À défaut d’une réunion de famille, rien n’empêche de se plaisir à table pour Pâques. Asperges, agneau, fraises, chocolat… Les producteurs et chefs côte-d’oriens se bougent pour vous servir. Bonnes adresses, recettes et mode d’emploi en quelques clics.

©D.R.

Par Geoffroy Morhain

Depuis de nombreuses années, le Département de la Côte-d’Or a fait le choix de soutenir ses filières locales. Tout est parti d’une question : pourquoi aller chercher ailleurs, en France ou à l’étranger, ce que nos producteurs sont capables de nous fournir ? La Côte-d’Or est en effet une terre d’élevage mais aussi de maraichage, qui produit quelques uns des meilleurs vins du monde, des viandes bovines et ovines de qualité, des volailles réputées, des fruits et des légumes remarquables, des fromages d’exception, du miel, des escargots… « Une véritable petite France des productions agricoles », comme François Sauvadet, le président du Conseil départemental aime à le répéter.

J’veux du local

Dans ce contexte, l’opération « J’veux du local – Le goût de ma Côte-d’Or » met en relation les consommateurs avec les producteurs locaux via une carte interactive déjà disponible sur le site du Conseil départemental (et, à partir du 22 avril, à travers un site web dédié administré par la Chambre d’agriculture). D’un paysan boulanger à un éleveur (de charolaises, de truites ou d’escargots) en passant par un maraicher ou un apiculteur, cette carte recense tous les agriculteurs côte-d’oriens désireux de vendre leurs produits en direct aux consommateurs*.

De son côté, Côte-d’Or Tourisme propose une page qui recense des initiatives de petits producteurs, des marchés et des adresses offrant des possibilités de drive ou de livraison de produits fermiers. Les courses faites, on trouvera sur une autre page des recettes simples et gourmandes de chefs côte-d’oriens avant de passer en cuisine : l’œuf poché aux asperges de Tomofumi Uchimura (restaurant Origine, ex-Stéphane Debord, à Dijon) ; le cabillaud en papillote, citronnelle, gingembre et citron vert de Jordan Prot (Le Charlemagne à Pernand-Vergelesses) ; la tarte aux pommes de Lucile Darosey-Vigilant (Loiseau des Ducs à Dijon) à faire avec ses enfants… et bien d’autres. 

Petits plats et chocolats

Nunzio Iacono, chef de l’excellent L’Agastache, à Volnay. © Christophe Fouquin.

Si vous avez envie de vous faire plaisir sans cuisiner, le site de Côte-d’Or Tourisme recense aussi des restaurateurs qui préparent de bons petits plats à emporter sur commande. À l’Agastache (Volnay) par exemple, le chef Nunzio Iacono (en photo) propose un joli menu de Pâques samedi, dimanche et lundi à seulement 20 € : salade de céréales anciennes, ricotta au miel de fleurs, vinaigrette soja yuzu ; agneau de lait bio de Thomas Lemoine confit 7 heure, ras el hanout, crumble de curry noir, purée de légumineuses ; chocolat Guayaquil comme une ganache, graine de courge et tournesol, biscuit cacao sans farine, croustillant praliné, fruits rouges. Le tout accompagné de pain frais fait maison avec des farines bio locales de blés anciens (3,50 € en sus).

Enfin, parce que des fêtes pascales sans chocolat, c’est un peu comme un bon repas sans vin, l’Office de tourisme de Dijon a concocté une page « Les chocolats de Pâques viennent jusqu’à chez vous » qui liste les boutiques ouvertes et les artisans proposant un service drive ou livraison sur la métropole dijonnaise. De quoi se remonter le moral en ce printemps pas comme les autres.


* Passer commande par téléphone ou en ligne avant de se déplacer, en évitant les déplacements de plus d’une heure et en respectant les gestes barrières en vigueur. 

Laisser un commentaire