Recettes de fêtes : tiramisu à la bourguignonne (5/8)

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

Allez, soyons fous. Pour bien passer le cap d’une année qui s’achève dijonbeaune.fr vous propose aujourd’hui 4 jolies recettes concoctées par nos cuisiniers. On se retrouvera le 2 janvier avec un bon bouillon du lendemain. En attendant, n’ayez pas peur de mettre de la Bourgogne dans votre tiramisu. Ce que vous recommande fortement Jean-Alain Poitevin au château de Gilly.

La recette : tiramisu cassis et pain d’épices :

Ingrédients (pour 10 à 15 verrines) :

  • un pain d’épices de 250 g
  • 150 g de mascarpone
  • 150 g de crème fouettée
  • 20 cl de crème de cassis
  • 150 g de confiture de cassis

Préparation :

Dans chaque verrine, déposer une cuillère à soupe de confiture de cassis puis imbiber les tranches de pain d’épices (préalablement découpées) avec la crème de cassis. Puis disposer le pain d’épices sur la confiture.
Confectionner ensuite une mousse avec le mascarpone, la crème fouettée et le reste de confiture. Rectifier les saveurs en rajoutant éventuellement un peu de crème de cassis. Disposer ce mélange dans la verrine, ajouter une tranche de pain d’épices imbibée et terminer avec une couche de mousse. Décorer suivant votre imagination (menthe, grains de cassis…).

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

Le chef : en Bourgogne, Jean-Alain Poitevin a notamment exercé au Château de Chailly et à l’Hôtel de la Poste à Saulieu. Il est arrivé en janvier 2006 au Château de Gilly pour prendre la tête du restaurant Le Clos prieur (Château de Gilly à Gilly-les-Citeaux ; 03.80.62.86.00 ou www.restaurant-closprieur.fr).

Le produit : « Le pain d’épices apporte toujours de la fraîcheur. J’aime beaucoup les notes épicées sur un dessert. Marié ici au cassis et à son goût prononcé, c’est toujours une belle rencontre, forcément savoureuse. Le pain d’épices est très facile à travailler. On a toujours des tas de possibilités. On peut facilement faire un pain perdu mais réussir aussi de très beaux mariages avec du chocolat. On peut même s’en servir dans un plat, avec du foie gras par exemple. »

La bouteille : « Avec les épices et le cassis, on n’a guère d’autre choix que de déguster une coupe de crémant de Bourgogne. »

Le marché : « Pour le pain d’épices, nous nous tournons vers Mulot et Petitjean, à Dijon.»

 

 

Laisser un commentaire