Damav et Iris+ sont les deux « mamelles » de la viticulture bourguignonne de demain. L’un utilise des drones dont le regard est aussi affuté que l’œil humain pour détecter les anomalies du vignoble, l’autre fait appel à des biostimulants pour assurer la bonne santé des plantes. Et cela n’a rien de la science fiction. 

10356413_789863801032282_2722062292578725827_n

« La vigne vue du ciel », c’est en quelques mots le projet DAMAV (Détection Automatique des Maladies de la Vigne). A quelque chose, malheur est bon car Il est né pour faire face à la flavescence dorée, en 2013, permettant déjà l’identification de zones suspectes. Les drones livrent leurs images, une analyse complexe en découle.

Vigueur, réserve en eau, compositions des sols: autant de critères sont diagnostiqués dans une approche révolutionnaire d’un point de vue technologique, qui s’attaque directement aux maladies de la vigne. Les performances du système d’analyse visent celles de l’œil humain. A terme, la vision globale du vignoble qu’il offrira permettra aux vignerons de gagner un temps fou.

Mais il faut aussi diminuer les intrants. Une préoccupation que le monde la viticulture partage plus largement avec le monde agricole, sans nuire à la production. Ça, c’est le projet Iris+

Il répond à la double problématique « en facilitant l’utilisation de biostimulants, en synergie avec des stimulateurs des défenses naturelles de la vigne et du blé, afin d’assurer la bonne santé de ces plantes et de maintenir leur capacité de production » précise le Bureau Interprofessionnel des Vins.

Ces biostimulants à base d’algues marines ou de végétaux sont donc capables d’améliorer l’efficacité des stimulateurs des défenses naturelles et suivis par des systèmes d’imagerie embarqués et des stimulateurs des défenses naturelles sur les plantes. S’ensuit le développement d’un système de pulvérisation pour optimiser leur application.

Autre grande satisfaction pour la Bourgogne, « ces deux programmes, labellisés par différents pôles de compétitivité, dont Vitagora à Dijon, et soutenus par l’Interprofession des Vins de Bourgogne, viennent d’être sélectionnés par l’Etat et les collectivités pour bénéficier d’un co-financement par le Fonds Unique Interministériel. » L’investissement cumulé représente 3,4 millions d’euros.

Le projet Damav
Labellisé par les pôles de compétitivité Pégase, Risques, Vitagora et Aerospace Valley, le projet Damav, piloté par le constructeur de drones Novadem, réunit des partenaires industriels (Airbus Defence & Space, Global Sensing Technologies), scientifiques (AgroSup Dijon), institutionnels (Bivb, Fredon Paca) et privés (Vignobles Bernard Magrez).
Sa durée est de 36 mois et son budget de 1,7 millions d’euros.

Le projet Iris+
Iris+ implique 4 entreprises des régions Bretagne, Bourgogne et Champagne-Ardenne (Laboratoire Goëmar, Tecnoma, Global Sensing Technologies, Artemis/Dijon Céréales), ainsi que le groupe Orange, un organisme professionnel (Bivb) et 2 équipes de recherche (l’Unité Mixte de Recherche Agroécologie /Inra à Dijon et l’Université du Littoral Côte d’Opale). Ce projet est porté par le pôle de compétitive Vitagora et co-labellisé par les pôles Mer Bretagne Atlantique et Industrie et Agro-Ressources.
Il est doté d’un budget de 1,7 millions d’euros pour une durée de 36 mois.

© photo : http://www.bourgogne-live.com

Laisser un commentaire