Le Pays Seine-et-Tille : nature, histoire et glamour en 7 étapes

Au nord du département, le Pays Seine-et-Tilles se visite avec les yeux ronds et la curiosité aiguisée. Il donne à voir Salives la médiévale, les eaux turquoises de Villecomte ou celles des petits ponts d’Is… Et permet quelques balades bien de chez nous, entre découverte de l’escargot et treks dans l’immensité du Val-Suzon. Et en plus, le couchage est insolite.

Rubrique Un (gl)amour de Côte-d’Or
En partenariat avec Côte-d’Or Tourisme
Photos : D.R.

1. Salives, médiévale tout-terrain

salives

Bijou médiéval planté à 50 km au nord de Dijon, Salives abrite la source de la Tille et de nombreux témoignages du XIe siècle. En se promenant dans les rues du village, on admire le lavoir, l’église Saint-Martin et son chœur, son emblématique donjon et, comment les louper, ses remparts d’une autre dimension une fois habillés de lumière. Salives offre une promenade inoubliable dans le temps. N’allez pas dire le contraire aux habitants… qui n’ont d’ailleurs aucun gentilé défini. Aussi, et puisqu’il ne faut jamais se priver de sortir des sentiers battus, les amateurs de sports mécaniques profiteront des environs  »off road », sur les 85 hectares de terre et de bois spécialement aménagés pour la moto tout-terrain. Le centre Loisirs Off Road organise des stages d’initiation au trial 4×4 et des stages enduro. De quoi profiter du coin, casqué un peu comme les chevaliers du Moyen Âge.
Loisirs Off Road, Hameau de Prégelan

2. Ville de Côte-d’Or, en deux lettres ?

is-sur-tille

Is, pardi ! Les cruciverbistes chevronnés connaissent la parade, mais que savent-ils de ce charmant bourg fendu par l’Ignon (et non la Tille, à peine plus à l’est, dont il est l’affluant) ? La présence d’eau sur son site naturel, déterminante dans son développement, a fait naître de nombreux ponts et passerelles pittoresques. Il est même fréquent de voir des voitures rejoindre leur garage en enjambant le cours d’eau au ras des maisons. Les fameux « p’tits ponts » du bief des Courtines en sont le plus bel exemple. Pour les férus d’histoire, le château Charbonnel est immanquable. Construit au XVIIe siècle et profondément remanié au XVe, il a appartenu au général éponyme, maire de la ville entre 1824 et 1826 et engagé avec la Grande Armée napoléonienne. Plus loin, l’église Saint-Léger, l’hôtel Lecompasseur de Courtivron et l’hôtel de ville néo-classique participent à la grande histoire issoise. Autant de choses dans si peu de lettres, c’est fort !
Château Charbonnel, allée Jean Moulin à Is-sur-tille

3. Village aux eaux turquoises

creuxbleu

À Villecomte, le Creux-Bleu est un site remarquable avec son lavoir ancien et ses eaux d’une couleur rare. Point de grâce divine là-dedans : c’est à cause d’algues microscopiques qui caractérisent les eaux souterraines. L’endroit cache surtout un « secret ». Les passionnés de spéléologie sous-marine savent que cette résurgence offre une vision mystérieuse sur une grotte reliée au plus grand réseau souterrain de Bourgogne. Il fait bien trop frais pour s’y baigner, mais le site est admirable.
Le site du Creux-Bleu et son lavoir,  3 rue du Moulin à Villecomte

4. L’escargot pour tous

Frédéric Marcouyoux exploite L’Escargot bourguignon, un élevage situé à Vernot (21) qui commercialise ses produits à la ferme et propose des visites pédagogiques de ses parcs.

La visite d’un élevage d’escargots fait partie des petites curiosités d’automne. En bons représentants de notre terroir, les gastéropodes amusent les enfants et intéressent les adultes… Surtout lorsqu’il est question de les cuisiner, en fait : la visite pédagogique terminée, le visiteur peut acheter quelques produits et découvrir des recettes originales. Les convives de Noël n’attendent que cela.
L’Escargot Bourguignon, 3 route des Mousseneux à Vernot

5. Manger à la Poste

laposte-saintseinelabbaye

Escale bonne pour le ventre et les yeux, l’hôtel de la Poste est le bébé de la famille Bony depuis trois générations. À Saint-Seine-l’Abbaye, son restaurant accueille dans un décor de cuivres, de boiseries et de fer forgé. Le cadre ferait presque Belle Époque, avec ce feu de cheminée qui crépite. Dans les assiettes, les œufs cocotte briochés et surtout – c’est la spécialité maison – les truites fraîches préparées à la minute régalent. Et pas question d’attendre autant que chez la firme éponyme pour être servi…
Restaurant de la Poste, 17 rue Carnot à Saint-Seine-l’Abbaye

6. Marche toujours

valsuzonforet

Première réserve naturelle régionale de Bourgogne, le Val-Suzon est également inscrit en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF). Un titre un peu à rallonge mais qui témoigne précisément de la richesse de ces quelque 3000 hectares de nature. Le paysage est d’une grande diversité avec ses buttes, ses prairies, ses combes, ses grottes et le Suzon qui le serpente. Les treks et randonnées d’automne s’imposent. Naturellement.
La Forêt du Val-Suzon, RD 7  à Val-Suzon

7. Couchette burgo-mongole

yourte-suzon

Ce n’est pas très Bourguignon, mais tant pis ! Passer une nuit dans une yourte peut avoir du bon. À quelques pas de la rivière Suzon, cet habitat nomade authentique permet de vivre une expérience simple et singulière. La yourte dispose d’une surface de 41 m² et de 15 couchages pour la nuit. Pour affronter la fraicheur nocturne, elle est équipée d’un poêle à bois et d’un coin cuisine avec gazinière pour mijoter de bons petits plats. Les ruches et les moutons qui partagent les lieux participent à l’ambiance unique du lieu.
Wild Suzon, éco-hameau du Val-Courbe à Val-Suzon

Laisser un commentaire