Michel Rouger, de la Première Guerre mondiale à la bataille d’Alésia

Le Muséoparc d’Alésia n’avait plus de directeur général. Le Conseil départemental, à l’initiative de cet audacieux projet culturel pour la Haute Côte-d’Or, a confié son précieux « bébé » à Michel Rouger. L’homme a de la bouteille, il a fait ses armes avec la Première Guerre mondiale…

museoparc alesia

Photos : DR

« Il faut un pilote, peu importe qu’il vienne de l’intérieur ou de l’extérieur. » En mars dernier, Marc Frot insistait sur le nécessaire remplacement de Laurent de Froberville, parti début 2016 après quatre années de bons et loyaux services. Par Toutatis, le voilà (enfin) officialisé. Michel Rouger (40 ans) a été présenté officiellement en présence de François Sauvadet.

Le président du Conseil départemental, attaché à ce projet de valorisation de l’Histoire de France et du territoire, a souligné « l’expérience de cet homme de terrain » qui a créé et géré pendant dix ans le plus grand musée européen dédié à la Première Guerre mondiale, situé à Meaux.

MICHEL_ROUGER

Il fallait au moins cela pour administrer ce haut lieu de mémoire autour de la fameuse bataille entre Vercingétorix et les armées de César. Après une phase de lancement réussie, le site emblématique d’Alise-Sainte-Reine cherche un nouveau souffle. Depuis sa création en 2012, son potentiel culturel, économique et touristique ne s’est pas démenti: il pèse plus d’un million de chiffre d’affaire annuel, emploie une quarantaine de personnes (dont une quinzaine de saisonniers), et a attiré un peu moins de 450000 visiteurs (dont 80% d’extra-cote-doriens) au total.

Autant d’indicateurs sains qui permettront à Michel Rouger de mener à bien sa mission première, à savoir trouver un rythme de croisière autour de 100000 visiteurs annuels et réinventer les façons de raconter l’Histoire, celle avec un grand H. Histoire, aussi, de mettre aux oubliettes la fameuse réplique chauvino-gauloise de la BD de Goscinny et Uderzo: « Alésia? Connais pas Alésia! Personne ne sait où se trouve Alésia! »

Lire aussi : Alésia, une vraie bataille de chiffres.

One thought on “Michel Rouger, de la Première Guerre mondiale à la bataille d’Alésia

  1. GAILLARD JL
    07/09/2016 at 06:44

    « Alésia? Connais pas Alésia! Personne ne sait où se trouve Alésia!» ; en effet, raconter l’Histoire, n’est pas raconter des histoires, aux visiteurs . Je témoigne ici que les « acteurs » sont généreux et efficaces, ils ne ménagent pas leurs efforts et évitent les sujets douteux en se concentrant sur la tenue et l’équipement des combattants .
    Par contre les concepteurs sont de bons romanciers, mais de très mauvais historiens .
    L’Histoire avec un grand H est ici, avant tout politique, car la « Scientifique » est très modeste, en mouvement, réécrite ( réinterprétée ) chaque jour .
    Les visiteurs ne sont pas dupes, ce que met en scène le « Muséoparc » est une comédie très dramatique qui amuse les enfants, mais ne peut que lasser les adultes .
    Le « muséoparc » est un bonne idée, mais il doit évoluer vers plus de sincérité pour survivre, comme le musée de Châtillon-sur-Seine a su le faire avec les Histoires de VIX et de LAVAU, et la mis en scène des nouvelles connaissances de la culture Celte sans mélanger les archives et leur datations …

Laisser un commentaire