Agréablement surpris par sa fréquentation estivale, le MuséoParc Alésia fait état de chiffres encourageants aux mois de juillet et août.

Le MuséoParc Alésia et son centre d’interprétation enregistrent une fréquentation « inattendue » et encourageante en cet été 2020 si particulier. © D.R

Il semble résister encore et toujours à l’envahisseur viral, qui a plombé sur la durée nombre de lieux culturels. Fin août, au moment des premières tendances estivales, le MuséoParc Alésia se satisfait d’avoir « tiré son épingle du jeu et enregistré une belle fréquentation« . Ce succès inattendu se manifeste concrètement par 11 091 visiteurs au mois de juillet, soit 6,5% de plus qu’en 2019 à la même période. C’est notable. Août est dans la même lignée, avec plus de 14 000 entrées enregistrées.

« Cette réussite illustre l’engouement des Français cet été pour la campagne, les sites touristiques situés en milieu rural et qui rassurent, veut croire l’équipe du MuséoParc Alésia. La clientèle francilienne, en particulier, est venue beaucoup plus nombreuse à Alise-Sainte-Reine. » Et comment : +50% comparé à 2019. On dit merci qui ? Merci Paris !

« Dans les cuisines d’Alésia », expo autour de la table de nos ancêtres, est visible jusqu’au 30 décembre 2020. © S.Pitoizet

Cuisine et petits mythos

L’expo « Dans les cuisines d’Alésia », étirée jusqu’à la fin de l’année, y est pour quelque chose dans ces chiffres encourageants. La qualité de la proposition et la nature fédératrice de la table ont plu aux familles en quête d’évasion près de chez elles, c’est une certitude. En écho à l’exposition temporaire, la proposition intitulée « Les petits mythos », en partenariat avec l’éditeur local Bamboo, récolte aussi son petit succès. Elles fait découvrir sous formes de planches géantes de BD les habitudes alimentaires des Gaulois et des Romains. Ludique pour les petits, madeleines de Proust pour les grands…

Le mois de septembre sera aussi nourri par Fantastic Picnic et les Journées européennes du patrimoine, autre temps forts de la saison. Au bout du compte et des comptes, comme partout ailleurs, ce qui est perdu est perdu : ce drôle de millésime 2020 marquera un coup d’arrêt dans la belle dynamique du MuséoParc, passé de 65 000 curieux en 2017 à 80 000 en 2019. Covid ou pas, les équipes de Michel Rouger, qui ne manquent ni d’énergie ni d’arguments, font bien leur « petibonum » de chemin.

L’été du MuséoParc Alésia en chiffres
Augmentation de la clientèle individuelle : +10%
Augmentation de la clientèle française : +11%
Augmentation de la clientèle française : +50% par rapport à l’an dernier
Maintien de la fréquentation en août : 14 168 entrées au 28 août 

Laisser un commentaire