Hep sommelier! L’étiquette, de A à Z

Ou l’art de bien lire l’étiquette d’une bouteille de vin. Rien n’est le fruit du hasard confirme le président de l’association des sommeliers de Bourgogne.

107001

Par Michel Smolarek

« Tout consommateur se doit d’être informé. Si vous avez déjà pris le temps de regarder les étiquettes vous avez remarqué que de nombreuses mentions sont portées à votre connaissance. Et, il n’est pas toujours facile de lire entre les lignes et de comprendre ce qu’elles veulent dire. Cette rubrique va tenter de vous éclairer, et ainsi de vous aider à mieux choisir vos vins.

– La mise en bouteille est une mention obligatoire, ou bien la raison sociale. On rencontre: mise au domaine, mise au château, mise en bouteille par, ce qui signifie ici la présence d’un négociant.
– Le degré alcoolique, il est exprimé en % et non en degré.
– Le millésime, il indique l’année de la vendange.
– L’appellation, en France il excite 3 grandes types de vins de qualité: les AOC (appellations d’origine contrôlées), les vins délimités de qualité supérieure (VDQS), les vins de pays.
– La contenance exprimée en cl.
– Le logo femme enceinte qui signifie qu’il faut en consommer avec modération.
– Ce vin contient des sulfites (soufre).

Souvent des contre-étiquettes existent. On peut y mentionner: « élevé en fûts de chêne », le nom du cépage, un accord vins et mets. Pour ma part une étiquette doit rester sobre, la couleur assez neutre (fond blanc) afin de bien lire l’appellation. Souvent, on ne respecte pas ces indications, et je comprends que cela perturbe le consommateur. »

Laisser un commentaire