42000 acteurs du tourisme entre Bourgogne et Franche-Comté

L’activité touristique cumulée de la Bourgogne et de la Franche-Comté représente 42000 emplois et 5,7% du PIB régional. Elle s’anime autour de grands sites très majoritairement bourguignons, mais aussi du massif jurassien. En 2016, il faudra donc prendre les bonnes décisions…

Vezelay_basilique_Large_1297884068

Site le plus visité en Bourgogne-Franche-Conté : basilique Sainte-Marie-Marie-Madeleine à Vézelay (89) – ©photo DR

On ne connaît pas encore la liste de tous les ingrédients qui vont alimenter la délicate marmite du rapprochement entre Bourgogne et Franche-Comté en ce qui concerne le tourisme. On sait seulement que dès le premier janvier 2016, une sorte de GIE ou entité commune va permettre de mutualiser des actions sous une direction unique. A terme, les deux comités régionaux auront conservé à peu de choses près les mêmes effectifs, mais sous une direction et une présidence uniques. Ainsi va le sens de la réforme territoriale.

Alors que Didier Martin, président de Bourgogne Tourisme présentait ce lundi un bilan globalement positif (nous y reviendrons) de la saison touristique en Bourgogne, un premier document apporte certains enseignements sur ce que représentera l’activité touristique dans le cadre de la future grande région. Bourgogne plus Franche-Comté c’est 4,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires (5,7% du PIB régional) pour plus de 42000 emplois! Une grosse machine qui ne demande qu’à pousser plus loin.

Une machine qui s’appuie notamment sur son top 10 des lieux de visite dans lequel on ne trouve qu’un seul site franc-comtois. Derrière les basiliques de Vézelay et Paray, puis l’Hôtel-Dieu de Beaune, seule la Citadelle de Besançon parvient à se glisser entre deux sites bourguignons créés de toutes pièces: le circuit Magny-Cours et le chantier médiéval de Guédelon (voir plus loin).

hostel-dieu-beaune

Hospices de Beaune (21) – ©photo DR

Cette réalité de la fréquentation ne doit pas occulter le fait que la Franche-Comté capitalise sur un tourisme qui lui est propre, entre nature et montagne. La composition entre les deux régions ne manquera donc pas de soulever des problématiques nouvelles lorsqu’il s’agira de mettre en place d’ambitieuses opérations de communication, qui ont besoin de locomotives pour être efficaces.

Pour mémoire, voici le top ten des lieux de visites:
1.- Basilique Sainte-Marie-Marie-Madeleine à Vézelay (89): 848956 visiteurs.
2.- Basilique Sacré Cœur à Paray-le-Monia (71)l: 475000 visiteurs.
3.- Hospices de Beaune (21): 426000 visiteurs.
4.- Circuit de Nevers-Magny-Cours (58): 325000 visiteurs
5.- Citadelle Besançon (25): 299168 visiteurs
6.- Chantier médiéval de Guédelon (89): 297856 visiteurs
7.- Abbaye Saint-Philibert à Tournus (71): 220000 visiteurs
8.- Musée des Beaux-Arts de Dijon (21): 193733 visiteurs
9.- Touroparc, Romanèche-Thorins (71): 192315 visiteurs
10.- Espace Benardette à Nevers (58): 178462 visiteurs

Laisser un commentaire