Yukiko, goûteuse en or

photo

C’est au Japon que l’on trouvera sans doute l’un des livres les plus complets sur les Climats de la Bourgogne. Il est l’œuvre de Yukiko Kumata, journaliste et dégustatrice méthodique, qui a les deux pieds dans le terroir bourguignon depuis une quinzaine d’années.

Yukiko Kumata connaît les climats du terroir bourguignon aussi bien que le soleil levant de son île. Elle vit entre nos vignes depuis plus de 15 ans. Correspondante de l’un des plus importants magazines spécialisés dans le vin au Japon, elle scrute en permanence l’horizon du chardonnay et du pinot noir, cep par cep, cave par cave, millésime après millésime.

Aux grands discours, Yukiko préfère la pratique. Elle se souvient, non sans émotion, de ces grands moments d’échange avec Patrick Bize, lui-même marié avec Chisa, une de ses compatriotes. Le vigneron de Savigny-lès-Beaune nous a quittés très prématurément il y a quelques jours. Un choc pour la communauté nippone, plus solidaire que jamais, surtout depuis la catastrophe de 2011. « Avec Patrick, on a vidé quelques bonnes bouteilles ensemble, il ne comprenait rien à la langue japonaise mais il savait partager et s’exprimer quand il le fallait », s’amuse la journaliste.

La fourmi des climats

Cette longue fidélité à la Bourgogne a donné naissance au plus précis des ouvrages sur la Bourgogne. Vous ne le verrez pas en France. Il est destiné au public japonais et se lit en partant de la dernière page, comme la célèbre collection des Gouttes de dieu. A la différence de cette dernière, qui est devenue superficielle et imprécise sous le poids du succès, le livre de Yukiko relève de la micro-chirurgie bachique. Climat après climat, Yukiko a goûté le vin, livrant des commentaires courts et précis, avec à chaque fois la publication d’une petite photo à l’appui. Présente lors de la soirée de présentation du Roi Chambertin jeudi à Gevrey, on l’entend dire non sans malice au président de l’appellation marsannay, Bernard Bouvier: « Et là, tu le reconnais, c’est le terroir de La petite Chapelle ? » La fourmi des climats est donc joueuse.

Avec un sens très visuel, le lecteur japonais pourra découvrir les grands panoramiques et des représentations cartographiques qui montrent, comme si on y était, les grandes parcelles de la côte. Le grand puzzle viticole de la Bourgogne, ainsi reconstitué, s’ouvrira à la connaissance de tous. A se demander pourquoi, en France, les éditeurs ne se lancent pas vraiment dans des projets de cet acabit. Nul ne serait donc prophète en son terroir ?

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire