Vendanges au train de sénateur

Alain Millot a rejoint les vendangeurs citoyens de la première récolte du domaine de La Cras en tant que propriété du Grand Dijon. Une récolte bien plus juteuse que les sénatoriales, dont il pouvait s’échapper le temps de prendre la mesure de son nouveau rôle de « vigneron ».

PHB_1909

Il semblait ravi. Sur le coup de midi, après avoir soigneusement traité sa mission à son rang, le maire de Dijon avait déjà constaté combien les vendanges de ce millésime 2014 sont belles. « J’ai planté mes dents dans le raisin, il y a de la matière » a confirmé le maire de Dijon, alors que le monde des grands électeurs défilait dans les urnes, ce dimanche, pour élire ses sénateurs.

Les vendanges du Domaine de La Cras étaient placées sous le signe de la citoyenneté. Elles ont symboliquement mobilisé le peuple dijonnais autour de ce terroir communautaire (et néanmoins pentu!) sur les hauteurs de Plombières-les-Dijon, comme pour signifier que les autres côtes viticoles voisines, associées aux noms de deux petites villes plus au sud, ne sont plus les seules à défendre le prestige de la Bourgogne viticole. C’était aussi une première pour Marc Soyard, l’exploitant désigné depuis quelques mois par la Chambre d’agriculture.

Le Domaine de La Cras est devenu un outil de communication, un symbole du destin renoué de Dijon avec la chose viticole et gastronomique. Atypique, il se développe modestement sur une huitaine d’hectares de vignes actuellement, pour atteindre une vingtaine à moyen terme. Au-delà de l’indéniable succès de l’opération incarné par la présence de dizaines de vendangeurs inscrits spontanément pour cette opération (« On a fait le plein » confirmait Jérémie Penquer, le directeur de la communication du Grand Dijon), il convient donc de prendre la mesure de ce qui s’est passé dimanche. Menées à leur rythme _à un train de sénateur si on s’en réfère au contexte de cette journée_, ces vendanges ensoleillées éclairent d’un jour nouveau l’avenir du Dijonnois.

PHB_1783

On attend maintenant avec impatience le résultat du travail de Marc Soyard qui, fort d’un millésime a priori assez fourni en volumes et en qualité, devrait nous confronter à la réalités des promesses du nouveau Domaine de la Cras. Et le premier qu’il faudra alors séduire ce jour-là, ce sera vraisemblablement celui qui représente le propriétaire des lieux, Alain Millot en personne.

© photo : DR

Laisser un commentaire