L’Adieu à Hubert de Montille

Brillant avocat, viticulteur inspiré, personnage truculent, Hubert de Montille vient de nous quitter le jour de la Toussaint, après avoir dégusté un bon pommard Les Rugiens, l’un de ses vins préférés (voir plus loin). A ce personnage emblématique de la Bourgogne nous rendons hommage. Voici ce que Bourgogne Magazine avait publié de lui en 2010. Adieu Hubert et plein de bonnes pensées à ses proches.

HUBERT-de-MONTILLE-013

Par Dominique Bruillot
Photos: Jean-Luc Petit

La vérité est dans le regard d’Hector. Ce labrador quelque peu grassouillet vous fixe de ses yeux de chien non battu avec une affection débordante. « Attention, une caresse et il ne vous lâche plus! », prévient le respectable Hubert, maître des lieux. Hector de Montille, puisqu’il faut l’appeler ainsi, en raison de l’importance qu’on lui accorde dans la grande maison familiale de Volnay, a tout l’amour du monde en lui.

La maison, justement, parlons-en. Plusieurs siècles de vie s’y côtoient. En témoignent les portraits des aïeux. A la manière des grandes familles anglaises, ils veillent en permanence sur leurs descendants. Pourtant, n’allez pas croire que Monsieur Hubert, Maître Hubert de Montille, dont les traits du visage rappellent étrangement l’une de ses ancêtres accrochée sur un mur du grand salon, a eu une existence facile. C’est en effet à sa double vie de plaideur et de vinificateur qu’il doit aujourd’hui un charisme hors normes. Surtout depuis que Jonatan Nossiter, sans le vouloir, en a fait le personnage emblématique de son documentaire phénomène, Mondovino. Hubert de Montille a ainsi laissé aux passionnés du vin du monde entier, le témoignage édifiant et sans concession de l’avocat du terroir. La gouaille en plus.

Du cep au barreau…

Il n’empêche. Malgré une foule d’amis, malgré ses nombreuses escapades curieuses et gourmandes à travers les terroirs, malgré la tendresse de son chien Hector, malgré la réussite de ses enfants Alix et Etienne, malgré le va-et-vient permanent d’une gouvernante qu’on appelle affectueusement « la libellule » en raison de son activité incessante… Il n’empêche que ce grand homme de la Bourgogne se sent parfois très seul. « Elle me manque« , dit-il simplement, avec la franchise qui appartient aux êtres accomplis, en parlant de sa chère épouse Christiane, disparue au début de l’année 2008.

Né en 1930, « comme (s)on ami Albert Bichot, (s)on aîné de 20 jours », Hubert de Montille est tombé très tôt dans une cuvée. « Ma première vendange date de 1947, un millésime exceptionnel, parce que ma mère avait eu le bon goût d’être indisposée à ce moment », se souvient-il avec nostalgie. Le domaine, à l’époque, ne couvrait que deux tout petits hectares. Pas de quoi nourrir un homme, encore moins une famille. Il en reprendra pourtant très tôt le destin.

Dans le même temps, chez les de Montille, on a toujours mené de front l’amour du cep et du barreau. « Les de Montille sont des gens de droit et d’armes! » Il prête donc serment en 1953, se dirigeant avec un égal bonheur vers le droit de affaires et des dossiers de pénaliste. La scission du domaine de la Romanée Conti, ce sera lui. Le combat acharné de la maison Faiveley face au gourou américain du vin Robert Parker, ce sera encore lui. Amora et Spie-Trendel aussi. Même dans l’affaire Villemin, alors qu’il est le respectable bâtonnier du barreau de Dijon, on vient le chercher pour défendre Laroche.

Le vin, lui, agit comme un fil rouge dans son existence. « Un jour, j’interviens pour un abus de bien social avec Tixier-Villancour. Un sacré personnage celui-là, se souvient Maître Hubert. Le midi, avant l’audience, on déjeune au Pré aux Clercs, c’était du temps de Colin. Tixier était de forte corpulence et ne buvait que du chambertin. Soit. Arrivés repus au palais, à quelques pas de là, il me dit: « Qu’est-ce qu’il était bon!” J’avais compris le message. Ni une, ni deux, je retourne voir Mme Colin. Puis je reviens avec une autre bouteille dans la salle bleue, pendant qu’on installait le tribunal. Le dossier a été conduit à la perfection… » Une autre époque, assurément, plus proche des envolées d’Audiard que de la tristesse actuelle de l’aide juridictionnelle.

