Yonne: une école se mobilise pour sauver sa forêt

LogoHD-JMmonPatrimoine

Aide-toi, le ciel t’aidera, c’est un peu la formule du premier concours J’aime mon patrimoine. A force de dire qu’il faut léguer notre patrimoine à nos enfants, la Fondation du patrimoine et la Fondation Culture et Diversité soutenues par la FIMALAC et le ministère de l’Education Nationale se sont dit que l’enfant-roi, c’était du passé et que le plus pratique serait plutôt de leur faire mettre la main à la pâte. 43 écoles dans toute la France (une seule en Bourgogne, à Chaumot, dans l’Yonne) ont donc soumis des projets de restauration de patrimoine dans leur ville ou village. La classe lauréate remportera une cagnotte pour réaliser son projet.

Le château de Chaumot, tel qu'il était en 1830 © D.R.

Le château de Chaumot, tel qu’il était en 1830 © D.R.

Chaumot, charmant petit village de l’Yonne de 695 âmes situé sur le canton de Villeneuve-sur-Yonne – dixit (ou presque) Lucien Jeunesse – compte sur ses terres le château de Chaumot, ancienne propriété de François Xavier de Saxe, maréchal de Louis XV et oncle de Louis XVI. Le château, comme l’illustre neveu de son propriétaire fut décapité … de ses tours et il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges et la forêt attenante. Et c’est justement cette forêt que les élèves de CM1 de Chaumot ont choisi de valoriser en participant au premier concours « J’aime mon patrimoine » organisé par la Fondation du patrimoine et la Fondation culture et diversité soutenues par la FIMALAC et le ministère de l’Education Nationale.

Le concours se déroule en trois phases : identifier le bâtiment ou le lieu à protéger – ça c’est fait – et établir un projet culturel et artistique visant à le faire découvrir. Mais comme on n’est pas à l’école des fans et que tout le monde ne gagne pas à la fin, le projet sera validé par un jury composé de représentants des organisateurs et d’un architecte des bâtiments de France et un seul finira l’aventure, selon la formule consacrée par la téléréalité. La dure loi de la jungle (enfin, de la forêt en l’occurence). Mais les conservateurs en herbe de Chaumot devront – eux – garder la tête sur les épaules et soumettre le projet avant le 30 avril 2014 s’ils veulent obtenir les 6 000 euros alloués au lauréat pour la réalisation de leur projet. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire