Beaune Vibrations, du génie à La Lanterne

La cinquième édition du Beaune Vibrations arrive bientôt. Cinq concerts éclectiques, étalés de septembre à novembre, qui font de La Lanterne Magique une salle de spectacle incontournable au coeur de la ville. Premières secousses attendues le 30 septembre avec Williams Brutus, artiste reggae/soul. Génial !

beaune-vibrations-editions-2015-3

Photos : D.R.

Lorsqu’elle n’est pas sous le feu des projecteurs internationaux avec son cinéma policier ou son opéra baroque, Beaune offre une large scène pour les talents locaux. Au cœur du dispositif, La Lanterne Magique illumine la rue Poterne et participe à ces découvertes musicales. Anciennement propriété des caves de négoce Calvet, la salle de spectacle est un lieu d’incubation culturelle qui a gagné une place de choix dans la ville. Inauguré en 2011 par Fabrice Luchini, dont on connaît l’attachement à Beaune, ce cocon intime peut tout de même accueillir 500 personnes. « C’est énorme ! », comme dirait l’autre.

En plus des programmations nationales, plusieurs grandes manifestations beaunoises ont déjà frotté la lanterne (Festivals Mômes et Merveilles, Blues Boogie ou celui du Jazz et Grands Vins de Bourgogne). À partir du 30 septembre, ce sera au tour du joyeux Beaune Vibrations, et ce jusqu’au 25 novembre. Pour sa cinquième édition, le festival de musiques actuelles a gagné en épaisseur. En voici le programme.

Vendredi 30 septembre – Williams Brutus (reggae – soul)

Avec quatre albums et près de 400 concerts en sept ans, l’ancien du groupe Saï a une belle carte de visite. Revenu sous son nom de naissance, il promène ses notes caribéennes et soul. N’est pas Otis Redding qui veut, il se distingue surtout par sa faculté à passer de la soul music à la musique française, guitare en main. Yves Jamait, qui a fait le duo avec lui, ne dira pas le contraire. Beaune ne le prendra pas en traître et l’attend avec une extrême bienveillance.

pixografik

Williams Brutus, tu quoque mi fili  – © Pixografik

Vendredi 14 octobre – Nolla (soul – funk)

Un concert de ce docteur Jekyll et M. Hyde, ce n’est pas commun. Le jour, Samuel Vaivrand, docteur Jekyll de Nolla, est un homme doux, calme et discret. Les cheveux en bataille, le sourire aux lèvres. Puis, une fois sur les planches, la « bête »  qui sommeille en lui se réveille. Sam Nolla puise dans les racines New Orleans et funk pour enflammer la scène. La magie opère, le son est péchu mais pas agressif. Un étrange cas…

Vendredi 21 octobre – Red Carpets (chanson française)

Il était une fois, ou presque. C’est autour de ce conte de fée décalé que le quatuor châlonnais aborde avec humour et pudeur des thèmes de la vie et des scènes du quotidien, jazz et mélodies manouches à l’appui.

Vendredi 4 novembre  – Groove Hill (soul – jazz)

À la croisée des styles et des influences, Groove Hill trouve ses marques au sein de la musique noire américaine du XXe siècle. Soul, jazz, funk, hip-hop et rythm and blues… Béret ou chapeau vissé sur la tête, le groupe dijonnais puise dans ce riche répertoire pour donner un mélange gagnant.

Vendredi 25 novembre – Hilldale (indie – pop)

Portés par la chaleureuse voix de Christelle Armenio, les quatre dijonnais de Hilldale défendent la pop anglo-saxonne avec toute l’exhaustivité qu’elle mérite : des mélodies des Beatles à la douceur de Yo la Tengo, en passant par la fougue des Smiths. Après un premier EP sorti en juin et la première partie de Feu Chatertone, le groupe fait une halte beaunoise. Exciting.

Réservations sur www.beaune-tourisme.fr

Laisser un commentaire