Le vin, premier plaideur

HUBERT-de-MONTILLE-075

Pendant ce temps, le domaine de Montille a pris un peu de volume. « C’est Robert Gerbent, un vieux vigneron, qui m’a enseigné la vigne et la cave, à la manière des grands cuisiniers. Il fallait le voir, lorsqu’il soutirait un vin ou taillait un pied, il fallait voir le geste, la précision », s’étonne encore Monsieur Hubert. Deux hectares au départ, sept ou huit à l’arrivée, mais que de belles choses, cette histoire ne se résume pas à une volonté de grossir à tout crin. « J’ai acheté des vignes tout doucement, en fonction de mes moyens, et le dimanche, au lieu d’aller à la chasse, j’allais sur le domaine! » Sa passion du vin, il l’a transmise à ses enfants. Alix fait des blancs ciselés. Etienne, qui prend de plus en plus de place dans le vignoble régional, est plutôt axé sur des rouges de belle facture. Mais son père aurait aimé qu’il poursuive en parallèle une activité de juriste. « Avoir deux professions, ça ouvre l’esprit, et ça donne du recul. D’un côté, je plaidais des choses sur le fil du rasoir, de l’autre, la cave me ramenait à du concret. »

Un (léger) conflit père-fils, géré dans l’amour et dans l’engagement. « Au début, on s’est un peu frottés sur la vision de la vinification. Il pensait que l’on pouvait adapter le vin aux marchés. Moi j’en ai un peu rien à faire de cela. Mais finalement il s’est rangé à la cause du terroir, de sa protection. Dans le genre, aujourd’hui, il est pire que moi! »

De cette double vie, Hubert de Montille s’accommode à merveille. « Quand je suis dans les vignes, je suis pragmatique, je m’éloigne de cet autre univers du barreau où l’on ne fait que parler. » Mais le vin, lui, ne plaide que pour son faiseur au moment de la dégustation. Et à ce petit jeu-là, personne ne fera de procès à l’avocat-vigneron. Il suffit de se retrouver en sa compagnie en présence d’un corton-charlemagne maison de beau millésime pour comprendre le sens des mots et le plaisir du partage. A la précision du breuvage, l’homme ajoute le délice de son bavardage. Comme pour ce que l’on déguste, il faut prendre son temps, en apprécier la finesse et la plénitude, ne pas brusquer les choses. C’est un moment rare, dont il vous fait généreusement profiter dans l’un de ses « PC » à Beaune, Le Bistrot, tout en faisant l’éducation de son petit-fils, « un gastronome du haut de ses douze ans ».

Puis, voyant arriver la volaille, Maître Hubert se fend d’une nouvelle intervention: « En toute modestie, il nous faudrait un bourgogne rouge 2007 des sœurs Mugneret, cela devrait faire le lien. Je les appelle les sœurs Karamazof, en clin d’œil au chef-d’œuvre de Dostoïevski. »

Impayable, Hubert de Montille!

5 thoughts on “L’Adieu à Hubert de Montille

  1. Amélien
    02/11/2014 at 12:47

    Si je puis me permettre une remarque sur votre très bel article, vous avez mal orthographié « Tixier-Vignancour ». Quoi qu’il en soit, merci pour cette intéressante lecture !

  2. ROLLAND-PIEGUE Frédéric
    02/11/2014 at 04:06

    Salut à toi parrain…
    Toi qui m’a guidé au plus profond de tes contrées bourguignonnes tu t’es enfin décidé à prendre l’autoroute des vacances éternelles.
    Aujourd’hui je suis un peu orphelin de tes histoires viticoles mais quel bonheur d’avoir pu fêter mes 40 ans à la maison en ta compagnie.
    Repose en paix cousin Hub !
    Ton filleul du Clos Vougeot

  3. Franck lainé
    02/11/2014 at 01:32

    je n’ai connu Hubert de Montille qu’à travers mon pere, qui était l’un de ses amis, et aussi à travers Mondovino, pourtant le personnage m’a toujours séduit par son franc parlé, sa rigueur et bien sur ses vins. Un grand Homme s’en est allé, je suis de tout cœur avec ses enfants et leur souhaite beaucoup de courage. Préservez son héritage vinicole et faites nous encore rêver avec de beaux vins !

  4. 02/11/2014 at 01:12

    Hubert profondément humain et attachant savait parler de vin comme on doit le faire, avec son coeur. J’ai eu la chance de partager avec lui des moments d’amitié. Toutes mes condoléances à sa fille et à son fils et à tous ceux qui ont travaillé avec lui.

  5. LEVY Daniel
    01/11/2014 at 21:25

    C’était l’école de la politesse, nous fûmes souvent adversaires et toujours avons fini avec respect. Il a soutenu par sa présence régulière et amicale les conférences de l’Amicale des Inspecteurs de Bourgogne Franche Comté.

Laisser un commentaire