Les Trois Brasseurs, mousses quetignoises

La bière coule dans les veines des 3 Brasseurs. À Quetigny, sous la direction de Christophe Petit, l’inspirée franchise crée ses propres mousses sur place, dans les immenses cuves visibles par les clients. Le tout avec des accents ch’tis, alsaciens et, de plus en plus, bourguignons. Savant brassage.

Photos : Jonas Jacquel

Impossible de le rater. Avec sa devanture vitrée et sa belle terrasse, les 3 Brasseurs est une locomotive du complexe Cap Vert à Quetigny. Christophe Petit a plongé dans l’aventure en janvier 2018. Depuis son arrivée, il nous le dit sans se forcer, « c’est un plaisir de travailler ici ». Difficile de lui donner tort ; la décoration est chaleureuse, la cuisine assume avec sensibilité ses origines ch’tis – « avec une touche alsacienne », s’empresse de préciser Christophe – et les bières sont brassées sur place. Une véritable singularité : la Bourgogne ne compte, à sa connaissance, aucun autre établissement pratiquant cela. Le concept de cette franchise a propulsé l’établissement quetignois dans le haut du panier des restaurants brasseries, ni plus ni moins.

En fût de Vosne-Romanée !

Les cuves de la salle de brassage font même partie intégrante d’un décor que les clients découvrent les yeux aussi ouverts que l’appétit. Grégoire Ona, le brasseur, pourrait vous parler des heures de ses conceptions. « C’est formidable, ce cadre ! Tout est fait pour répondre aux attentes des amateurs de bières. Et chaque mois, une nouvelle création est proposée, que l’on peut déguster gratuitement en s’inscrivant au Club 3 Brasseurs. » Ici, cela coule de source, pas de bière industrielle. Le brassage, c’est de la haute couture ! « On a une grande liberté qui nous permet de créer des compositions chinoises comme la Sorichi, une bière infusée avec du thé chinois. La Cambrenus, vieillie en fût de chêne de Vosne-Romanée, a aussi connu un grand succès », explique son inspiré créateur. Christophe Petit ne tarit pas d’éloge sur son collaborateur, à qui il a confié le projet de créer pour cet hiver « des bières vieillies en fût de rhum et de whisky ». En attendant le retour des jours gris, trinquons à la fraîche, sous le soleil quetignois.

Laisser un commentaire