Palmarès Michelin: la Bourgogne plus forte que jamais

Loiseau-des-Ducs-©JLP

Sur 57 promus étoilés sur le Guide Michelin France 2014, qui sortira en kiosques le 28 février prochain, 15% sont bourguignons, ou plus exactement côte-d’oriens ou saône-et-loiriens. La Bourgogne retrouve donc quelques couleurs dans ce millésime 2014, et nous nous en réjouissons… même si certaines promotions semblent bien rapides. Bibendum roule plus vite qu’hier, c’est dans l’air du temps.

En Côte-d’Or, Beaune revient en force et voit le retour d’une étoile au Jardin des remparts, magistrale maison locale. Sa disparition, voici quelques années, avait beaucoup affecté le chef-patron Chanliaud, dont le successeur, Christophe Bocquillon, a su remettre la table au plus haut de son état.

Jardin Remparts ©D.BOCQUILLON

La région de Beaune fait d’ailleurs une magnifique percée dans les vignes. A Chassagne-Montrachet, Edouard Mignot, le repreneur de l’établissement du sympathique Stéphane Léger (ex-Le Chassagne), conserve lui aussi la mise, malgré un nom pas très mnémotechnique: Ed.Em. Un défi relevé en un temps rapide, de même pour Christophe Quéant, l’ancien chef de Loiseau des vignes à Beaune, qui regagne une nouvelle étoile au Château de Pommard.

Il faut reconnaitre que l’école Loiseau, autour de Patrick Bertron, fonctionne à merveille. Autre compère des années 2005 seldoliciennes, le talentueux Arnaud Faye récolte ainsi une deuxième étoile à Chantilly pour sa Table du connétable. Mais c’est à Dijon, une ville qui s’agite pour gagner sa reconnaissance gastronomique, que 6 mois après son ouverture (le record absolu!), Loiseau des ducs décroche sa première étoile.

Antan, les palmarès Michelin réclamaient patience et constance – trop parfois -, aujourd’hui, la tendance semble donc inversée.

La Saône-et-Loire, dans sa partie sud surtout, tire malgré tout de bonnes cartes. Même si le bruit persistant, ces derniers jours, d’un nouveau deux étoiles n’aura été qu’un effet d’esbrouffe, qui caractérise à regret la nouvelle façon de communiquer sans communiquer de Bibendum. A Fleurville, après un bib, parti et revenu, c’est la consécration recherchée pour La Marande, qui voit ses efforts récompensés. Et quelle quiétude en pleine campagne!

Dans ce palmarès, où tous les étoilés d’hier ont maintenu le cap en Bourgogne, il n’eut pas été anormal de trouver certaines maisons comme l’attachante Auberge du clos du roy à Chenove qui, après perdu son bib gourmand, aurait mérité meilleure consécration. On terminera donc cette rapide revue des effectifs avec une note bien plus « glamour ».

Elle revient à Saint-Amour Bellevue et ses 560 habitants, ou règnent désormais deux restaurants étoilés : L’Auberge du Paradis et Le 14 février, ouvert aussi d’autres jours de l’année, qu’on se rassure!
Un cas unique en France, pour ce petit village du sud de la Bourgogne au caractère très romantique. Amour, Paradis, gastronomie… la recette du bonheur, assurément.

One thought on “Palmarès Michelin: la Bourgogne plus forte que jamais

  1. hegner
    24/02/2014 à 16:09

    Très forte Madame Loiseau, elle sait y faire, beaucoup d’entre-gens, …..

Laisser un commentaire