Elle risque de faire sensation dans le Dijon bachique. La boutique 20 by La Cloche entame son aventure avec Charles-Antoine Musitelli comme maître à bord. Une petite descente de cave s’impose.

Non, les ami(e)s, on ne prononce pas « 2 U ». Une poignée de clients distraits a encore un peu de mal avec le zéro ciselé du logo coiffé d’une bouteille. Charles-Antoine Musitelli en plaisante. C’est le lot de la nouveauté. Tout finira par être apprivoisé « 20 sur 20 ». On en fait le pari : cette nouvelle boutique de la rue Devosge va très vite trouver son rythme dans le paysage dijonnais. D’abord, l’écrin est soigné. Il ne pouvait en être autrement avec l’architecte Frédéric Grosjean (Studio ADN), dont l’élégante signature est déjà partout au cœur de l’établissement dijonnais. 20 by La Cloche est un espace de réception cosy, à mi-chemin entre cave et lieu de dégustation. Il épouse les codes de son temps.

Métier d’échange

 « L’enjeu est de recevoir et conseiller avec simplicité, en évitant de créer des conditions intimidantes, car nous restons dans un métier d’échange », estime à raison Charles-Antoine. Millésime 97, le caviste ne sait pas faire autrement. Il connaît par cœur l’état d’esprit maison pour y avoir mené son BTS hôtellerie en alternance entre 2017 et 2019. Chef de rang, gouvernant, gestionnaire, réceptionniste, barman… « De la gestion de produits à l’hébergement en passant par les fiches techniques du brunch, j’ai tout fait ! » On comprend alors mieux cet assemblage d’exigence et de décontraction.

Côté cave, la proposition va des grands classiques (Bichot, Bouchard Père & Fils, Drouhin…), « fidèles à ce que doivent être un vin de Bourgogne », aux petites pépites plus ou moins confidentielles. Citons pêle-mêle parmi 150 références les vins nature de Claire Naudin, ceux plus gourmands de François Carillon ou Pierre-Vincent Girardin (Bourgogne « Éclat de Calcaire » bu et approuvé, servi à juste température grâce à un chiller rafraîchissant le contenu d’une bouteille à la vitesse de l’éclair). De l’autre côté, des grands formats, les excellents ratafias du domaine de la Folie ou le gin Sab’s du distillateur Mathieu Sabbagh nous font les yeux doux. Et puis il y a les petites préférences, au premier rang desquelles figurent les Hautes-Côtes. « Qu’elles soient de Beaune ou de Nuits, elles ont clairement le vent en poupe. » Bon à savoir.

« De la gestion de produits à l’hébergement en passant par les fiches techniques du brunch, j’ai tout fait !  »

Charles-Antoine Musitelli

« Nous ne l’avions pas oublié »

Après son alternance, Charles-Antoine a évolué deux ans au Bistrot Quentin, grand animateur des halles. Il a continué d’intégrer des choses fondamentales comme s’adresser aux gens, aller au contact des vignerons, gérer des stocks ou traverser une pandémie. Comme on finit toujours par tomber du côté où l’on penche, le voilà propulsé dans cet excitant projet vineux. « Avec mon adjoint David Vincent, nous ne l’avions pas oublié », glisse son directeur Antoine Muñoz. « Nous avions fait l’acquisition de ce lieu dormant il y a quelques années, avec le projet d’en faire quelque chose de bien. Le brainstorming a tourné court : une boutique manquait pour devenir un référent épicurien. »

Comment le contredire ? Idéalement placée, toute proche d’un accès aux Jardins by La Cloche, la boutique fait le lien en douceur avec l’hôtel. Elle étoffe la proposition sensorielle en direction de la clientèle existante. Cette dernière peut alors repartir avec un souvenir liquide de son passage. Et le Dijonnais sortant tard du boulot peut trouver jusqu’à 21h – « aucun autre caviste n’a cette emplitude » – un (ou deux) compagnon de route pour la soirée.

Vive Geovinum !

Pour les dégustateurs ayant plutôt soif de connaissance, une carte interactive développée par geoVINUM est accessible sur écran géant. Zoomant à l’envi au ras des ceps, le caviste en fait son principal compagnon de route pour distiller sa pédagogie des climats. L’incontournable coffret « Le Nez du vin » permet enfin d’appréhender 54 arômes, sur la base de deux formules dégustation (25 et 50 euros). Charles-Antoine est tout-terrain, il peut aussi bien accueillir un petit groupe dans la jolie mini-salle du fond ou poser le verre en face à face sur cet étonnant comptoir calcaire qui fait la spécificité du lieu. Entre deux gorgées de chardonnay, le jeune pro est lucide : « Dijon est en passe d’avoir sa Cité de la Gastronomie et des Vins, avec un statut référent. Le niveau de service doit suivre. » Tout cela coule de source. Reçu 20 sur vin !

> Boutique 20 by La Cloche, 5 rue Devosge – Ouvert du mardi au vendredi (15h-21h) et le samedi (10h-19h). Infos à [email protected] ou au 03.80.58.58.20

Retrouvez DBM n°89 en lecture libre sur notre site

Laisser un commentaire