VRP (Ville, Route, Patrimoine). En passant par Fontaine-Française

le lavoir de Fontaine-Française et son monument érigé en l'honneur d'henri IV et la bataille qui porte le nom du village (1595) © PPSV

LE lavoir de Fontaine-Française et son monument érigé en l’honneur d’henri IV et la bataille qui porte le nom du village (1595) © PPSV

Chemin faisant… Ce pourrait être le sous-titre de cette chronique que nous allons désormais vous proposer régulièrement. VRP… Comprenez un Village, une Route, un Patrimoine. La Côte-d’Or est belle. Belle de rencontres, belle de monuments, belle de villages. En somme belle de découvertes, parfois étonnantes, que l’on fait au hasard d’une route. Prenons le temps d’avaler le bitume pour pousser la porte de lieux méconnus. Ou pas! En voiture!

Voici à peine écarté le village de Bourberain et son château aux volets verts que s’ouvre à nous un boulevard de bitume, une grande ligne droite de macadam qui foule la campagne, au cœur du Val de Vingeanne. La forêt de Velours n’est qu’à deux pas de là, et bientôt se dressera sur notre route Fontaine-Française. En arrivant dans le bourg, impossible de manquer le château qui toise un imposant plan d’eau.

© Wikimedia Commons

© Wikimedia Commons

Construit en 1754 par François Bollioud de Saint-Julien, receveur général du clergé de France, il a été érigé à l’emplacement d’une ancienne forteresse du XIe siècle. Voltaire et Madame de Staël y ont séjourné jadis. Mais à vrai dire, ce n’est pas là que nous nous attarderons. En prenant la direction de Gray, et de la Haute-Saône toute proche, c’est un étonnant arc de triomphe qui se dresse sur la droite de la route, quelques centaines de mètres seulement avant de franchir le Canal de la Marne à la Saône, que nous appellerons désormais « Entre Champagne et Bourgogne ». Surprenant édifice qui devance un lavoir de 1807, ouvert à tous vents dont le toit est soutenu par dix colonnes massives. Voici la Fontaine Henri IV. Et voilà que nous feuilletons ensemble les livres d’histoire. Juin 1595, le connétable de Castille franchit les Alpes à la tête d’une armée forte de 12 000 hommes venus des garnisons d’Italie et de Sicile. À Besançon, il est rejoint par la petite troupe du duc Charles de Mayenne, chef de la Ligue catholique. Ensemble, ils se dirigent vers Dijon afin de reprendre la ville. Henri IV, prévenu de leur arrivée, accourt de Troyes avec les 3000 hommes qu’il a réussi à rassembler.

© PPSV

© PPSV

La confrontation eut lieu le 5 juin 1595, à Fontaine-Française: Henri IV, parti en éclaireur, tomba prématurément sur les troupes espagnoles. Il les chargea et contre toute attente réussit à les surprendre et les obliger à battre en retraite de façon temporaire. Après cette charge, Henri IV décide de recruter parmi les habitants du village, des paysans principalement, et de les armer de leurs faux ou de tout objet métallique qui peut briller au soleil. Il regroupa ensuite tout ce monde sur la petite colline tenue par ses troupes militaires et les fit manœuvrer, laissant croire à l’ennemi à l’arrivée de renforts venus de Dijon. Le connétable de Castille se laissa berner par les apparences, et décida de rebrousser chemin. Cette victoire durant la huitième guerre de religion marque la fin définitive de la Ligue, un des plus grands dangers que connut la monarchie française avant l’avènement de l’absolutisme. C’est pour rendre hommage au roi que fut construit cet arc de triomphe, en bordure de route. Aujourd’hui devenue la Fontaine Henri IV.

CLIN D’OEIL: Le parc aux 400 tilleuls – Ce qui surprend au Château de Fontaine-Française, outre cette immense pièce d’eau de 7 hectares que l’on peut approcher à pied grâce à un circuit de découverte de la nature, c’est son parc à la française. C’est là que sont installés près de 400 tilleuls taillés en portique. L’alignement est impeccable, l’effet garanti!

Retrouvez cette rubrique réalisée en partenariat avec l’entreprise Rougeot à Meursault dans Dijon-Beaune Mag puis dans une compilation qui sera éditée à la fin de l’année.

Laisser un commentaire