour subvenir aux besoins de leur famille.

L’histoire d’Estiennette, c’est l’idée de Serge Calandre, éducateur spécialisé de son état. Il réside à Nevers mais se rend très souvent à Alligny où vivaient jadis ses grands-parents et où il tient un gîte rural: « Nous sommes nombreux à avoir été séduits par l’initiatives du Mémorial de Caen, qui avait publié quotidiennement le journal d’un GI du Débarquement –Louis Castel– sur les réseaux sociaux. J’ai suivi cela via Facebook notamment, et j’ ai trouvé l’idée amusante, intéressante, offrant en tout cas une autre approche de l’histoire et du patrimoine. Je n’ai moi-même pas connu de nourrice directement, mais je me suis passionné pour tout ce qui a été écrit sur elles, notamment par Noëlle Renault. »

Et voilà comment Serge anime depuis plusieurs mois maintenant un blog relayé sur les réseaux sociaux, Facebook et Pinterest en tête: « Notre nourrice est fictive, mais elle évolue dans un milieu inspiré d’ éléments réels de la vie de l’ époque. Fin 2013, j’ai commencé à faire le cadre général de l’histoire, le scénario, avec les parents, les enfants. Je suis allé consulter les archives, les recensements, l’Etat-Civil et les journaux de l’époque: Le Figaro, Le Petit Parisien, Le Cri du Peuple, L’Echo du Morvan, le Journal de la Nièvre… »

Anecdotes, recettes, vie quotidienne dans le Morvan, rien n’échappe à la curiosité de Serge. Chaque jour, il donne rendez-vous à ses lecteurs (plus de 400 personnes sont par exemple abonnés à sa page Facebook): « A chaque jour son anecdote, un personnage aussi comme ce directeur de banque, ce cocher socialiste ou cette féministe. Estiennette vit en ce moment dans le 5ème arrondissement de Paris. L’écriture de l’ année 1885 est pratiquement terminée, 1886 est en cours… Les gens commentent, enrichissent le contenu parfois. C’est une aventure passionnante que j’ ai envie de poursuivre. »

Et d’espérer pouvoir un jour fournir ce contenu aussi romanesque qu’instructif à un éditeur. A bon entendeur!

Laisser un commentaire