Les bons conseils font les bons comptes

Olivier et Angeline Guilloux, nos chroniqueurs en gestion patrimoniale, passent à l’action. Trois questions pour ce numéro ont retenu leur attention. L’une sur l’immobilier, les autres sur de l’épargne. Morale de l’histoire : les bons conseils font souvent les bons comptes…

Représentants régionaux d’IFB France, Olivier et Angeline Guilloux ont pour mission de protéger vos économies et de valoriser votre patrimoine. La promesse est engageante. © Christophe Remondière

Par Olivier et Angeline Guilloux
Pour Dijon-Beaune Mag #69

Je vais investir dans un appartement à Dijon pour le louer. Un ami m’a dit que la loi Pinel a été reconduite, mais sous certaines conditions. Pouvez-vous m’expliquer ?
Effectivement la loi Pinel a été reconduite sur quatre ans, jusqu’à fin 2021, ce qui est une très bonne nouvelle. En pratique, les avantages fiscaux liés à l’investissement restent inchangés, et permettent de récupérer, en réduction d’Impôts, 18% de l’investissement sur neuf ans. Seules certaines conditions d’éligibilité relatives aux zones Pinel évoluent.
L’objectif est de stimuler la construction de logements neufs dans les zones dites « tendues », c’est-à-dire là où la demande locative est supérieure à l’offre uniquement. Pour autant, avant tout investissement, il faut impérativement vérifier certains critères. D’abord le prix, pour éviter les biens proposés à la vente qui sont sur-évalués par rapport à la réalité du marché immobilier local. Ensuite l’emplacement dans la ville choisie, les prestations du bien, sa conception, l’environnement économique, social, démographique, écologique, etc. Enfin, avoir les chiffres clés des caractéristiques du marché locatif de la ville choisie (vacance locative, construction…) Une étude factuelle et précise menée par un conseiller en gestion patrimoniale, habilité à travailler avec Le Laboratoire de l’Immobilier, pourra vous donner l’ensemble de ces éléments, et valider la qualité de l’investissement envisagé.

Mon fils débute sa vie active et j’aimerais qu’il mette de côté en vue d’un achat immobilier. Un compte épargne logement (CEL) est-il envisageable ? D’ailleurs, quel est la différence avec un PEL ? Je suis un peu perdue…
Constituer une épargne en vue d’un achat immobilier est effectivement la bonne démarche. Il y a plusieurs manières de procéder. Pour répondre à votre question, le CEL et le PEL sont cumulables et présentent quelques différences : le Plan d’Épargne Logement (PEL) est un compte bancaire réglementé, avec obligation de verser un minimum de 45 euros par mois (ou 540 euros par an). Il permet d’obtenir un prêt bancaire avec un taux « bonifié » de 2,20 %… bien moins intéressant qu’un prêt classique (environ 1,50 % sur 25 ans actuellement !) Sa rémunération est, pour les contrats ouverts depuis août 2016, de 1 % brute par an, assujettie aux Impôts (sur sa Déclaration de Revenus annuelle) ainsi qu’aux Prélèvements Sociaux (17,2 %).Le rendement effectif des PEL est donc systématiquement inférieur à celui d’un Livret A (0,75%)…
Le Compte Épargne Logement (CEL) est lui sans obligation de versement mensuel. Il permet d’obtenir un prêt avec un taux « bonifié » de 2 %, ce qui est, comme pour le PEL, assez peu intéressant … Sa rémunération est de 0,50 % nette par an (pas d’Impôts ni de Prélèvements Sociaux), ce qui lui attribue la triste place du contrat d’épargne le moins bien rémunéré.
Vu ces éléments, je reste donc sceptique sur l’utilité des PEL et CEL actuellement. D’autres solutions d’Épargne sont envisageables, notamment l’Assurance Vie, qui permet d’allier des rendements plus élevés, une fiscalité avantageuse, et une totale disponibilité de l’épargne pour son projet d’acquisition. À noter qu’il est important de vérifier la qualité des fonds proposés ainsi que le mode de gestion du contrat. Aussi, un professionnel de la gestion de patrimoine saura vous conseiller sur de la gestion déléguée, vous permettant d’obtenir un rendement de plus de 4 % annuel, net de fiscalité et de frais de gestion.

Mon frère employé viticole garde tout son argent en liquide, chez lui, et n’a aucun placement. Cela m’inquiète un peu… Y’a-t-il une solution plus rationnelle et moins risquée ? J’aimerais lui faire entendre raison…
Je vous rassure, il y a des solutions bien plus rationnelles et surtout bien moins risquées ! Le risque principal pour votre frère étant le vol ou l’incendie (malheureusement, cela arrive régulièrement). Le plus grave cependant, en réalité, est qu’il perd de l’argent en le gardant chez lui ! L’inflation (augmentation du coût de la vie calculée par l’INSEE) a été de 1,19% en France en 2017.
Ce qui veut dire qu’un placement d’épargne ayant un rendement inférieur à 1,19% (par exemple le Livret A) lui fait perdre de l’argent tous les ans ! Il détruit donc son patrimoine et la valeur de son travail en gardant chez lui son argent… dommage. S’il souhaite garder une sécurité sur son épargne, il existe plusieurs solutions adaptables à ses besoins et ses projets, en lui procurant des rendements supérieurs à l’inflation. Les supports sont variés : épargne liquide sécurisée, immobilier, œuvres d’art… Le plus simple étant que je puisse rencontrer votre frère afin de pouvoir recueillir ses besoins, ses objectifs, et surtout répondre à toutes ses questions.


