Vincent Bouchard, le Bourguignon du Douro

© Jean-Luc Petit

© Jean-Luc Petit

C’est au Portugal, dans le Haut Douro que Vincent Bouchard a trouvé son Eldorado. Sa quinta – domaine viticole – produit des portos du meilleur fût: normal pour celui qui a bâti sa carrière comme consultant des grands domaines du monde entier auprès de plusieurs tonnelleries bourguignonnes. En prélude à une offre de voyages culturels et gustatifs bientôt proposée à nos lecteurs, en collaboration avec la société beaunoise Wine Tours, petite escale lusitanienne…

Par Dominique Bruillot – Photo : Jean-Luc Petit

Vincent Bouchard porte le nom d’une famille célèbre à Beaune. Mais sa vie à lui, il l’a menée en toute indépendance, en représentant plusieurs tonnelleries de Bourgogne auprès de grands domaines du monde entier.
L’alchimie entre le tonneau, son brûlage et l’attente qu’en ont les vinificateurs est subtile. Elle est bien plus qu’un lien commercial entre les deux. Elle apporte la garantie qu’un vin d’Afrique du Sud, d’Australie ou des Etats-Unis aura toute la grandeur souhaitée grâce à une bonne gestion des merrains et un bon cerclage du support d’élevage.
De fait, Vincent Bouchard habite aussi bien en Bourgogne, qu’en Italie, sur la Côte Est des Etats-Unis et, depuis une quinzaine d’années, dans le Haut Douro, au Portugal. Là, il s’est porté acquéreur de quatorze hectares de classe A, le meilleur du porto, celui qui génère les grands vintages.
Sa quinta du Tedo, traduisez domaine viticole par chez nous, est située à quelques kilomètres de Pinhao, enserrée dans un bras du Tedo, un affluent du Douro, dans une région viticole classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Nos journalistes sont allés le voir sur place, dans son fief portugais, au cœur de sa production de « tawny », « ruby » et autres « LBV » qui, avec les vintages, font la réputation de ce grand vignoble.
En partenariat avec Wine Tours, la société beaunoise que dirigent Claude et Pierre-Olivier Coron à Beaune, il s’agira bientôt de proposer aux lecteurs de Dijon-Beaune Mag et Bourgogne Magazine des voyages sur mesure, aussi culturels que gustatifs, dans l’excellence du terroir schisteux des grands portos.
Dans son prochain numéro (parution mi-mai), Bourgogne Magazine va ainsi consacrer un grand dossier sur cette terre d’exil proche de la Bourgogne. Au-delà de l’image rassembleuse d’une certaine Isabelle du Portugal, jadis duchesse de Bourgogne, les points communs entre ces deux territoires bénis par Bacchus ne manquent pas. A déguster sans modération, dans un verre tulipe si possible…

 

Laisser un commentaire