Jean Battault (Boudier): « Mon palais c’est mon outil de travail »

Jean Battault, le patron de la belle maison Boudier le confie lui-même à nos confrères de Traces Ecrites News ce matin: son palais, c’est son outil de travail. Voilà donc l’un des secrets du liquoriste dijonnais qui annonce une progression de 17% de son activité dans les deux années à venir.

battault-296x300

Le liquoriste Boudier est en pleine forme. Globe trotteur gourmet (et par ailleurs président de la Foire Gastronomique de Dijon), Jean Battault est l’artisan, avec ses deux frères (François et Yves) et sa fille Claire, d’une aventure aussi sucrée que mondiale, puisque les deux tiers de sa production s’écoulent dans plus de 70 pays.

Nos confrères de Traces Ecrites News reviennent ce matin sur ce parcours enthousiasmant d’une entreprise qui, bien que fondée en 1874, s’inscrit dans une réelle modernité qui paie. Jean Battault se projette sur une progression de 17% de son activité dans les deux années à venir, pour atteindre 17 millions d’euros de CA.

Une soixantaine de personnes travaillent actuellement chez le liquoriste qui mise sur une double stratégie: celle de l’excellence comme en témoigne le titre récent de « meilleur alcool du monde » décroché par sa crème de cassis; mais celle aussi la force de proposition avec une diversification des liqueurs.

ligne-300x213

En réalité, la recette du succès fait appel aux cinq sens chez Boudier. Malgré de gros investissements et une belle ingénierie, rien ne remplace par exemple un bon nez. Jean Battault le dit lui-même à nos confrères de Traces Ecrites News: « Mon palais, c’est mon outil de travail! ».

© photos DR

Lire la suite sur Traces Ecrites News

Laisser un commentaire