Olivier GUILLOUX
Responsable régional IFB France
06.09.17.75.13
olivier.guilloux@elitegp.fr
www.ifb-france.com

3 thoughts on “Les bons conseils font les bons comptes

  1. René PERNOLET
    06/03/2018 at 18:41

    Je ne voudrais pas contester les informations des professionnels de la gestion de patrimoine. Par contre, j’aimerais indiquer que sur le long terme, ce sont les placements en actions d’entreprises, qui rapportent le plus; toutes les études, que l’on peut consulter, concluent dans ce sens. Pour ma part, je satisfais ma fibre citoyenne par mes investissements en actions de nos belles entreprises françaises, qui ensuite me permettent de leur apporter de l’argent frais, lors d’augmentations de capital pour se développer et pour créer des emplois.

    1. Dijon-Beaune.fr
      09/03/2018 at 09:38

      Bonjour, notre chroniqueur nous a chargé de vous transmettre cette réponse :

      « Bonjour Mr PERNOLET.
      Merci pour votre retour. Vous n’êtes pas sans savoir, en tant que membre de plusieurs comités de grands groupes financiers internationaux (Orange, Lagardère, Compagnie des Alpes, ANSA, …), que les performances passées ne peuvent en aucun cas préjuger des performances futures. À ce titre, la plus grande prudence s’impose sur ce type de sujet et ce type d’affirmation.
      L’investissement en action est, vous avez parfaitement raison de le souligner, évidemment une piste à ne pas négliger dans une bonne répartition de son patrimoine. Il ne faut pour autant pas perdre de vue ses objectifs patrimoniaux et son appétence au risque, qui peuvent fortement varier d’une personne à l’autre.
      Une bonne gestion sur ce type de support financier fera d’ailleurs en sorte de mutualiser l’investissement pour ne pas avoir uniquement une seule classe d’actif en possession. Il est à mon sens risqué de n’avoir que des actions françaises, sans se préoccuper des menaces pouvant dégrader la valorisation de votre portefeuille de valeurs, ou sans regarder de belles opportunités sur d’autres secteurs, ou d’autres typologies de produits. Certains gérants proposent d’ailleurs des gestions déléguées permettant de confier à des professionnels établis une partie de son épargne pour la faire fructifier, dans un cadre établi par avance.
      J’imagine que vous avez également vous-même mis en place une stratégie patrimoniale globale visant à mixer différentes typologies de supports et d’investissement (immobilier, épargne liquide, actions, obligations, FCP…).

      Je me permets d’ailleurs de compléter votre commentaire, légitime et judicieux, en rappelant qu’il est toujours très important de vérifier les accréditations de toute personne vous proposant un investissement, qu’il soit financier, immobilier, ou autre. Nos métiers sont réglementés, assujettis à des diplômes et à des formations annuelles obligatoires, pour sécuriser la notion de devoir de conseil et pour encadrer et respecter les besoins et objectifs des clients, et ce contrairement à l’investissement en direct (par le client lui-même sans passer par un conseiller) ou sur internet qui est fait aux risques et périls des clients. Il est donc primordial de bien se faire accompagner sur ce type de sujets.
      Avec plaisir de continuer avec vous cet échange constructif en direct si vous le souhaitez.
      Olivier GUILLOUX »

      1. René PERNOLET
        12/03/2018 at 14:32

        Bonjour Monsieur Guilloux,

        Comme le souligne l’expression: « Il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier », tout citoyen a fort intérêt à diversifier ses placements; bien sûr, vous l’indiquez vous-même.
        En tant que l’un des investisseurs individuels les plus actifs dans les débats au sein de Comités d’Actionnaires, d’associations comme l’ANSA (Association Nationale des Sociétés par Actions) et des Assemblées Générales de Sociétés, dont je suis actionnaire, j’indique aux citoyens, qu’il leur est possible de placer une partie de leur argent disponible sur le long terme, faible certainement pour la plupart d’entre eux, dans le capital d’actions, notamment françaises.
        J’estime un tel acte vertueux: tout en faisant fructifier son argent personnel au travers de placements type l’Oréal, Air Liquide ou encore en Côte d’Or, SEB ou TFF Groupe (la tonnellerie de Saint Romain), le citoyen peut être sollicité, lors d’une augmentation de capital, pour acheter des actions nouvelles émises à prix inférieur au cours de Bourse du moment, l’argent récolté permettant le développement de la Société et souvent la création d’emplois. Ce dernier point n’étant-t’il pas ce qui intéresse beaucoup les français et leurs représentants gouvernementaux?
        Je ne veux en rien me substituer aux professionnels et les investisseurs potentiels, qui auraient besoin d’être assistés peuvent avoir recours à vous ou à leur banquier.
        Avec mes meilleures salutations et peut-être à bientôt!

        René PERNOLET

Laisser un commentaire